Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 24 Août à 13:37

Revue des éditos quotidiens



Rabat - Les éditorialistes des quotidiens parus mercredi ont centré leurs commentaires sur le discours royal du 20 août, l’interdiction des sondages d’opinion à l'approche des élections législatives et la situation du secteur du tourisme.



Bayane Al Yaoum souligne que le discours que SM le Roi Mohammed VI a adressé à la Nation à l’occasion du 63 ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple "a transmis des messages forts et fermes à l’égard du terrorisme et de l'extrémisme", notant que ce discours a condamné le terrorisme et les différentes forme du meurtre des innocents.

"Les principaux messages qui sous-tendent le discours royal ont résumé le modèle religieux tel que connu dans le Royaume tout en appelant à assumer la responsabilité de la défense des valeurs de l’ouverture, du dialogue et du vivre-ensemble", relève l’auteur de l’article.

Al Ittihad Al Ichtiraki souligne que la question de l’extrémisme a occupé une place centrale dans le discours de SM le Roi, Amir Al Mouminine.

Ce discours affirme que l’appel au Jihad est du ressort de la Commanderie des croyants et qu’il ne peut émaner d’aucun individu, ni d’aucun groupe, rappelle le journal.

L’Economiste commente l’interdiction des sondages d’opinion à caractère politique à quelques mois de la tenue des élections législatives prévues le 7 octobre 2016. L’éditorialiste juge que cette interdiction est une « menace sérieuse pour la liberté d’expression » et « charrie des risques de discrimination pour l’information des citoyens ».

Il estime qu’"à l'heure de l’internet, cette interdiction est tout simplement inapplicable à moins de vouloir fermer tous les sites hébergés sur un serveur à l’étranger qui se hasarderaient à publier un sondage sur le Maroc".

Il appelle à "prendre les sondages pour ce qu’ils sont, à savoir des projections, avec une marge d’erreur sur des intentions de vote à un instant donné".

Aujourd’hui le Maroc commente la situation du tourisme national. L’éditorialiste note que la baisse des arrivées et des nuitées est confirmée, "mais vu la conjoncture on s’attendait au pire".

Il affirme que le Maroc n’est pas le seul à subir les effets d’une conjoncture marquée par des difficultés financières dans les pays émetteurs, mais également une recrudescence des attentats terroristes dans certains pays touristiques.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara