Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Lemag - MAP - publié le Vendredi 27 Décembre à 19:47

Suite à une plainte marocaine, Google bloque un compte e-mail de l'islamophobe Geert Wilders



Amsterdam - Google a bloqué une adresse e-mail du leader du Parti d’extrême droite PVV, Geert Wilders sur son service messagerie Gmail, suite à une plainte déposé par le conseil des Marocains des Pays-Bas.



Geert Wilders
Geert Wilders
L'adresse courriel permettait de commander un autocollant anti-Islam mis en circulation dernièrement par le leader populiste.
 
Le président du Conseil des Marocains des Pays-Bas, Mohammed Rabbae avait déposé une plainte auprès de Google l'exhortant à intervenir pour empêcher la propagation de l'autocollant en raison des propos ''haineux'' et ''racistes'' qu'il véhicule.
 
Le gouvernement néerlandais avait annoncé vendredi qu'il se démarque du nouvel acte de provocation du leader du Parti pour la liberté, le qualifiant de procédé "inutile". 
 
Le geste de Wilders, connu depuis toujours pour son hostilité à l'Islam et aux immigrés notamment, est un acte "dégoûtant" qui n'a pas d'autre dessein que de "heurter les sentiments des gens", a affirmé le vice-premier ministre néerlandais, Lodewijk Asscher.
 
Insulter une religion "n'est pas un moyen pour combattre l'extrémisme mais pourrait faire le jeu des extrémistes", a déclaré pour sa part le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans, qualifiant l'action du leader populiste d'"inutile".
 
Les sorties controversées et à portée xénophobe du leader populiste ont à maintes reprises suscité des polémiques et l'indignation aux Pays-Bas et de par le monde. La dernière en date, le lancement d'un site destiné à recenser les "nuisances" causées par les populations des pays d'Europe centrale établies aux Pays-Bas.
 
Au cours des dernières législatives du 12 septembre 2012, le parti s'est livré à une critique acerbe à l'égard de l'Europe, nouveau bouc émissaire de Wilders, son discours contre les émigrés et l'Islam n'étant plus porteur. 
 
Le parti de Wilders a essuyé un échec cuisant dans ces élections après la perte de presque la moitié des sièges obtenu en 2010.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara