Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Larbi Amine - publié le Mardi 3 Mars à 20:50

Sahara : La grave bourde de l’ambassadeur de Côte d’Ivoire à l’ONU




Paris : Le président ivoirien Alassane Ouattara était intervenu en catastrophe pour corriger une gravissime faute de son ambassadeur à l’ONU, sur l’affaire du Sahara.



Youssoufou Bamba - PH voanews
Youssoufou Bamba - PH voanews
En effet, le Maroc et la Côte d’Ivoire avaient frôlé la crise diplomatique grave, des suites d’une sortie inattendument hostile au royaume, commise par l’ambassadeur permanant de Côte d’Ivoire à l’ONU.

C’est le magazine français Jeune Afrique qui a révélé cette scabreuse histoire, déroulée à la fin de l’année écoulée et qui avait obligé le président ivoirien, Alassane Ouattara, à intervenir personnellement et en catastrophe, pour corriger la bévue de son ambassadeur à l’ONU.

Selon Jeune Afrique, en Octobre 2014, Youssoufou Bamba, ambassadeur ivoirien permanent à l’ONU avait déclaré au siège new-yorkais de l’organisation internationale, que le Sahara était ‘‘la dernière colonie en Afrique’’.

Cette déclaration du diplomate ivoirien, représentant officiel de son pays à l’ONU et dont les paroles engagent l’Etat ivoirien, a failli, indique la publication française, mettre le feu aux relations diplomatiques entre le Maroc et la Côte d’Ivoire.

La diplomatie marocaine, ajoute la même source, étonnée de la sortie inattendue de l’ambassadeur ivoirien, avait évitée toute réaction vive, laissant ainsi le temps au président Alassane Ouattara pour corriger son ambassadeur, en le rappelant à l'ordre et en s'employant à expliquer au Maroc que le dit diplomate avait agit seul sans en référer à sa hiérarchie et s'était ainsi placé en porte-à-faux avec la position officielle de son pays qui refuse de reconnaître la république du Polisario.

               Partager Partager