Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



Gina Ross - publié le Mardi 7 Mai à 14:31

Travailler sur le traumatisme collectif pour favoriser la paix






Gina Ross
Gina Ross
Los Angeles - Les populations israéliennes et palestiniennes souffrent d'un traumatisme chronique. Lors de chaque attaque terroriste, les Israéliens ont le sentiment de revivre l’Holocauste. Ce sentiment a été renforcé par cinq guerres, la propagande antisémite dans le monde arabe et les menaces d'extermination proférées par l'Iran. Les Palestiniens souffrent du traumatisme de devoir affirmer leur identité en tant que Palestiniens face au refus arabe et juif d'admettre l'existence d'une telle identité. Ils souffrent d'un manque d'autonomie et d'eau, du dysfonctionnement de l'économie, des problèmes des réfugiés et de l’occupation.

Ces traumatismes ne sont ni négligeables, ni anodins. Ils sont à l'origine même de ce qui perpétue le conflit. Les responsables étrangers et locaux doivent favoriser le processus de guérison dans les deux communautés afin de les aider à rétablir l’autorégulation, à libérer le désespoir, l'impuissance, la colère, la méfiance et la haine et afin de les aider à créer les bases émotionnelles nécessaires au dialogue efficace.

Chaque nouvel incident amplifie et propulse le cycle de la violence dans la région. Les expériences négatives produisent un traumatisme qui se transmet de génération en génération (appelé tourbillon du traumatisme collectif) - affectant les récits collectifs, renforçant les craintes et créant un sentiment durable de victimisation et d'animosité. Plus important encore, le tourbillon du traumatisme provoque des réactions plutôt impulsives que réfléchies.

Les médias, la violence entre factions internes, les kamikazes utilisés comme armes contre les Israéliens et les contrôles intensifiés par les forces de défense israéliennes entretiennent le système nerveux collectif des Palestiniens dans la méfiance. Les médias les incitent à concentrer toute leur énergie sur la souffrance et ils sont la proie des slogans inflammatoires, alors que certains sont poussés à la violence et à la destruction de leur propre société.

Le stress et le désespoir font également partie de la psyché israélienne qui est déchirée par la nécessité de se défendre tout en étant dégoûtée par son occupation des Territoires palestiniens. Les groupes sociaux sont divisés les uns contre les autres au sein de la société israélienne et l'extrémisme alimente de petits groupes des deux côtés de l'échiquier politique.

Le conflit a fait passer chaque partie du statut de victime au statut d'agresseur. Souvent, les deux parties ont l'impression que la situation politique est dans une impasse car les solutions politiques ne sont, jusqu'à présent, pas parvenues à remédier aux causes profondes de la violence. La communauté internationale perplexe, et son approche, gagnerait à être plus à l'écoute des expériences collectives traumatiques des Israéliens et des Palestiniens. En effet, beaucoup parmi ceux qui sont profondément engagés dans le conflit n'ont pas conscience de l'impact de leur souffrance traumatique sur leur comportement. Ils ont aussi besoin d'aide pour reconnaître le traumatisme chez l'autre.

L’évaluation des signes peut permettre de mesurer le degré de traumatisme dans les deux groupes et de les sensibiliser au besoin de guérison. Parmi les aspects du conflit qui n'ont contribué qu'à saper le processus de paix, il y a le sentiment de supériorité religieuse, la suspension de la pensée critique, le fait d'étiqueter les gens, de rendre ''l'autre'' responsable et de le diaboliser; le nettoyage ethnique de «l'autre» dans son milieu; la déformation de récits traumatisants; croire que son côté est totalement innocent; le contrôle des médias; la violence délibérée contre des civils pour reprendre le contrôle et le fait d'élever les enfants dans la haine.

La santé mentale, les domaines médicaux et éducatifs, le clergé, l'armée, les médias, les diplomates, les ONG et les responsables politiques locaux et internationaux peuvent tous contribuer à atténuer les effets du traumatisme collectif en introduisant des outils innovants pour l'autorégulation. En ayant recours à un langage apolitique pour faire face aux ravages causés par le traumatisme, ces groupes peuvent aider toutes les parties à se préparer à une paix durable.

Les récits traumatisants nous rivent à notre traumatisme et semblent nous absoudre de toute responsabilité. Par conséquent, les leaders de toute la société civile et le gouvernement doivent faire leur part pour identifier ces distorsions nuisibles en validant la souffrance de chacun, en condamnant les méthodes destructives et en confrontant les groupes traumatisés avec les faits historiques.

Il faut demander aux Palestiniens et aux Israéliens si leurs actions leur donnent une sécurité réelle, une véritable autonomie, renforcent leur amour propre et leur inspirent du respect à l'égard des autres; leur donnent l'impression d'être compétents; donnent un sens à leur vie ou à leur culture sans compromettre les besoins des autres (répondre à nos besoins au détriment de ceux des autres indique une traction du tourbillon du traumatisme et laisse présager la perpétuation de notre traumatisme et favorise la victimisation); les aident à faire confiance et à être dignes de confiance, promeuvent la compréhension interculturelle et inspirent la compassion et le désir de valider leurs souffrances.

Le traumatisme et les actions qu'il suscite appellent à une honnêteté rigoureuse envers soi-même. Les mêmes questions devraient être posées à toutes les forces extérieures qui sont impliquées. Commencer à reconnaître les forces non reconnues dans ce conflit - étrangères, intérieures, internes, externes, psychologiques, non psychologiques - constitue un pas en avant.


###

* Gina Ross est la fondatrice et la présidente de « International Trauma-Healing Institute » aux Etats-Unis et la co-fondatrice du « Israeli Trauma Center » à Jérusalem. Elle s'est spécialisée dans l'étude des traumatismes et est impliquée dans ce domaine depuis 1990. Cet article a été écrit pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews)....


Tagué : Gina Ross

               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles