Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Amal GALLA - publié le Lundi 8 Mars à 18:31

Un 8 mars, au nom de la femme !




Le corps gracile d’une étincelle qui défie la luminosité !
Le cœur embrasé de tendresse, d’un regard qui se refuse, n’osant contempler la vie, tellement l’espoir est cauchemardesque !
Les pas fluets d’une existence qui se prononce bien tardivement sur les lignes de la civilisation !
Une femme !



Cette femme, qui subit désormais les aléas de la Terre, les intempéries du destin et les prises impitoyablement surexposées de quelques silhouettes journalistiques cherchant le meilleur cliché d’une femme humant le pire !

Cette femme, qui se recroqueville pour endosser le mal qui pénétrerait sa progéniture, supportant le poids des montagnes et des années avec un sourire aussi large que son fatum aux maints soupirs !
De ces villages marocains, elle s’approprie le savoir vivre et le savoir endurer. Elle n’est autre que ce soleil qui rayonne partout et pour tous, mais l’on ne s’est jamais demandé si ce soleil souffrait de ses offrandes ou jouissait avec amertume de sa philanthropie tatouée d’ingratitude !

Cette femme qui, au gré de son impuissance, de sa solitude, de l’indifférence des êtres et des choses, des maux du temps et de l’espace, de toutes les sueurs et les larmes versées ou étouffées…, perpétue son espoir et prône le sourire sur les lèvres des autres plutôt que sur les siennes.. donnant juste valeur au Sacrifice !

Cette femme qui périt de froid et de faim, d’inquiétude et de peur, d’isolement et de harcèlement, de violence et de souffrance ; fait pourtant fleurir de son esprit les roses de notre bonheur… !

Cette femme qu’on vole, qu’on viole, qu’on crie et qu’on déchire, qu’on harasse et qu’on ignore ! Que lui reste-t-il, si ce n’était les débris d’une dignité qui refuse de choir et de s’assassiner en mots insensés ornant les surfaces médiatiques.

Pour cette femme, les lettres semblent impuissantes, bien au-delà de toute vantardise mondaine…Pourtant, elles veulent bien héler son nom et lui dire avec le désarroi de ne pouvoir bien l’exprimer. Pourquoi ne pas revenir à la ligne et réécrire le quotidien de cette femme avec moins d’injustice, en commençant par : Bonne fête !



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles