Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Larbi Amine - Lemag - publié le Mardi 8 Avril à 13:04

Sahara : Les accusations de l'ambassadeur Hilale aux autorités algériennes




Rabat : Invité au forum de la MAP, l'ambassadeur représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l'Office des Nations unies à Genève, Omar Hilale a décrié la situation dans les camps du Polisario la qualifiant de ‘‘tragédie du siècle’’.



Omar Hilale - PH MAP
Omar Hilale - PH MAP
L’ambassadeur Hilale qui a donné conférence ce matin à Rabat, sur le thème "l'engagement du Maroc en matière des droits de l'Homme", a affirmé que ‘‘la militarisation des camps de Tindouf est une violation flagrante des droits de l'Homme’’.

"Une génération a été perdue dans ces camps de la honte’’, a-t-il déploré, appelant les organisations internationales à agir pour mettre un terme à cette situation.

La responsabilité de l’Algérie

Omar Hilale a pointé du doigt les autorités algériennes, affirmant leur entière responsabilité  dans le maintient, l’attisement et le prolongement du conflit ‘‘artificiel autour du Sahara’’.

L’ambassadeur a souligné que le pouvoir en place à Alger a "failli à ses responsabilités en matière de protection des séquestrés de Tindouf" vu que cette région est sous autorité administrative et sécuritaire algérienne.

"Le pouvoir algérien a toujours utilisé le Maroc comme exutoire à ses crises internes", a dit le diplomate marocain.

4 rapporteurs spéciaux des droits de l'Homme invités au Maroc

Par ailleurs, l'ambassadeur Hilale, a indiqué que le Maroc a invité quatre rapporteurs spéciaux des droits de l'Homme à visiter le Royaume en 2014 / 2015.

Ces initiatives dit-il "reflètent clairement l'engagement du Royaume en faveur du respect des droits de l'Homme".

Pour lui, "l'ouverture du Maroc sur les procédures spéciales et son invitation volontariste des rapporteurs de l'ONU procèdent d'une démarche proactive sur des sujets aussi sensibles que la torture, les détentions arbitraires ou la violence à l'égard des femmes".

A rappeler qu’en février 2014, cinq ONG internationales de droits de l’homme, dont Human Rights Watch et Amnesty international, avait adressé une lettre au gouvernement algérien dans laquelle, les 5 organisations regrettent qu'Alger persistent depuis des années à refuser tout accès à son sol, aux acteurs internationaux des droits humains et aux experts de l’ONU.

               Partager Partager