Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



AFP - Ivan COURONNE - publié le Samedi 6 Juillet à 11:04

Un coup d'Etat en Egypte? Washington ne veut pas se précipiter




Washington - La loi américaine ne pourrait être plus claire: toute aide militaire ou économique à un pays dont le gouvernement a été renversé par l'armée doit être annulée. Mais trois jours après la destitution de Mohamed Morsi en Egypte, Washington préférait temporiser, de façon à mieux exercer son influence.



Un coup d'Etat en Egypte? Washington ne veut pas se précipiter
Les acrobaties verbales de Barack Obama et d'autres responsables américains pour éviter le mot tabou de "coup d'Etat" témoignent de leur volonté de ne pas trop affaiblir les généraux égyptiens, tout en les menaçant implicitement au cas où des élections libres n'étaient pas rapidement organisées.

"Aucun des fonds (...) ne peut servir à financer directement une aide au gouvernement d'un pays où le chef de gouvernement dûment élu est déposé par un coup d'Etat militaire", énonce un article de la loi budgétaire, régulièrement reconduit depuis 1985.

Une autre clause précise que l'Egypte doit "soutenir la transition vers un gouvernement civil". Mais depuis 2012, les secrétaires d'Etat Hillary Clinton puis John Kerry ont chacun levé cette condition pour dégeler les crédits, au nom des intérêts de sécurité nationale.

L'aide militaire (1,3 milliard de dollars en 2013) couvrirait près de 80% des achats annuels d'équipements par l'armée égyptienne. Les crédits 2013 ont déjà été alloués, mais en pratique, les Etats-Unis financent des contrats étalés sur plusieurs années auprès de fabricants américains, surtout de chars et d'avions de chasses.

"Ce n'est pas comme si les Egyptiens recevaient un chèque d'1,3 milliard de dollars", explique Robert Satloff, directeur du Washington Institute for Near East Policy, à l'AFP.

"L'administration peut décider de bloquer les livraisons" dit-il. "Mais elle va attendre de voir comment la situation évolue en Egypte avant de prendre toute décision".

Un contrat portant sur 20 chasseurs F-16 a été signé en 2010 avec Lockheed Martin, dont quatre ont été livrés en janvier, selon un rapport indépendant du Congrès (12 à la date d'avril, selon Fox News). Depuis 1980, plus de 220 F-16 ont été donnés aux Egyptiens.

Le débat sur l'aide se concentrerait donc sur les livraisons du solde des F-16. Au passage, les annuler aurait des conséquences en termes d'emplois aux Etats-Unis, à un an des élections législatives.

Moyen de pression

Barack Obama s'est dit "profondément inquiet" par la destitution du président Morsi, et a indiqué que son gouvernement allait "examiner les implications légales concernant notre aide au gouvernement égyptien".

Selon Tamara Cofman Wittes, ancienne responsable du département d'Etat aujourd'hui à la Brookings Institution, cette déclaration a été ciselée pour inciter le gouvernement de transition à donner rapidement des garanties démocratiques.

Ne pas avoir parlé de coup d'Etat "donne du temps aux gouvernements américain et égyptien pour avoir une série de conversations sur les intentions de l'armée, sur la feuille de route et le calendrier", dit-elle à l'AFP.

Prudents, les responsables démocrates comme républicains du Congrès ont préféré les périphrases au terme de "coup d'Etat". Le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Ed Royce, a ainsi évoqué vendredi "la décision de l'armée égyptienne de reprendre l'autorité de l'Etat aux mains des Frères musulmans".

Si quelques élus, comme le démocrate Patrick Leahy, entendent remettre en cause l'aide militaire, le sénateur républicain Bob Corker a estimé qu'il fallait d'abord "avoir en tête nos intérêts vitaux de sécurité nationale".

Ces intérêts incluent notamment la sécurité du canal de Suez, dit à l'AFP Michael Rubin, expert du Moyen-Orient au centre de réflexion conservateur American Enterprise Institute.

"Le canal de Suez est très important, car tous les bateaux de notre côte Est passent par le canal de Suez pour se rendre dans le Golfe Persique, via la Méditerranée", rappelle-t-il.

Le calendrier parlementaire américain donnera en outre un peu de marge de manoeuvre au Caire: le montant de l'aide américaine pour l'année budgétaire 2014, qui commence le 1er octobre, ne devrait être voté au Congrès qu'après l'été.



               Partager Partager