Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Lemag - Agence - publié le Samedi 29 Mars à 09:43

Sebbar: Les séparatistes sur-dramatisent des incidents normaux au Sahara




Rabat - Le secrétaire général du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Mohamed Sebbar a indiqué que plusieurs questions, sans aucune relation avec les droits de l'homme, sont "politisées" dans les provinces du Sud.



Mohamed Sebbar - PH menara.ma
Mohamed Sebbar - PH menara.ma
Sebbar, invité jeudi soir de l'émission "90 mn pour convaincre", diffusée par Médi1TV, a expliqué que "des dépassements normaux qui pourraient survenir parfois dans les provinces du Sud sont dramatisés et politiquement instrumentalisés".

Le secrétaire général du CNDH, cité par la MAP, a, dans ce sens, déploré que "certaines parties, dont des associations actives dans la région, se présentent comme étant des militants des droits de l'Homme, alors que ce ne sont, en fait, que des acteurs politiques" qui œuvrent à d'autres desseins.

Sur le même registre, Sebbar a relevé que le front polisario "utilise désormais la carte des droits de l'Homme, qu'il instrumentalise, après épuisement de l'option militaire ou encore diplomatique".

Durant leurs visites dans la région, les rapporteurs spéciaux des Nations Unies travaillent en toute liberté et toute quiétude, comme ils l'ont exprimé lors de leurs conférences de presse, a-t-il ajouté, rappelant à cet égard les visites dans le Royaume de la mission sur les arrestations arbitraires, du rapporteur spécial sur la torture, du rapporteur spécial sur les droits culturels et de la mission sur la lutte contre la discrimination à l'égard des femmes.

Pour ce qui est de la décision du gouvernement d'interagir rapidement et efficacement avec les propositions du CNDH et de ses délégations régionales au niveau national, dont celles des provinces du sud du Royaume, le SG du CNDH a précisé que les plaintes émanant du Nord, de l'Est ou de l'Ouest du Maroc "sont beaucoup plus nombreuses que celles provenant des provinces du Sud".

Cette décision n'est pas "conjoncturelle", a-t-il assuré, rappelant que le rôle des institutions de défense des droits de l'Homme porte essentiellement sur la protection de tous les citoyens et la lutte contre les dépassements et les violations.

Ce volet de "protection" concerne tous les Marocains, qu'ils soient du Nord, du Sud, de l'Est ou de l'Ouest, a affirmé Sebbar qui a souligné qu'au sein du Conseil "il n'y a pas de priorités en termes de droits fondamentaux" qui sont garantis pour tous, mais "il y a certaines priorités stratégiques, tels les droits de la femme".

               Partager Partager


Commentaires