Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 21 Mai à 21:32

Sous pression des victimes, Coca-Cola retire un spot publicitaire dans lequel apparaît un acteur soutenant l'ETA



Madrid - La filiale espagnole de Coca-Cola a retiré mercredi un spot publicitaire dans lequel apparaît un acteur espagnol exprimant son soutien aux prisonniers de l'organisation basque ETA, jugé offensant pour les victimes de ce groupe armé considéré comme terroriste.



L'entreprise a présenté "des excuses" à tous ceux qui se sont "sentis offensés" par cette campagne publicitaire, à laquelle participait Gotzon Sanchez, un acteur qui a soutenu des rassemblements en faveur de la libération massive de prisonniers de l'ETA accusés d'assassinats, selon des médias locaux.

La filiale, qui emploie quelque 4.200 personnes en Espagne, et qui a fermé l'année dernière quatre des ses usines dans le pays, a également demandé "pardon" aux victimes des activités terroristes de cette organisation qui revendique l'indépendance du Pays basque et de la région de Navarre, dans le nord de l'Espagne.

Le retrait de cette pub est intervenu après la lettre adressée par le président de l'association "Dignité et justice", Daniel Portero, au président de Coca-Cola-Espagne, rapportent les mêmes sources. 

"Nous voulons exprimer nos remerciement pour la réaction rapide et immédiate de Coca-Cola, qui a retiré le dernier spot de la campagne publicitaire à laquelle participe Gotzon Sanchez, un acteur qui a soutenu des rassemblements en faveur de la libération massive de prisonniers de l'ETA accusés d'assassinats", a indiqué l'association dans un communiqué.

L'ETA, rendue responsable de la mort de 829 personnes lors de 40 ans de lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre, a annoncé dernièrement qu'elle s'engageait à mettre "sous scellés" et "hors d'usage opérationnel" son arsenal.

Le gouvernement espagnol exige par contre de l'organisation basque, qualifiée de terroriste par l'UE, de déposer définitivement les armes et d'abandonner la lutte armée.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara