Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh



MAP - publié le Lundi 9 Novembre à 11:48

Tourisme sportif à Dakhla: Le Trail, un nouveau créneau prometteur qui se profile à l'horizon






Dakhla - Avec les premiers pas des participants à l'Ultimate Saharian Trail (DUST), la région de Dakhla, déjà connue comme destination incontournable des sports nautiques, notamment le kit surf, commence à découvrir un nouveau créneau prometteur, à savoir le Trail, ou la course à pied en pleine nature.
Ce sport, qui a commencé à se répandre et à s'organiser durant les années 1990, ne cesse de gagner en popularité un peu partout dans le monde. Alliant endurance physique et contact avec la nature, il attire notamment les mordus de l'aventure et du dépaysement. 

Ses principaux points forts: un terrain de course imprévisible avec des difficultés et des obstacles qui changent en fonction de la géographie des lieux, ce qui rend le défi plus intéressant, ainsi qu'une proximité avec des espaces naturels souvent inaccessibles.

Ces caractéristiques font du Trail un véritable style de vie qui attire de plus en plus d'adeptes. Toujours en quête de lieux originaux pour mettre leurs capacités physiques à l'épreuve de la nature, ces Trailers ont contribué à l'apparition d'un nouveau créneau du tourisme sportif, à la fois rapporteur et écologique.

En l'absence de statistiques sur l'évolution du Trail de par le monde, en raison notamment de l'absence ou du nombre insuffisant de structures fédératrices organisant et supervisant cette discipline au niveau des pays ou à l'échelle internationale, le développement de ce sport reste, toutefois, perceptible, à travers l'engouement qu'il suscite auprès des gens, toutes catégories sociales confondues. 

Dans ce sens, l'exemple du Marathon des sables, qui a lieu tous les ans dans le désert marocain (près d'Errachidia) est révélateur: d'une simple aventure qui a commencé en 1986 avec 23 pionniers, ce Trail, un des rares au monde à se dérouler dans un espace désertique, a totalisé en 2014 quelque 1.029 participants des quatre coins du monde, dont une bonne partie est composée de touristes venus s'offrir une nouvelle expérience en pleine nature.

Dans la région de Dakhla, le développement d'une activité touristique tournant autour du Trail semble avoir toutes les chances de réussir et ce ne sont pas les atouts qui manquent pour ça.

"Dakhla dispose de beaux paysages, entre mer et désert, un espace naturel extraordinaire avec un climat stable, qui peut drainer plusieurs athlètes de par le monde", affirme dans ce sens, à la MAP, Laila Ouachi, présidente de l'association Lagon-Dakhla, co-organisatrice de la première édition du DUST (5-9 novembre), mettant en avant le rayonnement de Dakhla comme "région attractive, sécurisée et où il fait bon de vivre".

En plus des potentialités naturelles, la région dispose d'un savoir-faire indéniable en matière de capitalisation des ressources purement locales pour la création de la richesse. C'est, notamment, le cas du kitesurf qui a généré une véritable dynamique touristique à Dakhla, au point d'en faire une destination incontournable pour les amateurs des sports de glisse et une étape cruciale du championnat du monde de kitesurf.

"Le Trail peut jouer un rôle dans le développement local, à l'instar d'autres activités sportives qui contribuent dans l'animation du tourisme de la région, notamment le kitesurf", affirme à ce propos Mme Ouachi.

Cet avis est partagé par Bruno Pomart, de l'Ultimate Event Organisation, qui co-organise le DUST. Pour lui, "Dakhla est une terre d'aventure qui offre un terrain assez diversifié." 

"Déjà connue par les sports de glisse, la région de Dakhla offre un espace idéal pour les ultra-Trail et peut devenir un lieu stratégique pour des événements sportifs de ce genre", a-t-il souligné, se disant énormément confiant en l'avenir de ce sport à Dakhla. 

Enfin, le développement de ce créneau peut s'avérer judicieux pour une économie locale soucieuse de la protection de l'environnement, étant donné les spécificités de la région.

Force est de souligner, à ce propos, l'intérêt biologique et écologique de la Baie de Dakhla, qui forme un idéal habitat pour plus de 120 espèces de mollusques, parmi elles des espèces endémiques et plus de 41 espèces de poissons. 

Ce riche écosystème attribue à la baie de Dakhla trois statuts de reconnaissance, tant à l'échelle internationale que nationale. En effet cette région est classée en zone RAMSAR, la reconnaissant en tant que zone humide d'importance internationale, particulièrement comme espace représentatif, rare et unique.

Elle est également classée en ZICO, zone importante pour la conservation des oiseaux, c'est-à-dire un lieu stratégique pour la protection d'espèces aviaires particulières, en plus d'une reconnaissance nationale, en l'occurrence le SIBE, en tant que site d'intérêt biologique et écologique.

               Partager Partager