Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


Khalid Ibrahim Khaled - publié le Mardi 9 Décembre à 14:59

UE – Algérie: une opération du DRS tourne au fiasco





Des sources bien informées à Alger assurent que l’opération médiatique des services secrets algériens consistant à coller sur le dos du Maroc les vives inquiétudes exprimées par l’UE concernant la situation politique en Algérie, ont tourné à l’échec.

Lors d’une rencontre organisée la semaine dernière à Bruxelles avec des médias algériens, des diplomates de l’Union européenne ont fait part des gaves préoccupations de l’Europe concernant la situation politique en Algérie. Bruxelles a délibérément choisi de faire passer son message par des canaux informels pour éviter de heurter les cercles qui entourent le président Bouteflika malade, selon les mêmes sources.

La paralysie du président Bouteflika, grabataire et incapable de communiquer avec son entourage, suscite des interrogations en Europe sur les véritables centres de décision en Algérie. Une opacité politique qui provoque la peur des partenaires européens de l’Algérie. La lecture lucide du malaise Algérien par les européens n’est toutefois pas du goût des responsables à Alger, qui ont chargé les services des renseignements militaires du DRS d’y chercher la main du Maroc.

Des médias algériens aux accointances connues avec le DRS ont ainsi été mis à contribution pour déceler parmi la délégation de Bruxelles « un diplomate européen qui est connu pour être un pro-Marocain ». Et, sans transition, un support médiatique s’interroge insidieusement « pourquoi l’Union européenne ne dit rien sur la spoliation par le Maroc des richesses du Sahara occidental ». Une esquive qui n’a pas eu l’écho escompté et qui traduit l’embarras dans lequel se trouvent les cercles proches de Bouteflika, selon les mêmes sources.

Dans les échanges officiels entre Bruxelles et Alger, les européens ne sont pas convaincus par les réponses des autorités algériennes. Maintenir coûte que coûte le statu quo en distribuant l’argent du pétrole ne représente pas une politique viable à terme, estime l’UE qui s’alarme de la multiplication des émeutes et des manifestations de protestation dans diverses régions. Bruxelles est convaincue que ce sont là autant de signaux du profond malaise social dans le pays.

Source : http://www.polisario-confidentiel.com/1133-ue-alge...

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara