Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


MAP - publié le Vendredi 2 Décembre à 10:31

Revue des éditos quotidiens



Rabat - Le retour du Maroc à l’Union africaine et la conférence organisée par le Parti de l’Istiqlal sont les principaux sujets traités par les éditorialistes des quotidiens parus vendredi.



Al Ittihad Al Ichtiraki commente les manœuvres de la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), qui tente de contrarier la décision du Maroc de regagner sa place au sein de sa famille institutionnelle panafricaine.

Le journal affirme que la responsable sud-africaine a mis plusieurs obstacles devant la décision du Maroc : elle n’a pas seulement retardé la diffusion de la demande marocaine aux membres de l’UA, mais elle a aussi improvisé une nouvelle procédure par laquelle elle rejetterait arbitrairement les lettres de soutien au Maroc émanant des ministères des Affaires étrangères des Etats membres de l’UA.

Nkosazana Dlamini-Zuma, qu’Alger « a installée dans ce poste », a, à maintes et maintes reprises, manifesté son hostilité envers le Royaume et son intégrité territoriale, et a épousé, de façon flagrante, la thèse de l’Algérie et de son outil le polisario, dénonce-t-il.

Rissalate Al Oumma indique que les conditions imposées par Nkosazana Dlamini-Zuma n’étaient pas surprenantes pour le Maroc, ni pour ceux qui connaissent mieux la réalité du conflit autour du dossier du Sahara au sein et en dehors de l’UA, juge-t-il.

Suite à la démarche politique choisie par le Maroc à l’égard des pays africains, qui consiste notamment à construire avec eux des partenariats économiques et commerciaux, l’Algérie s’est rendue compte que, par sa politique adoptée à l’endroit du continent, notamment son non-respect des positions que prennent certains pays africains sur un grand nombre de questions, elle se discrédite devant le Maroc, explique-t-il, notant que l’Algérie, qui s’ingénie à mystifier l’opinion publique algérienne, et même africaine, ne saurait abuser l’opinion publique marocaine et la détourner de la défense de son intégrité territoriale.

Bayane Al Yaoum revient sur la conférence organisée par le Parti de l’Istiqlal, qui a rassemblé des leaders de partis influents et des personnalités nationales. L’auteur de l’article estime que les leçons tirés de cette rencontre exigent du Maroc d’avoir des leaders politiques et des dirigeants de partis crédibles, probes, clairvoyants et ayant des opinions indépendantes.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara