Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



MAP - publié le Mardi 22 Mars à 13:55

Sahara : Les propos du SG des Nations Unies sont malavisés (Expert des relations internationales)




Abu Dhabi - Les propos du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, au sujet du Sahara marocain sont malavisés, a souligné l'expert en sciences politiques et relations internationales, Ahmed Youssef Ahmed, dans un article publié mardi au journal émirati +Al Ittihad+.



M. Youssef Ahmed, professeur des sciences politiques à l'Université du Caire, a indiqué qu'"il était malavisé de la part du Secrétaire général de l'Onu d'employer un terme qui a suscité le mécontentement du Maroc, alors que l'expression exacte consacrée au Sahara dans les chartes des Nations Unies, est qu'il un territoire non autonome".

Le chercheur égyptien, également directeur de l'Institut des recherches et des études arabes relevant de l'organisation arabe de l'éducation, de la culture et des sciences, a fait remarquer, à ce propos, que les Nations Unies n'ont jamais employé le terme ''occupation'' pour décrire la relation du Maroc avec le Sahara, relevant à ce propos que "le Maroc, dans son Sahara, n'est guère une force d'occupation ou chargée d'administration du territoire, mais un pays qui y exerce sa souveraineté".

Et l'auteur de l'article de s'interroger sur les motifs ayant poussé le Secrétaire général des Nations Unies "à employer son terme qui a provoqué la crise, lui, qui occupe la plus haute fonction diplomatique à l'échelle mondiale, et qui est censé être vigilant dans ses propos".

Après avoir donné un aperçu sur la nature du conflit autour du Sahara, il a souligné, par ailleurs, que le Maroc a "présenté une solution basée sur l'autonomie, assortie de larges prérogatives", notant que "ce projet bien réfléchi peut servir de base pour des négociations sérieuses entre les parties au conflit".

               Partager Partager