Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Mardi 28 Mars à 10:20

USA: Le 'Trenton Times'' stigmatise les enlèvements et tortures pratiqués par le 'polisario'




Washington - Le quotidien américain ''Trenton Times'' a stigmatisé, lundi, les enlèvements et tortures pratiqués par le ''Polisario" sur les séquestrés marocains et les jeunes déportés au Cuba.



Le journal, qui déplore "le soutien dont bénéficie le +polisario+ de la part du régime cubain de Fidel Castro'', relate l'histoire de Ali Jaouhar, qui a passé 23 ans dans les geôles des séparatistes, et de Saadani Maa Oulainine, déportée depuis sa tendre enfance au Cuba.
La publication a indiqué qu'une délégation de ressortissants marocains a visité la semaine dernière les Etats-Unis pour attirer l'attention de l'opinion publique américaine sur les affres endurées par les victimes du ''polisario'' et faire en sorte afin que les autres séquestrés dans les camp ne subissent le même calvaire.

Le ''Trenton Times'' cite, à ce propos, le révérend Ken Jascko qui dirige une congrégation à Marlboro, New Jersey, qui regrette qu'''aux Etats Unis, on n'entend jamais parler de personnes enlevées, séparées de leurs famille et torturées''. L'homme de foi a souligné que les témoignages bouleversants de ces ressortissants marocains ont ''élargi ses propres perspectives'', écrit le journal.
Relatant certaines épreuves subies par ce groupe de ressortissants marocains, le journal écrit comment Ali Jaouhar était régulièrement battu et maltraité. Un autre détenu, aspergé d'essence, a été brûlé vif et un compagnon d'infortune a été écrasé par un camion parce qu'il était trop épuisé pour travailler, écrit la publication, citant Ali Jaouhar.
Tout comme Jaouhar, Saadani Maa Oulainine espère qu'en attirant l'attention de l'opinion publique aux épreuves qu'elle a endurées, elle pourra sauver la vie des autres personnes séquestrées dans les camps du "polisario" et que ''les Etats Unis vont oeuvrer pour leur libération et discréditer, par la même occasion, un front polisario communiste et corrompu''.

L'auteur de l'article s'émeut que Saadani, maintenant âgée de 28 ans, ''ne garde de son enfance que le souvenir d'une famille incarcérée''. Il raconte également comment ''à l'âge de 10 ans, sa mère, les larmes aux yeux, a fait ses bagages et lui a menti en lui affirmant qu'elle partait en colonie de vacances''.
''Maa Oulainine a été séparée de sa mère et de ses proches pour être envoyée à Cuba où des enfants comme elle sont forcés de travailler dans les plantations de canne à sucre'', déplore le journal qui rappelle que son père est décédé en prison.
Ali Jaouhar a lui aussi perdu sa femme alors qu'il était en détention. ''Les prisonniers recevaient rarement du courrier, mais une fois la Croix Rouge lui a remis une lettre annonçant la mort de sa femme'', ajoute la publication.
''Son incarcération lui a coûté sa jeunesse, le printemps de la vie'' et ''il a raté l'occasion d'élever sa fille qui était alors âgée de 8 mois quand il a été fait prisonnier'', écrit le journal.
''Maa Oulainine souligne qu'elle est venue aux Etats Unies pour crier +Assez!+ et pour réclamer qu'au milieu des débats des politiciens sur les questions de pouvoir et de leadership, le règlement de la crise humanitaire et l'allégement de cette tragédie humaine ne doivent pas être occultés'', conclut le journal.

               Partager Partager