Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
PNUE : MASEN lauréate du prestigieux prix "Champions de la Terre", la... | via @lemagMaroc https://t.co/rwL3yyD0AA https://t.co/PFWit4edpM



MAP - publié le Jeudi 5 Novembre à 16:55

Sénateur français : La Marche Verte, un grand moment historique durant lequel un peuple pacifique a repris possession d'une partie de son territoire






Paris, 05 nov. 2015 - La Marche Verte constitue un grand moment de l'Histoire durant lequel un peuple pacifique a repris possession d'une partie de son territoire, a relevé le sénateur français François Grosdidier.
Dans une déclaration à la presse en marge d'une rencontre à l'Assemblée nationale à Paris pour la présentation du livre "Le conflit du Sahara au regard du droit international", du professeur Abdelhamid El Ouali, M. Grosdidier a souligné qu'il s'agit d'une "démarche nationale et pacifique assez rare dans l'histoire". 

Il a également mis l'accent sur l'importance de ce nouvel ouvrage qui met en évidence la marocanité du Sahara d'un point de vue juridique, notant que la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud est également attestée par les liens historiques d'allégeance entre les tribus sahraouies et les sultans du Maroc, des liens reconnus par la Cour internationale de justice.

Par ailleurs, M. Grosdidier a estimé que la solution au conflit artificiel autour du Sahara marocain réside dans la régionalisation avancée et l'autonomie, le référendum d'autodétermination étant devenu irréalisable en raison des obstacles posés par les ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc.

La proposition d'autonomie dans le cadre de la souveraineté du Maroc est la solution qui répond aux aspirations des habitants des provinces du Sud, qui expriment leur attachement au Maroc par leur forte participation aux différentes échéances électorales, a-t-il ajouté.

Cette solution est aussi la seule option garantissant la stabilité et la sécurité dans cette région du monde, a indiqué le sénateur français, expliquant que cette région n'a pas besoin de voir émerger "un gouvernement fantoche, qui serait manipulable par des puissances étrangères mais aussi par des groupe terroristes ou par la délinquance internationale".

               Partager Partager