Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 20 Juillet à 10:03

Revue des éditos quotidiens



Rabat - Les éditorialistes des quotidiens parus mercredi ont focalisé leurs commentaires notamment sur le message royal adressé au 27ème sommet de l'Union Africaine, la participation électorale et la balance des paiements.



Al Mounaataf aborde le message adressé par SM le Roi Mohammed VI au 27ème sommet de l’Union africaine (UA), tenu à Kigali. L’éditorialiste souligne que la décision du Maroc de réoccuper son siège à l’UA, annoncée dans le message royal, est une double réponse, d’une part à la nécessité pour l’UA de suspendre de tous ses organes la fantomatique "république arabe sahraouie démocratique", et d’autre part au besoin de cette organisation pour que le Royaume retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle. 

De nombreux pays membres de l’UA ont présenté une motion pour la suspension prochaine de cette prétendue entité, rappelle-t-il, jugeant inadmissible qu’une poignée de pays, par des calculs mesquins, imposent à la communauté africaine de maintenir une entité non souveraine à l’encontre de la légalité internationale et de la crédibilité de l’organisation.

Aujourd’hui le Maroc commente le rôle des partis dans la participation électorale. L’éditorialiste estime que les partis politiques ne semblent pas vraiment s’inquiéter au sujet de la participation des jeunes au vote, les accusant d’avoir tenu peu de rencontres à cet effet.

Selon lui, les partis politiques sont occupés à régler des questions plus d’ordre technique que seuls quelques initiés sont capables de comprendre. 

"C’est probablement cela qui contribue encore plus à faire fuir les jeunes électeurs potentiels qui ont là une énième preuve du désintérêt de la classe politique à leur égard", relève-t-il.

Quant à l’Économiste, il met en garde contre le problème de la balance des paiements. 

Le déficit commercial du premier semestre 2016 s’est creusé de manière significative, précise l’éditorialiste, notant que l’effet de la baisse du pétrole "est encore là, mais il s’épuise".

De même, "ce que l’on avait pris pour une reprise des investissements industriels n’était en fait que de gros achats d’entreprises moins nombreuses que les doigts d’une main. Pas grand-chose qui puisse jouer sur le dynamisme industriel, donc le taux de croissance global", note-t-il. 

Il souligne d’autre part que le tissu économique n’arrive décidément plus à attirer les investissements étrangers, dont il était le champion dans les années 2000.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara