Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



MAP - publié le Vendredi 2 Octobre à 17:27

Sahara: face à la position suédoise, le Maroc appelé à jouer la carte de l'économie (Expert)






Oujda - Pour faire face à la position du gouvernement suédois, qui entend reconnaître la pseudo "rasd", le Maroc est appelé à jouer la carte de l'économie, a estimé le président du Centre d'études et de recherches humaines et sociales d'Oujda, Samir Boudinar.
Dans un entretien à la MAP, M. Boudinar a souligné l'importance de cette carte dont dispose le Maroc, notant que cette mesure peut constituer un outil de pression même face à un pays industrialisé comme la Suède.

Cette mesure doit être accompagnée d'une vision globale prenant en considération les dimensions morale, sociale, humaine et juridique de la cause de l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il expliqué, mettant l'accent sur l'importance de mener, en parallèle, une offensive diplomatique pour inciter les alliés du Maroc à contribuer à cette pression économique.

M. Boudinar a, en outre, noté que la position de la Suède fait fi de la réalité sur le terrain et ne prend pas en considération les progrès politiques internes et la pertinence de la position marocaine concernant les moyens de mettre fin à ce conflit artificiel, une vision qui jouit d'une crédibilité reconnue à l'échelle internationale.

Cette crédibilité n'est pas le fruit du hasard, mais découle du soutien apporté par la majorité de la population du Sahara marocain à ce processus politique, a-t-il dit, rappelant les importantes réalisations dans les provinces du Sud, notamment dans les domaines sociaux, économiques et des infrastructures. Des positions comme celle de la Suède, fondées sur une vision étriquée et unilatérale, sont vouées à l'échec, a-t-il poursuivi, notant que ce genre de positions tendancieuses ne feront que nuire au processus onusien de règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain.

La position suédoise, qui constitue une dérive par rapport à celle exprimée par l'UE, n'est pas surprenante, d'autant plus qu'elle a été précédée par une série de mesures politiques et économiques hostiles au Maroc, a-t-il dit.

Face à cette position inacceptable de la Suède sur la question du Sahara, le Maroc doit se montrer ferme et adopter un langage clair vis-à-vis de ses partenaires européens, tout en maintenant un niveau élevé de mobilisation en faveur de la première cause nationale, sur tous les plans, politique, économique, sécuritaire, juridique et médiatique, a poursuivi M. Boudinar.

Il s'agit de capitaliser sur les acquis réalisés sur le plan interne, illustrés par la forte participation politique des populations des provinces du Sud, ainsi que sur la position qu'occupe le Maroc sur la scène internationale pour faire face à toutes les manœuvres hostiles visant l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il conclu.

               Partager Partager