Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Suivez-nous

   

           

Think-tanks: producteurs d'opinions et laboratoires d'idées nourricières pour les décideurs politiques


MAP - Khalid EL HARRAK - publié le Samedi 5 Octobre 2013 à 11:27


Rabat - Les think-tanks, ces producteurs d'opinions et laboratoires d'idées, s'imposent aujourd'hui comme des acteurs dont l'apport au débat public n'est plus à démontrer en faveur des décideurs politiques, appelés à gouverner et à préparer le futur dans un monde incertain.


Think-tanks: producteurs d'opinions et laboratoires d'idées nourricières pour les décideurs politiques
Ayant fait leur première apparition aux Etats-Unis dès les années quarante du siècle dernier, ces cercles de réflexion n'ont apparu au Maroc qu'au début des années 1990, en occupant l'espace laissé vide par la recherche académique et les partis politiques.

"Plus la politique de l'Etat se veut rationnelle et calculatrice, plus l'influence de ces laboratoires d'idées s'accroit, d'où l'obligation pour les acteurs politiques de tirer profit des travaux de ces think-tanks", observe Amine Dafir, chercheur en économie internationale.

Les acteurs de la diplomatie économique "ne disposent pas toujours de spécialistes de certaines régions du monde ou de certains thèmes pointus", a-t-il expliqué, ajoutant que les groupes de réflexion peuvent mener des études approfondies et faire des recommandations pertinentes en la matière.

C'est dans ce sillage que SM le Roi Mohammed VI avait incité, dans Son message adressé aux participants à la première conférence des ambassadeurs tenue récemment, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération à profiter du savoir-faire et des compétences du prestigieux Institut royal des études stratégiques (IRES).

De même, le Souverain a invité cet institut "à coopérer avec le ministère et à consacrer ses efforts au domaine diplomatique et aux différentes questions liées aux relations extérieures du Maroc, dans leurs différents volets : politique, économique, social, culturel et environnemental ".

Pour le coordinateur du groupe de recherche sur les politiques publiques à l'IRES, Abderrahim El Meslouhi, les politiques publiques performantes doivent toujours être fondées sur des savoirs solides, d'où l'intérêt pour les gouvernements aujourd'hui d'intégrer les compétences des think-tanks dans l'élaboration des stratégies et plans d'action.

Cette exigence se justifie par plusieurs considérations, dont le fait que ces structures sont souvent en contact direct avec les centres similaires à l'étranger, favorisant ainsi une sorte de synergies et de transfert de savoirs et de solutions expérimentées ailleurs, estime ce professeur en sciences politiques.

"C'est donc une nouvelle économie du savoir qui émerge en douceur comme étant un cadre d'initiatives qui combinerait facilement attentes de la population à l'œuvre réformatrice des dirigeants politiques", soutient-il.

L'implication des centres de recherche dans l'élaboration des stratégies nationales se présente même comme une exigence constitutionnelle, dans la mesure où le système des politiques publiques repose sur les principes de bonne gouvernance fondés eux mêmes sur la participation citoyenne, l'évaluation raisonnée et la consultation de toutes les instances, dont les think-tanks, au processus de conception de ces politiques, explique cet expert.

Remède pour une époque en mal de visions porteuses de sens, ces cercles de réflexion sont apparus récemment comme des acteurs de veille stratégique chargés d'apporter un éclairage à la prise de décision et d'engager des analyses sur les politiques publiques à caractère structurel.

Pour le directeur stratégie de l'institut Amadeus, Talal Salahdine, les think-tanks jouent de plus en plus ce rôle d'influence et d'orientation de par les réflexions qu'ils mènent. "Il existe depuis quelques années une réelle prise de conscience au Maroc de leur importance dans le processus de décision politique", signale-t-il.

Littéralement "réservoir de pensée", les think-tanks réunissent des experts voués à la production d'idées pour alimenter le débat public à la faveur de leurs publications, conférences et séminaires. C'est dans ce cadre que l'Institut marocain des recherches internationale (IMRI) a mis en place, en coordination avec une vingtaine de centres similaires, un réseau de groupes de réflexion à l'échelle nationale, pour l'échange d'informations et de documents, la coordination des activités, l'organisation en commun de manifestations et la promotion des think-tanks, a indiqué à la MAP son président, Jawad Kerdoudi.

Sur 6.603 think-tanks recensés dans le monde en 2012. Les Etats-Unis hébergent le plus grand nombre de ces instituts dont quelques-uns parmi les plus influents du monde.

Si le Maroc est bien positionné dans la région MENA et au Maghreb, il est appelé à redoubler d'efforts en matière de promotion des centres de recherche et de réflexion, notamment ceux consacrés aux domaines stratégiques, pour voir davantage s'affirmer la position du Royaume sur la scène mondiale.





Découvrez nos autres articles !
< >

Lundi 29 Septembre 2014 - 11:11 La faillite morale ou l’insuffisance sociale

Actus | Société | Economie et Entreprise | Focus | Cultures | Livres | Analyses I Chroniques | Interviews | Lemag | Vu sur le Net




Abonnez-vous à la Newsletter




Ne manquez pas nos prochains articles. Rejoignez-nous sur
Newsletter
Mobile