Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Samedi 7 Mai à 10:17

Revue quotidienne des éditos



Rabat - Les éditorialistes des quotidiens publiés samedi ont centré leurs commentaires sur la stratégie nationale de lutte contre la corruption lancée par le gouvernement et la situation du marché du travail au Maroc.



Abordant la stratégie de lutte contre la corruption, dont le coup d’envoi a été donné mardi dernier, Bayane Al Yaoum souligne que mises à part les observations et les critiques d'un certain nombre d'intervenants, cette démarche s'avère importante et sérieuse du fait qu'elle contribuerait à promouvoir l'intégrité et renforcer l'Etat de droit.

Selon lui, "il serait simpliste de croire que la corruption peut être éliminée du jour au lendemain par le gouvernement seul, par une stratégie nationale ou encore par des lois et des décrets, car elle revêt le caractère d'un 'système' qui implique plusieurs intervenants et contre lequel la lutte a besoin des efforts de tous, aussi bien des citoyens que des acteurs économiques privés".

"La lutte contre la corruption et la promotion de l’intégrité constituent une culture qu'il faut développer au sein de la société, chez les élites économique et administrative et chez tous les fonctionnaires chargés de l'exécution des lois", plaide l'éditorialiste, appelant les établissements scolaires, les mosquées, les médias et les familles à jouer un rôle central dans la diffusion d’une culture de rejet de la corruption.

Pour lui, "la corruption ne se rapporte pas uniquement à des droits individuels qu'il faudrait respecter, mais pourrait porter un préjudice au développement de tout un pays et nuire à son image extérieure". 

Al Ittihad Al Ichtiraki revient sur la situation du marché de travail au Maroc. L'éditorialiste souligne que l'économie nationale est, selon les chiffres de deux institutions de statistiques, "incapable de résorber le chômage et au lieu de créer des emplois permanents, elle en perd des milliers ces dernières années".

Il cite à cet égard les données publiées récemment par le Centre marocain de conjoncture, selon lesquelles la demande du travail au Maroc connaît une hausse continue avec environ 195.000 nouveaux demandeurs d'emploi en milieu urbain qui rejoignent annuellement le marché.

Par ailleurs, d'après un rapport du HCP publié jeudi dernier, l'économie nationale a perdu 13.000 postes d'emploi durant les trois premiers mois de 2016, relève-t-il.

De ce fait, il s'avère que le gouvernement n'a pas réussi à réduire le taux de chômage qui est passé de 9,9 pc en 2012 à plus de 10 pc cette année, signale-t-il, ajoutant que "l'armée des chômeurs" atteindrait 1,3 million de personnes à la fin de l'année, soit 300.000 chômeurs de plus qu'en 2012.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus