Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Emarrakech - publié le Lundi 25 Juin à 10:43

Sahara : Ban ki Moon resoutient Ross et le Polisario menace de reprendre les armes




New York – Alger : Le secrétaire générale des nations unis choisit le blocage de la situation avec le Maroc en réitérant son plein soutien à son envoyé spécial au Sahara déclaré pourtant persona non grata par le royaume.



Khatri Adouh Négociateur du Polisario avec le Maroc
Khatri Adouh Négociateur du Polisario avec le Maroc
Martin Neserski, porte parole du secrétaire général des nations unis annonçait au nom de son patron Ban Ki Moon, la pleine confiance réitérée par ce dernier, au désormais honni à Rabat, l‘envoyé spécial de l’ONU au Sahara, Christopher Ross.

Cette déclaration vint annoncer un blocage pouvant s’aggraver entre le Maroc et les nations unis, vu que toute reculade du Maroc sur ce sujet serait invivable pour Rabat vu que la décision de déconfiancer Ross fut prise par les hautes sphéres de l'Etat comme l'avait annoncé Saad Edine El Otmani sur le plateau d'Al Oula mardi dernier, elle s’apparenterait également à une victoire du Polisario et de l’Algérie.


Le Polisario charge ses armes

En parallèle, le front Polisario par la voix de son président d’assemblée, Khatri Eddouh, a martelé depuis Alger ou il rencontrait des « associatifs » algériens le soutenant, que son organisation était prête pour reprendre les armes contre le Maroc :

« Le Polisario qui n’a pas rendu ses armes ni démobilisé ses milices, n’attendra pas longtemps avant de reprendre les combats avec le Maroc … surtout que la situation prévalant à la région et dans le monde arabe prête à ce choix» a-t-il déclaré en face de ses supporters algériens.

Pour lui, les négociations n'ont jamais été qu’un moyen parmi d’autres, pour garder vive, la question du Sahara et que la guerre reste une option à considérer à tout moment.

               Partager Partager


Commentaires