Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Lundi 13 Juillet à 10:31

Tunisie: le ministre de l'Intérieur annonce la quasi-destruction de la phalange Okba Ibn Nafaa



Tunis - Le ministre tunisien de l'Intérieur Najem Gharssali a annoncé, dimanche soir, que la phalange Okba Ibn Nafaa, affiliée à Al-Qaida au Maghreb Islamique et responsable de l'attentat du musée du Bardo, "a été détruite à 90 pc", suite à la dernière opération sécuritaire dans la région de Gafsa (sud).



Najem Gharssali
Najem Gharssali
L'attaque, menée vendredi dernier dans le mont Ouled Bou Amrane, a permis la liquidation de 5 dirigeants de cette phalange, dont Mourad Gharssali recherché depuis 1994, pour ses ramifications avec les groupes terroristes algériens, s'est réjoui le ministre au cours d'une conférence de presse.

Il s'agit d'un "coup fatal" à la phalange Okba Ibn Nafaa qui cherchait, selon le ministre, à s'implanter dans la région de Gafsa et d'y installer des camps, à l'instar des groupes actifs dans les monts Chaâmbi et Sammam, proches de la frontière algérienne.

Mourad Gharsseli a notamment combattu sous la houlette des chefs algériens d'Al-Qaida, Abdelmalek Dourkdel et Mokhtar Belmokhtar, dans les foyers de tension en Afrique du nord et dans la région du Sahel, a-t-il encore expliqué.

En mars dernier, quelques jours après l'attaque du Bardo (18 mars), les services de sécurité tunisiens ont réussi à éliminer, dans le même gouvernorat de Gafsa, l'émir de la phalange Okba Ibn Nafaâ, l'Algérien Khaled Chaib, alias Lokmane Abu Sakhr, en compagnie de huit de ses lieutenants.

La lutte se poursuivra contre le terrorisme sous toutes ses formes, que ce soient les groupes armés, les réseaux d'embrigadement et de transfert des jeunes aux foyers de tension ou les tenants du discours takfiriste, a assuré le ministre.

La Tunisie vient de connaître, le 26 juin dernier, la pire attaque terroriste de son histoire avec le carnage de Sousse, qui a fait 38 morts parmi les touristes étrangers, dont 30 Britanniques.

Cette opération intervenait trois mois après celle du musée du Bardo ayant causé la mort de 21 étrangers et surtout des pertes considérables au secteur névralgique du tourisme.

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a décrété, samedi 4 juillet, l'état d'urgence pour une période de 30 jours, dans le cadre des mesures prises par les autorités tunisiennes afin de faire face à la menace terroriste et rassurer leurs partenaires étrangers.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus