Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



MAP - publié le Vendredi 18 Mars à 15:45

Sit-in dimanche à Paris en protestation contre les propos provocateurs du SG de l'ONU




Paris - Un collectif d'associations exerçant en France appelle tous les Marocains, Franco-marocains et amis du Maroc à se rassembler dimanche prochain à Paris pour dénoncer les propos provocateurs du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à propos du Sahara.



"Le Maroc à besoin plus que jamais de notre soutien indéfectible pour son intégrité territoriale", soulignent les organisateurs de ce sit-in dans un communiqué parvenu vendredi à la MAP, notant que ce ne sont pas les déclarations provocatrices et irresponsables du secrétaire général des Nations unies qui vont faire douter sur la marocanité du Sahara ou affaiblir la capacité et la détermination des Marocains à défendre l'intégrité territoriale du Royaume avec les arguments tangibles. 

"Au contraire, cela ne fait que renforcer notre position, notre volonté d'aller de l'avant et finir avec ce différend artificiel créé de toutes pièces par ceux qui refusent de regarder la réalité en face, une réalité plus économique que politique", relèvent les organisateurs de ce rassemblement.

Et de souligner qu'"en proposant une solution politique pour la résolution du conflit du Sahara, le Maroc veut amener les parties par la voix du dialogue et de la négociation, à s'entendre sur un compromis juste, réaliste et définitif", expliquant que le plan d'autonomie pour les provinces du sud repose sur un transfert de compétences aux populations du Sahara, en tenant compte des spécificités locales et ce dans le cadre de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du Royaume. 

Les organisateurs de ce rassemblement demandent, en conclusion, à ce que les propos qui ont blessés toute une nation soient retirés et faire place à des excuses, et en appellent aussi à la responsabilité du secrétaire général de l'ONU et à l'obligation du devoir de réserve qui lui incombe.

               Partager Partager