Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Vendredi 2 Septembre à 10:55

Revue des éditos quotidiens



Rabat - Le bilan du gouvernement Benkirane et les élections législatives d’octobre prochain sont les thèmes principaux traités par les éditorialistes des quotidiens parus vendredi 02 septembre.



Al Ittihad Al Ichtiraki revient sur le bilan du gouvernement Benkirane. Le journal estime que les promesses et les engagements mentionnés dans le programme du gouvernement, qui a reçu la confiance des parlementaires, n’ont pas été tenus.

Le gouvernement a promis dans son programme de réaliser un taux de croissance de 5,5% au cours de la période 2012-2016 et un taux de croissance du PIB non agricole de 6%, de maîtriser l’inflation dans la limite de 2% et de réduire le taux de chômage à 8% à l’horizon 2016, "mais la plupart de ces promesses se sont évaporées", note-t-il.

Bayane Al Yaoum commente la qualité de la couverture des élections par les médias audiovisuels. Le journal, qui s'attarde sur la dimension professionnelle dans cette opération, affirme que les radios et les télévisons doivent offrir au public des produits créatifs et attractifs.

Selon lui, la production, tant télévisée que radiophonique, qui vise l’information et la sensibilisation aux questions électorales et démocratiques, doivent avoir un contenu et un langage conformes aux mentalités du temps présent.

L’Economiste critique la faiblesse des données relatives aux élections. L’éditorialiste indique que "sur le sujet des élections, ce ne sont pas les axes de recherches qui manquent mais plutôt les données".

Selon lui, "il faut un peu plus que la statistique descriptive, en information secondaire, sur le corps électoral pour satisfaire des attentes et la curiosité scientifique".

Aujourd’hui le Maroc revient sur l’accréditation des candidats aux élections. L’éditorialiste estime que les critères adoptés pour sélectionner les candidats aux élections n’ont rien à voir avec l’intérêt général ou les attentes des citoyens, « mais c’est une bataille électorale, on gagne d’abord et on parle démocratie-équité ensuite ».

Il constate que les militants des partis politiques « cèdent la place aux ténors des urnes qui en maîtrisent la ficelle ».

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara