Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


AA - publié le Jeudi 28 Janvier à 15:34

Rome : L’intervention militaire en Libye ne peut pas attendre le printemps



Avec les Américains, les Britanniques et les Français, nous sommes convenus d’éviter les mesures non-coordonnées qui n’ont pas abouti à de bons résultats, par le passé» (ministre italienne de la défense).



AA / Rome / Mahmoud Kilani
AA / Rome / Mahmoud Kilani
«L’intervention internationale en Libye ne peut pas attendre l’avènement du Printemps», a déclaré, jeudi, la ministre italienne de la Défense, Roberta Pinotti. 

La ministre Pinotti faisait cette déclaration à la télévision italienne publique, en réponse à une question sur l’intervention militaire internationale en Libye. 

«Nous ne pouvons pas attendre l’avènement de la saison du Printemps avec une situation libyenne qui stagne», a souligné la ministre.

La ministre a, dans ce cadre, mis l’accent sur la nécessité de coordonner les efforts internationaux en la matière. 

«Nous avons collaboré de manière étroite avec les Américains, les Britanniques et les Français et nous sommes convenus d’éviter les mesures non-coordonnées qui n’ont pas abouti à de bons résultats, par le passé», a ajouté Roberta Pinotti. 

«C’est la raison pour laquelle nous travaillons de manière concrète à travers la collecte des informations et l’élaboration de possibles plans d’intervention, sur la base des éventuels risques», a-t-elle poursuivi. 

La ministre italienne a précisé avoir discuté de cette question au cours de la réunion des ministres de la Défense des pays membres de la coalition internationale anti-Daech, tenue à Paris. 

«Il s’est dégagé de cette réunion une unanimité quant à la nécessité d’avoir un gouvernement actif sur place pour éviter un scénario tel celui de l’Irak après la chute du régime de Saddam Hussein en 2003», a-t-elle insisté. 

«Nous ne devons pas offrir des justificatifs à la propagande jihadiste qui a intérêt à présenter toute mobilisation sous la forme d’une invasion occidentale», a-t-elle conclu.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus