Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Jeudi 19 Mai à 15:25

Sénégal: le président Macky Sall lance une invitation à un dialogue national le 28 mai



Dakar - Le président sénégalais Macky Sall a annoncé un "dialogue national" à partir du 28 mai, des concertations sur des "questions d'intérêt national" impliquant le pouvoir, les acteurs politiques et la société civile, indique un communiqué gouvernemental jeudi.



Le chef de l'Etat a évoqué "des consultations inclusives sur des questions exclusivement d'intérêt national" dans le cadre de l'appel au dialogue national qu'il a récemment lancé, selon ce communiqué publié à l'issue du Conseil des ministres mercredi soir.

Il compte ouvrir le 28 mai ce dialogue "en recevant les acteurs de la classe politique, ceux de la société civile, du secteur privé, des organisations de travailleurs, les autorités religieuses et coutumières". Le contenu exact des concertations n'a pas été précisé.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS), la principale formation de l'opposition qui a dirigé le Sénégal de 2000 à 2012, n'a pas encore été officiellement saisi de ces concertations et attend d'être édifié notamment sur leur contenu pour prendre une décision, a déclaré jeudi à la presse son porte-parole Babacar Gaye.

L'opposition reproche au président Sall de ne pas dialoguer avec elle depuis son arrivée au pouvoir.

Ce dialogue national est annoncé deux mois après le référendum constitutionnel du 20 mars, dont l'un des principaux points visait une réduction immédiate du mandat présidentiel de sept à cinq ans, conformément à une promesse électorale du président Sall, élu en mars 2012. Le oui l'avait emporté avec plus de 62% des voix.

Mais sur avis du Conseil constitutionnel qu'il avait saisi, M. Sall a renoncé à appliquer immédiatement cette réduction au mandat en cours, s'attirant des critiques de l'opposition et d'organisations de la société civile qui l'ont accusé d'avoir manqué à sa parole.

La révision constitutionnelle proposée par le dirigeant sénégalais comportait, outre la réduction du mandat présidentiel, quatorze autres points dont le renforcement des droits des citoyens et de l'opposition, ainsi que des pouvoirs législatif et judiciaire.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara