Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Jeudi 10 Mars à 09:20

Sahara marocain: Les dérapages verbaux de Ban Ki-moon sont "troublants" et "mal avisés" (Edward Gabriel)




Washington - Les dérapages verbaux du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon sur la question du Sahara sont "troublants", "mal avisés" et relèvent même de "l'incompétence", a déclaré, mercredi, à la MAP Edward Gabriel, ancien ambassadeur américain.



Edward Gabriel
Edward Gabriel
"Ces propos pour le moins hasardeux portent un sérieux coup aux efforts de la communauté internationale visant un règlement pacifique au conflit du Sahara", a souligné M. Gabriel.

Il s'agit de propos "incompréhensibles" et "outrageux", a-t-il relevé, ajoutant que ce genre de comportements est indigne d'une organisation internationale comme l'ONU et porte atteinte à la crédibilité du Secrétariat Général.

L'ancien diplomate américain s'est dit étonné du fait que M. Ban Ki-moon ait passé sous silence le détournement à grande échelle, par les dirigeants du polisario, des aides humanitaires destinées aux populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf avec la complicité et la connivence du régime algérien.

M. Gabriel a également tenu à dénoncer l'appel par le responsable onusien à une conférence des contributeurs à l'aide humanitaire destinée aux pensionnaires de Tindouf, lequel appel, a-t-il dit, a omis d'évoquer la question du recensement tant souhaité par les Nations Unies, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

Le Gouvernement du Royaume du Maroc a exprimé, mardi dans un communiqué, les plus vives protestations contre les propos du Secrétaire général de l'ONU sur la question du Sahara marocain, relevant avec ''grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés de M. Ban Ki-moon durant sa récente visite dans la région".

               Partager Partager