Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Jeudi 1 Octobre à 17:42

Saad Eddine El Otmani : La tendance en Suède à soutenir le "polisario" ne date pas d'hier






Rabat - Le président du Conseil national du parti de la Justice et du Développement (PJD), Saad Eddine El Otmani, a affirmé que la tendance en Suède à soutenir le "polisario" ne date pas d'hier, en ce sens qu'une demande similaire de reconnaissance de l'entité séparatiste avait déjà été présentée en 2012.
Dans un entretien au site pjd.ma, M. El Otmani a rappelé que le parlement suédois avait adopté en 2012, dans le cadre d'un rapport général sur la situation dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), une résolution portant sur la reconnaissance de la pseudo RASD. 

Il a précisé à cet égard que les partis qui avaient présenté la résolution étaient à l'époque minoritaires et dans l'opposition, alors que depuis les élections de 2014 ils représentent la majorité. 

Pour le président du Conseil national du PJD, la crainte de voir cette résolution se transformer en une position officielle du gouvernement suédois, a incité le Royaume du Maroc à s'activer tous azimuts pour empêcher la prise d'une telle décision. 

L'action entreprise par les partis politiques marocains depuis l'éclatement de cette affaire est "proactive" tant qu'on "ne parle pas encore d'une décision gouvernementale officielle", a estimé M. El Otmani, notant que la société civile est le facteur essentiel favorisant la présence du polisario en Suède, "d'où la nécessité pour le Maroc de s'ouvrir sur cette société civile et d'établir des partenariats bilatéraux à différents niveaux". 

Il a, dans ce sens, plaidé pour une restructuration de l'action de la société civile marocaine, mais également des université et des centres de recherche, "qui se doivent tous d'assumer leurs responsabilités quant à la question de l'intégrité territoriale nationale". 

M. El Otmani a, d'autre part, assuré que le Royaume dispose de plusieurs points forts dans cette question, notamment les mutations positives qu'a connues le pays qui a réalisé des avancées notables, en termes de développement et de démocratie, par rapport à son voisinage. 

               Partager Partager