Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 20 Septembre à 11:03

Revue des éditos quotidiens



Rabat - Les éditorialistes des quotidiens parus mardi ont focalisé leurs commentaires sur la situation du secteur de l'enseignement au Maroc et la mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh.



"Bayane Al Yaoum" écrit qu'avec le début de la nouvelle saison scolaire lundi, les aspirations de milliers d'enfants scolarisés et de leurs familles restent toujours les mêmes. "L'éducation est devenu un fléau pour la plupart des familles de classes pauvre et moyenne", note l’éditorialiste, estimant que le problème ne se résume pas à l’aspect lié à la contrainte financière, mais concerne précisément l’avenir qui "n’est plus clair" à cause de la montée du chômage tant bien parmi les lauréats universitaires que parmi ceux de moindre diplomation. 

Cet état de fait interpelle quant à la nécessité d'établir une corrélation entre la réforme de l’enseignement, la promotion de l’emploi, l’amélioration des conditions de vie des familles et le développement de l’économie, souligne l'auteur de l’article.

Eu égard aux problèmes dont il souffre, le secteur éducatif doit être placé en tête des priorités de l’Etat et de la société ainsi que de l’ensemble de la classe politique, et sa réforme doit être considérée comme une urgence car, explique l'auteur, "l'effondrement de l’école publique est synonyme d’absence de l’égalité des chances au sein de la société, mais également d’affaissement de la cohésion sociale et de l’égalité entre les différentes classes et couches" composant le tissu social.

"Al Bayane" aborde la question de l'officialisation de la langue amazighe. L'auteur de l'article indique que l'adoption de la loi relative à la mise en oeuvre du caractère officiel de l'amazigh a donné lieu à un véritable débat, jugeant que "les textes seuls ne peuvent sauvegarder une culture ou perpétuer une langue".

Il souligne que la Constitution de 2011 "est venue aider à corriger une injustice institutionnelle, à établir une congruence entre la réalité socioculturelle du pays et son expression juridique".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara