Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Lundi 10 Octobre à 08:54

Revue de presse quotidienne



Rabat - Voici les principaux titres développés par les quotidiens parus lundi 10 octobre:





*Le Matin.:

- Une première. Le Fonds d'équipement communal (FEC) fait appel au marché bancaire international. Et ce sera pour une opération de taille jamais réalisée auparavant par le FEC sur le marché financier. Selon nos informations, le top management du FEC négocie avec la Banque européenne d'investissement (BEI) un prêt de 200 millions d’euros, soit environ 2,2 milliards de DH. D’après nos sources, cette manne financière est destinée à accélérer le soutien du FEC aux Collectivités territoriales et locales en finançant leurs grands chantiers de développement économique et social, notamment les investissements dans les infrastructures. Cela concerne, entre autres, la construction, la réhabilitation et la modernisation des routes urbaines, des installations sociales ou sportives, de l’éclairage public, des souks ainsi que des investissements dans les secteurs de l'eau et de l’énergie, dont les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. - Les intervenants devant la commission onusienne, États et pétitionnaires, ont souligné ainsi que le plan d’autonomie sous souveraineté marocaine porte les éléments nécessaires permettant d’instaurer la stabilité dans la région sahélo-saharienne et de contribuer à la lutte contre le terrorisme et le trafic de tout genre, la criminalité organisée, l’immigration illégale, la traite des personnes et les risques d'instabilité dans la région sahélo-saharienne et la Méditerranée. Le plan, ont-ils affirmé, garantit également le renforcement de l'unité des pays du Maghreb, de sorte à favoriser la création de conditions propices à une meilleure coordination des politiques et initiatives, ce qui permet une exploitation optimale des importantes opportunités de ces pays au bénéfice de l'ensemble de leurs populations respectives.

*Aujourd’hui le Maroc.:

- L’époque des institutions élues fragmentées semble bien révolue. Au cours des élections du 7 octobre dernier, 58% des sièges ont été détenus par deux formations politiques seulement, à savoir le PJD et le PAM. Plus encore, les cinq premiers partis politiques totalisent à l’issue du dernier scrutin 85% des sièges, alors que les cinq premières formations politique au parlement à l’issue des élections de 2002 n’avaient que 64% des sièges. La balkanisation n’a pas eu lieu. - Les urnes ont parlé et les suffrages exprimés donnent une large victoire à deux grandes formations politiques. Il s’agit du parti de la Justice et du développement (PJD) et du Parti authenticité et modernité (PAM). A elles seules, ces deux formations totalisent plus de la moitié des sièges de la nouvelle Chambre des représentants. Le parti de la Lampe est aujourd’hui sûr de garder dans ses rangs le poste de chef de gouvernement comme prévu par la Constitution. Cela dit, la poussé la plus spectaculaire dans le scrutin du vendredi dernier revient au PAM. Ce dernier a bondi de la quatrième place en 2011 et ses 49 élus à la deuxième place dans les dernières législatives avec pas moins de 102 députés, soit 55 sièges additionnels dans la première Chambre par rapport au scrutin de 2011.

- Al Bayane.:

Le profond ancrage du Maroc dans le continent africain, un ancrage déterminant pour beaucoup d'Africains, ne cesse de s’affirmer par la contribution constante du Royaume au développement du continent, grâce à une présence économique de plus en plus remarquée, a souligné, jeudi soir, le sénateur Léonard Andjembe, Premier Vice-président du Sénat du Gabon. "L’africanité du Maroc, à savoir son ancrage dans l’âme et le corps du continent, est toujours déterminante pour beaucoup d’Africains. Cette africanité qui découle de la géographie mais aussi de l’histoire et de la culture, s’affirme aujourd’hui plus activement par la contribution du Maroc au développement du continent grâce à une présence économique de plus en plus remarquée", a affirmé Andjembe devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU. - Alors que les trois immobilières de la place boursière viennent chacune d’annoncer leurs résultats, plutôt positifs dans l’ensemble bien que certaines soient plutôt en phase de redressement, les professionnels de l’immobilier restent partagés quant aux perspectives du secteur. Ils voient dans le locatif la solution par excellence pour faire redémarrer le marché à condition que l’État mette la main à la poche. Selon ses membres le marché de l’accès à la propriété est saturé. En cause, une offre trop chère ou ne répondant pas aux besoins de la demande.

*L’Économiste.:

- Moins d’un mois après leur entrée en vigueur, les Organismes de placement collectif en immobilier (OPCI) vont bénéficier de la transparence fiscale comme les OPCVM. Ce régime de faveur est inscrit dans le projet de loi de finances 2017. Les bénéfices qu’ils vont dégager grâce à l’activité de location seront exonérés de l’impôt sur les sociétés. Les dividendes et les intérêts servis en amont aux OPCI ne seront pas non plus imposés. Les autres avantages concernent l’exonération des sommes distribuées provenant des prélèvements sur les bénéfices pour le rachat d’actions ou de parts sociales des OPCI. - L’année 2016 devra être marquée d’une pierre blanche pour l’industrie du textile. Après la salve de contrats d’investissement signés depuis début 2016, trois nouveaux écosystèmes ont été lancés, jeudi 6 octobre. Ils s’articulent autour de la maille, du textile technique et de maison. Les trois filières se fixent pour l’objectif de réaliser 20 projets d’investissements portés par des locomotives pour un montant de 8,4 milliards de DH, dont 2,75 milliards de DH à l’export. A la clé, la création de 16.763 emplois.

*L’Opinion.:

- Quelque 90.000 enfants et jeunes non-scolarisés bénéficieront des classes de l'éducation non formelle (ENF) au titre de l'année scolaire 2016-2017 qui débute le 10 octobre. "La rentrée scolaire des classes de l'ENF coïncide avec la Journée nationale de l'éducation non formelle et de la lutte contre l'analphabétisme", indique vendredi un communiqué du ministère de l’Éducation et de la formation professionnelle, soulignant que cette opération, menée en partenariat avec la société civile, vise à offrir aux enfants déscolarisés et non-scolarisés une seconde chance en les intégrant dans l'enseignement formel, à la formation professionnelle ou dans la vie active. - Intervenant dans le cadre du débat dédié au contrôle international des drogues, à la prévention du crime et à la justice pénale, le délégué du Maroc à la 3ème Commission de l'Assemblée générale de l’ONU en charge des questions sociales, humanitaires et culturelles, Omar Rabi, a rappelé le récent démantèlement par la Direction Générale de la Sûreté Nationale d’un réseau de trafic international de drogue ayant des liens avec des éléments du "polisario". Le diplomate marocain a indiqué que les éléments de l’enquête indiquent que quatre éléments du "polisario" ont été arrêtés, dont le fils du soi-disant "ministre du développement" de la pseudo "rasd", ajoutant que 500 kg de drogues, qu’ils s’apprêtaient à transborder à l’Est du dispositif de défense, ont été saisis.

*Libération.:

- La participation massive de la population des provinces du sud du Maroc aux différents scrutins qui ont lieu dans le Royaume, la plus forte à l'échelle nationale, constitue une "preuve irrécusable" de son attachement à l’intégrité territoriale du Royaume, a affirmé, mercredi à New York, Ahmed Lakhrif, membre du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS). Lakhrif, qui s’exprimait dans le cadre de la quatrième commission de l’Assemblée générale de l’ONU, a ajouté que cette forte participation aux échéances électorales dénote également de l’implication active de la population sahraouie à l’entreprise résolue de l’édification de fortes institutions nationales. - Le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, la filière japonaise AGC Automotive Europe et l’entreprise marocaine Induver ont paraphé, récemment à Casablanca, une convention cadre de partenariat pour la création d’une unité industrielle à Kenitra. Cet investissement, d’un montant de 1,183 milliard de dirhams, permettra la production de 1,2 Million carsets vitrage par an, la création de 650 emplois fortement qualifiés et la génération d’un chiffre d’affaires à l’export d’un milliard de dirhams.

*Akhir Saâ.:

- Les résultats dévoilés par le ministère de l'Intérieur ont démontré le recul des partis de la "Koutla". Le PPS n'a pas réussi à former un groupe parlementaire, alors que l'USFP a été sauvé par la liste nationale des femmes et des jeunes. Le Parti de l'Istiqlal, bien qu'il soit arrivé troisième, n'a pas pu garder le même nombre de sièges. - La direction du PAM a affirmé samedi que le combat contre les ennemis de la démocratie ne cessera pas, soulignant à l'issue de la réunion du bureau politique du parti que le PAM occupera la scène politique et se mobilisera pour défendre les intérêts des Marocains.

*Al Ahdath Al Maghribia.:

- La circonscription de Laâyoune a enregistré un taux de participation de 57,21% aux élections législatives qui se sont déroulées vendredi dans les différentes régions du Royaume, a fait savoir le procureur général du Roi près la cour d’appel de Laâyoune, Abdel Karim Chafii. S’exprimant lors d’une rencontre avec la presse consacrée à la proclamation des résultats de ce scrutin au niveau de la circonscription de Laâyoune, Chafii a souligné que les élections se sont déroulées dans un climat empreint de calme, d’ordre et d’émulation démocratique. - Les élections législatives du 7 octobre dernier ont suscité un grand intérêt des différents médias nationaux et internationaux. Les différentes réactions ont été unanimes à saluer le déroulement des élections qui ont consacré le processus démocratique. Le Département d’Etat américain a félicité le Royaume pour "son engagement continu en faveur des processus démocratiques, comme cela a été démontré durant les élections législatives du 7 octobre".

* Akhbar Al Yaoum.:

- La délégation des observateurs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) aux législatives marocaines, organisées vendredi, a salué, samedi, "le professionnalisme des autorités qui ont organisé le scrutin avec intégrité et en parfaite transparence". L'APCE a indiqué que ses observateurs n'ont enregistré aucun cas de fraude électorale. - Le professeur universitaire, Mohamed Tozi a indiqué au journal que le grand gagnant de ces élections est le processus électoral lui-même qui a été transparent et crédible. Il a estimé que les scores du PJD et du PAM lors du scrutin "étaient attendus".

*Al Ittihad Al Ichtiraki.:

- L'enseignement à tirer du scrutin du 7 octobre: le nombre de partis ayant un groupe parlementaire est passé de 8 à 6 partis, car deux partis à savoir l’UC et le PPS ont perdu leurs groupes respectifs, alors que l’USFP a gardé le sien. Autre remarque : les résultats des élections ont montré que seuls 11 partis politiques ont pu accéder au Parlement contrairement aux précédentes élections législatives, du fait que le nombre de partis représentés au Parlement était élevé. - L’approche marocaine en matière de lutte contre la radicalisation des jeunes et l’extrémisme a été présentée et unanimement saluée par les délégations présentes à la conférence méditerranéenne annuelle de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), tenue les 5 et 6 octobre à Vienne. Dans cette présentation, Mohammed Slaoui, chargé d’affaires à l’ambassade du Maroc en Autriche et à la mission permanente auprès des Nations-Unis et de l’OSCE, a souligné qu’il s’agit d’une approche holistique qui s’appuie à la fois sur les volets législatif et sécuritaire d’une part, et sur une démarche sociale et préventive, d’autre part.

*Rissalate Al Oumma.:

- Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), président de la Commission spéciale d’accréditation des observateurs, a estimé que les législatives du 7 octobre, pour l'élection des membres de la chambre des représentants, se sont déroulées dans "un climat offrant les garanties essentielles de liberté, de sincérité, de transparence et de neutralité". Dans les conclusions du Rapport préliminaire sur l'observation des législatives de vendredi, présenté dimanche à Rabat lors d'une conférence de presse par le président du CNDH, Driss El Yazami, le Conseil relève que "les irrégularités observées sont statistiquement peu fréquentes, et n'entachent pas substantiellement la crédibilité et la sincérité du scrutin". - Le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle a souligné que les manuels scolaires de l'éducation islamique pour les cycles primaire et collégial figurent sur une liste distribuée aux directeurs des académies régionales de l'éducation et de la formation. Un communiqué de la Direction des curricula a précisé à ce sujet que les manuels scolaires homologués et officiellement programmés portent sur la couverture le logo du ministère avec la mention "homologué par le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle", outre le numéro et la date d'homologation au verso.

*Al Massae.:

- Les résultats des législatives ont creusé le fossé entre les deux principaux partis en lice, le PJD et le PAM, et les autres partis. La différence équivaut même au triple vis-à-vis du troisième parti, l’Istiqlal, qui est loin derrière le leader, le PJD, de 79 sièges. - Mohamed Cheikh Biadillah, membre du bureau politique du PAM, félicite le PJD de sa victoire, estimant que son parti n’a pas perdu les élections. "Nous avons obtenu d’excellents résultats, puisque nous avons passé de 48 parlementaires en 2011 à plus de 100 parlementaires lors de ces élections", a-t-il dit, notant qu’aucun autre parti n’a réalisé un tel résultat. (Entretien)

*Al Alam.:

- Le parti de l'Istiqlal décroche la troisième place, en remportant 46 sièges (35 au titre des circonscriptions locales et 11 au niveau de la liste nationale), après le recensement des voix au niveau de l’ensemble des circonscriptions électorales locales et nationales. - L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) tire la sonnette d’alarme. Plusieurs dialectes marocains sont en voie de disparition. L’UNESCO relève que plusieurs dialectes marocains sont usités dans un cadre très réduit alors que d’autres ont définitivement disparu.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara