Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


AFP - publié le Mercredi 16 Mars à 08:57

Syrie: retour triomphal de bombardiers en Russie





De nouveaux avions militaires russes ont quitté mercredi matin la Syrie, conformément à l'annonce de Vladimir Poutine, pour la Russie, où le secrétaire d'Etat américain John Kerry se rendra dans une semaine pour rencontrer le président russe.

Des avions de combats SU-25 et des avions de transport IL-76 ont quitté la base aérienne de Hmeimim (nord-ouest de la Syrie), a annoncé le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Ces appareils militaires suivent un premier groupe déjà parti mardi, qui a atterri à Voronej, dans le sud-ouest de la Russie, sous les vivats de la foule.

Washington a estimé mardi soir que Moscou tenait à ce stade sa promesse de retirer le gros de son contingent militaire présent en Syrie, décision prise par Vladimir Poutine la veille.

"Je vais me rendre à Moscou la semaine prochaine pour rencontrer le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov pour parler de la manière de faire avancer efficacement le processus politique, et de profiter de ce moment", a déclaré M. Kerry.

Paris a de son côté estimé que "tout ce qui contribue à la désescalade doit être encouragé": le conflit syrien entre dans sa sixième année, a rappelé le Quai d'Orsay.

Le repli de l'armée russe intervient alors que la question de l'avenir du président Bachar al-Assad demeure entière, Damas restant sourd aux exigences des opposants syriens avec qui un nouveau cycle de négociations a commencé lundi à Genève.

Pour de nombreux experts, en retirant des troupes, la Russie cherche aussi à accentuer la pression sur Assad à l'amorce des négociations de paix, mais le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a cependant affirmé mardi que ce retrait n'était en "aucun cas" une mesure de rétorsion contre Damas.

En dépit de ce retrait, Moscou poursuivra ses frappes contre des "objectifs terroristes", a toutefois prévenu l'armée russe. Son aviation a ainsi frappé mardi Palmyre (centre), tenue par le groupe État Islamique (EI), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, a de son côté promis mardi une offensive dans les 48 heures et parlé d'une "défaite" russe.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus