Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Naoufal RHOUDA - publié le Samedi 3 Janvier à 10:48

Sanctions contre la Russie, 1er perdant... l’Europe.






Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie le 16 mars 2014, (réintégration et non annexion car la Crimée faisait partie du giron de la Russie depuis le 18ème siècle), une kyrielle de mesures restrictives et sanctions ont vu le jour contre la Russie: sanctions militaire, économique, énergétique, technologique...

Lesdites sanctions ont-elles engendré des conséquences?

Certes la Russie souffre de l’embargo et des sanctions appliquées par les USA et son allié l'Europe, mais elle n'est pas le 1er pays perdant ni même le second. Les premiers perdants sont bien évidemment l'Allemagne, la France, l'Italie. Durant la dernière décennie, les entreprises européennes ont construit un business très profitable au sein de la Russie : Danone, Carlsberg, Audi, le groupe pétrolier italien ENI ayant une alliance avec Gazprom du projet de gazoduc South Stream qui devrait permettre d’approvisionner l’Europe en contournant l’Ukraine par la mer Noire, BP, SHELL,etc. Des sociétés européennes qui ont vu leurs marchandises interdites d’accéder au sol russe, des milliers d'emplois perdus en Europe, surtout pour les sociétés exportatrices qui ont comme priorité le marché russe et ce n'est que le début.

Aujourd'hui, l'Europe paye plus cher que la Russie le résultat des mesures restrictives étant donné qu'après 10 mois, on s'assure de plus en plus que les sanctions n'ont aucun effet sur la politique étrangère de la Russie et qu’elle ne va jamais laisser tomber la Crimée. Alors, il faut que l'Europe se réveille et qu’elle admette cette réalité sachant que les intérêts économiques et commerciaux sont beaucoup plus importants que les intérêts géopolitiques, source de conflit entre la Russie et les USA (et qui ne regarde en aucun cas l'Europe, sauf que, bien sûr, les USA se servent toujours de l'Europe afin de réaliser leurs objectifs stratégiques dans pas mal de régions dans le monde).

Afin de servir les objectifs américains, l’Europe a mené une guerre géopolitique et économique contre la Russie en optant pour le mode (perdant-perdant) tout en donnant l'occasion aux USA d'être le winner.
Ce que l'Europe doit comprendre, c'est que les USA passent par un moment curial en termes d'hégémonie économique. On a assisté dernièrement au leadership de l'économie chinoise après 142 ans de règne de l'économie américaine. Alors les USA avaient, ont et auront toujours comme objectif de préserver leur place comme étant le leader de l'économie mondiale. Cela pousse ce pays à jouer contre le temps afin de pallier et d'affronter la concurrence chinoise comme étant l'un des premiers consommateurs des richesses énergétiques en créant toujours un conflit entre l'Europe et la Russie pour qu'ils restent toujours hors-champ.

L'Europe volontairement se dirige vers une nouvelle crise économique, voire une crise financière en jouant le rôle de suiveur et en appliquant à l'aveuglette les consignes étasuniennes.
Ce qui est clair, c'est que les USA veulent à tout prix affaiblir l'économie européenne afin qu'ils aient un seul concurrent à affronter (la Chine) au lieu de deux ou trois.

Si cette crise dure plus de deux ou cinq autres années, on assistera soit à une guerre dans la région et l'option nucléaire ne sera pas écartée, soit à la fin de l'euro comme monnaie unique, car l'économie va s'affaiblir davantage et par la suite conduire à un éclatement de l'Union européenne.

Pour une reprise économique européenne, Bruxelles doit sortir de cette crise provoquée par les Américains en Ukraine en annulant toutes les sanctions et mesures restrictives et opter plutôt pour une solution pacifique avec la Russie. Et s'il y a un problème entre la Russie et les USA, qu'ils le règlent à leur niveau.

Naoufal RHOUDA
Analyste économique


Tagué : Naoufal RHOUDA

               Partager Partager