Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Larbi Amine - Emarrakech - publié le Samedi 9 Février à 09:50

The Blaze : La collision entre AQMI et le Polisario est grave danger pour la sécurité internationale




Washington : «Ignorer les liens avérés entre le Polisario et le groupe ‘terroriste’ algérien d'Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique (AQMI), comme vient de le confirmer le ministre malien des Affaires étrangères Tiéman Coulibaly, constitue une option dangereuse pour la communauté internationale»



PH Reuters
PH Reuters
Ainsi a mis en garde le journal américain "The Blaze ", dans une analyse de l’éditorialiste américaine S.E. Cupp, publiée le 8 février.

Le Polisario note S.E. Cupp, est désormais force d'appoint de ce groupe terroriste et, partant, joue un «rôle significatif dans la menace terroriste qui plane sur la région du Maghreb».

«Les camps de Tindouf sont devenus un terrain fertile pour les recruteurs d'AQMI», a fait observer, dans ce cadre, Joe Grieboski, un expert en matière sécuritaire et de lutte antiterroriste, cité par The Blaze, en pointant du doigt «la précarité des conditions de vie dans les camps de Tindouf sous l'emprise des milices du Polisario, dans un contexte de désespoir pour les jeunes» qui deviennent cibles faciles, des recruteurs d'Al-Qaeda.

Et d'insister que «on ne peut ignorer la collusion entre les séparatistes et AQMI sans perdre de vue les répercussions néfastes d'une telle relation sur notre propre sécurité et stabilité dans l'avenir».

The Blaze souligne que «les nouvelles qui nous parviennent du Mali offrent une preuve irréfutable supplémentaire sur les liens étroits entre le Polisario et le groupe algérien AQMI», en rappelant la déclaration du chef de la diplomatie malienne qui a confirmé la présence parmi les groupes terroristes pourchassés dans le Nord-Mali, de combattants issus des rangs des séparatistes.

«Ils n'étaient que 500 jihadistes au départ. Aujourd'hui, ils sont entre 5.500 et 7.000 hommes. Ces groupes jihadistes ont été rejoints par des jeunes sans perspectives à venir, y compris par des jeunes sahraouis des camps de Tindouf», avait-t-il déclaré dans un entretien publié, mardi dernier, par le site d'information Atlasinfo.

               Partager Partager