Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - publié le Samedi 27 Février à 19:40

Total News : Mettre fin à la présence du "polisario", une priorité pour garantir la stabilité de la région




"Mettre fin à la présence du +polisario+ au sud de l'Algérie doit être érigé en priorité pour garantir la sécurité et la stabilité de la région", a souligné l'agence de presse argentine indépendante "Total News".



Dans une tribune publiée vendredi sous le titre "Une région sans loi : une route pour la cocaïne sud-américaine", l'agence rapporte que "les camps de Tindouf sont devenus un terrain fertile où un flux constant de +mains oisives+ est généré pour répondre aux besoins du crime organisé et des groupes terroristes opérant dans la région comme +Al Qaïda au Maghreb Islamique+ (AQMI), +Le Mouvement pour l'Unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest+ (MUJAO), +Ansar Al-Din+, +Boko Haram+ et bien d'autres".

Dans cette analyse, l'expert argentin Adalberto Carlos Agozino relève que depuis des décennies, la région sahélo-saharienne a été transformée en un grand espace de non-droit où prospèrent toutes sortes d'activités de crime organisé transnational.

Cette région connaît un commerce illicite de produits faisant partie des aides humanitaires de l'Union européenne et des Nations Unies destinées aux Sahraouis séquestrés dans les camps de concentration de Tindouf au sud-est de l'Algérie, a poursuivi Agozino, expert en relations politiques et professeur à l'Université John F. Kennedy de Buenos Aires.

La région sahélo-saharienne offre également un environnement propice au développement de l'activité lucrative du rapt d'étrangers pour exiger des rançons, poursuit l'auteur, selon lequel les cibles les plus fréquentes sont les journalistes, les travailleurs humanitaires d'ONG européennes ou de l'Onu et les touristes inexpérimentés.

En octobre 2011, trois volontaires internationaux ont été enlevés dans les camps de Tindouf sur le sol algérien, a-t-il rappelé, avant de noter que "l'enlèvement n'aurait jamais pu aboutir sans la complicité des éléments du +polisario+ qui contrôlent ces camps".


               Partager Partager