Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



MAP - publié le Mardi 29 Septembre à 17:00

Sahara marocain: Peter Pham qualifie de "malavisée" l'"agitation" de la Suède






New York - Le projet de loi du gouvernement suédois visant à reconnaître la fantomatique "rasd" participe "d'une démarche malavisée" qui peut avoir des "conséquences incalculables" sur la sécurité et la stabilité régionales, a déclaré, mardi à la MAP, Peter Pham, Directeur de l'Africa Center, relevant du prestigieux think tank Atlantic Council.
"Il s'agit là d'une démarche malavisée et mal-informée de la part de la Suède qui s'engage ainsi dans une approche diplomatique futile sans aucune prise réelle sur la réalité sur le terrain et qui risque de déclencher des conséquences incalculables", a souligné cet éminent expert US des questions africaines.

Il est, en effet, "trop facile pour un pays, qui ne se trouve pas sur les lignes de front de l'ensemble géographique que constituent le Maghreb et le Sahel, de s'agiter en sachant qu'il n'aura pas à subir les conséquences d'une décision périlleuse à plus d'un titre", a-t-il expliqué.

"La Suède ne doit pas ignorer le fait que la fantomatique +rasd+, qui ne dispose pas des attributs constitutifs d'un état, est animé par des visées déstabilisatrices de la région", a poursuit M. Pham appelant les autorités suédoises "à se soucier plutôt de la misère intergénérationnelle qui sévit dans les camps de Tindouf où les populations parquées, contre leur gré, croulent sous la misère et le manque de perspectives économiques et politiques".

La sortie de la Suède est de nature "à causer de grands dégâts à ce pays scandinave lui-même et contrecarrer les initiatives menées pour le règlement définitif de la question du Sahara par les puissances mondiales, dont la Suède ne fait pas partie", a dit Peter Pham.

"La Suède en assumera la pleine responsabilité aux yeux de la communauté internationale", a-t-il conclu.

               Partager Partager