Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Adil Alifriqui - Lemag - publié le Mardi 16 Avril à 14:35

Surveillance des droits de l’homme au Sahara : Un cheval de Troie algérien




Lemag.ma : La recommandation de Ban Ki Moon, dans son récent rapport sur l’affaire au Sahara, «d’une surveillance indépendante des droits de l’homme» aux camps des détenus du Polisario à Tindouf ainsi qu’aux provinces du Sud au Maroc, a donné lieu à des fanfaronnades du RFK Center sur le Wall Street Journal, criant victoire dans ce qu’ils considèrent leur guerre permanente contre le Maroc.



Surveillance des droits de l’homme au Sahara : Un cheval de Troie algérien
En prévision d’une nouvelle résolution sur la prorogation du mandat de la MINURSO au Sahara, le secrétaire général des nations unis, Ban Ki Moon a présenté un rapport sur l’activité de cette mission militaire onusienne ainsi que sur les développements du processus de paix dans la région.

Ainsi dans le fil de ces recommandations aux membres du conseil de sécurité, Ki-Moon, vint à conseiller sur la nécessité d’une mission indépendante de surveillance des droits de l’homme aux camps de Tindouf et aux provinces du sud.

Dans son rapport, Ban Ki Moon, a cité en grande estime, les géantes évolutions du Maroc sur la question des droits de l’homme, comme la création du CNDH conformément aux principes de Paris, chose encore inexistante en Algérie, qui par sa diplomatie du chéquier, travaille à s’acheter des voix mercenaires aux Etats-Unis et ailleurs, dont l’unique mission, est de mener guerres politiques et médiatiques, contre le royaume.

Ban Ki Moon veut une mission indépendante de surveillance des droits de l’homme, chose que le Maroc, a depuis 2011, tenu à appliquer, en invitant sur ses territoires, au nord comme au sud, le rapporteur onusiens contre la torture ainsi que des missions de surveillances internationales des droits de l’homme, des missions diplomatiques occidentales et des ONG devant lesquelles, les portes du royaume ont été grandes ouvertes sans dissimulations aucunes.

En contre partie, ni l’Algérie où les violences et les violations des droits de l’homme sont pain quotidien populaire, ni le Polisario, où viols, tortures et déportations sont le quotidien des détenus sahraouis, surtout quand ils sont libres d’esprits, exprimant leurs opinions sans ambages, ni l’un ni l’autre, n’ont crédit pour porter la voix et évoquer ou même prononcer les mots droits de l’homme.

Entre un Maroc qui avance et construit dans l’apprentissage, sa démocratie, faisant pour cela du Sahara qu’il veut autonome, son point de départ et son cas d’école, généralisable au reste de ses régions, et une Algérie de jour en jour, abysse, engloutissant son peuple après l’avoir déposséder de ses richesses, et un front Polisario esclavagiste et criminel, entre ses deux modèles aux antipodes, les USA, nation des droits de l’homme, devra choisir.

Choisir le Maroc, modèle d’ouverture, d’engagement pour les causes justes dans le monde, depuis la guerre de 40, jusqu’à la lutte contre le terrorisme post 11 septembre 2001, passant pour son combat pour un vrai processus de paix au proche orient, le Maroc qui est au conseil de sécurité, fer de lance pour le combat pour la liberté des maliens contre les terroristes venus d’Algérie, et le combat pour la liberté du peuple Syrien contre le régime de Bachar Al Assad soutenu par l’Algérie.

Ou Choisir le régime algérien, pour sa seule qualité, l’argent de son peuple qui ne lui profite guère.

Les USA, cette nation qui s’est voulue depuis sa création, vertueuse, alliant son pragmatisme à une sorte de piété humaniste, ne pourrait s’aliéner le peuple marocain, si par malheur elle venait à porter atteinte à son intégrité territoriale et à son unité nationale qui est au delà, d’être géographique, légale et historique, est humaine.

Un président américain, George Walker Bush écrivait au Roi Mohammed VI, des années de cela, pour lui dire sa compréhension, que la question du Sahara était d’une grande priorité pour tout le peuple marocain.

Bush et son administration et au delà d’eux, l’Etat continu en Amérique, que les alternances politiques ne changent, comprennent qu’elle est là, la force du Maroc, ce que l’oligarchie militaire algérienne et le front polisario, ainsi que leurs obligés américains du RFK Center ou espagnols, cinéaste ou ONG intéressées, ne peuvent comprendre ou refusent d’admettre.

En attaquant le Maroc, dans ses droits au Sahara, c’est le peuple marocain qu’ils agressent, ils commettent un racisme abjecte à l’encontre des marocains qui ont versé leurs sangs, sur les plus ardus des champs de batailles dans le monde, contre les nazis et les fascistes en Europe, et pour rétablir la paix en Afrique, cote à cote avec les américains.

Ces mêmes américains dont un câble diplomatique publiés par Wikileaks, nous renseignent, qu’ils n’ont jamais cru à la viabilité d’une entité indépendante au Sahara, au point qu’ils étaient prêts en 2009, de faire voter une résolution onusienne dans ce sens.

L’Algérie et son outil, le Polisario, l’un et l’autre qui ne respectent point les droits de l’homme, ont en fait du sujet, un cheval de Troie, pour croient ils, miner de l’intérieur, la souveraineté du Maroc sur ses territoires, et paient cher, des deniers du peuple algérien appauvri, pour que des ONG comme le RFK Center, n’aille chanter victoire, sur les colonnes du Walt Street Journal, et avant même que les vœux de Ban Ki Moon ne se transforment en projet de résolution onusienne, victoire de la supercherie, la célébration du mensonge, la consécration de la désinformation, pendant ce temps,

Le Maroc avance dans l’unité, la sérénité, fort de sa légitimité, laquelle, seuls les vrais peuples, des vraies nations, s’octroient.

               Partager Partager


Commentaires