Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


MAP - publié le Vendredi 27 Mai à 09:58

Revue de presse quotidienne



Rabat - Voici les principaux titres développés par les quotidiens publiés vendredi 27 mai 2016.:



*Le Matin:

- Inondations, sécheresses et tremblements de terre viennent en tête des risques qui guettent le Royaume. Selon une étude sur la gestion des risques naturels au Maroc, réalisée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et présentée mercredi dernier à Rabat, ces trois risques majeurs, en plus du tsunami, restent les plus importants en termes d'impacts potentiels sur le plan humain et économique. Tout en reconnaissant que le Royaume a réalisé en 20 ans des progrès significatifs dans l’appréhension de ce genre de risques, l’Organisation souligne toutefois que les efforts n’ont pas encore permis d’apporter une réponse intégrée.

- Le ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, Anis Birou, a affirmé que le gouvernement « réagit systématiquement et avec fermeté à tout incident islamophobe mettant en danger l’intégrité physique ou morale » des membres de la communauté marocaine établie à l’étranger. « Dès qu’un acte est signalé, nos services consulaires et diplomatiques saisissent aussitôt les autorités du pays d’accueil et viennent en aide aux victimes d’actes pareils. Cette aide peut aller, selon les cas, du simple soutien de réconfort jusqu’à l’accompagnement juridique, si la situation l’exige », a-t-il précisé dans un entretien accordé au journal, se félicitant que les Marocains soient parmi les communautés les mieux intégrées d’Europe. 

*Aujourd’hui le Maroc:

- Le Maroc va recourir pour la troisième fois à la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) auprès du Fonds monétaire international (FMI). Le ministre de l’Economie et des finances Mohamed Boussaid l’a confirmé à l’Agence de presse Reuters. Ce dispositif financier a été contracté par le Royaume pour la première fois en 2012 avant de le reconduire deux années plus tard. L’actuelle LPL arrive à échéance en juillet prochain.

- L’ensemble des résultats du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) n’est pas encore prêt. « Nous sommes en phase finale d’exploitation du recensement », précise Ahmed Lahlimi lors d’une conférence de presse mercredi. La partie du RGPH qui n’est pas terminée concerne « les professions, les branches d’activité, les diplômes et la migration », selon le HCP, qui a fait état de l’existence de 650 branches d’activité, près de 800 professions et 1.638 diplômes.

*Al Bayane:

- Le ministre de l'Habitat et de la Politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdellah, a plaidé pour une justice spatiale profitant aux villes et centres émergents connaissant des dysfonctionnements. "Cette action doit traduire dans les faits les dispositions de la Loi fondamentale qui prône un équilibre entre les régions et la mise en place d'un espace de vie décent pour tous les citoyens", a-t-il dit mercredi lors de la cérémonie de signature de deux conventions cadre de partenariat relatifs au renouvellement urbain du centre de la ville de Taounate et au programme de mise à niveau de 10 centres émergents dans la province.

- Le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique Moulay Hafid El Alamy a affirmé que le Royaume connaît une vraie industrialisation, et que le Maroc de demain sera un vrai pays émergent. « Nous pouvons devenir une petite usine du monde », a-t-il déclaré lors d’une rencontre mercredi à Casablanca. El Alamy a par ailleurs affirmé que la résilience du tissu industriel face aux agressions extérieures est forte. 

*L’Economiste:

- Le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, a indiqué dans un entretien au journal que son parti est alerté par le retard que connaiî la mise en place des lois électorales, relevant qu’à quatre mois du scrutin, « le terrain n’est pas encore tracé » et « les consultations avec le ministre de l’Intérieur concernant la question du seuil électoral ont été menées par voie électorale ». Il a fait savoir que les partis de l’opposition ont remis un mémorandum au chef du gouvernement, traduisant leurs craintes et leurs mises en garde contre les dysfonctionnements potentiels.

- Très attendu par les professionnels, le projet de loi relatif aux Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) a été présenté par le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, mercredi devant la commission des finances de la Chambre des conseillers. Ce texte vise à réguler ce secteur et à apporter des réponses au financement de l’immobilier professionnel. Les gisements sont importants: plateaux de bureaux, hôtels, zones industrielles, malls…Une manne que la direction du Trésor et des finances publiques qui a préparé le projet de loi estime à 150 milliards de DH.

* L’Opinion:

- Les centrales syndicales, UMT, UGTM, CDT, FDT, et le Syndicat national de l’enseignement supérieur, réunis jeudi à Casablanca, ont décidé une grève générale dans la fonction publique et les collectivités locales pour le mardi 31 mai. Cette grève a été décidée en protestation contre le forcing exercé par le gouvernement qui a provoqué la réunion de la commission des finances en vue de faire passer les textes relatifs à la réforme des régimes de retraite au forceps et ce en violation de ses propres engagements de débattre les projets de lois avec les syndicats dans le cadre du dialogue social.

- Mounia Ghoulam, membre du groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme à la Chambre des représentants, a indiqué que les dysfonctionnements relevés par le rapport de la Cour des comptes peuvent être résumés en trois aspects essentiels, à savoir l’absence d’une vision économique et financière, la prévalence de la logique comptable et le recours excessif à l’endettement.

*Libération:

- Le président du Centre marocain de conjoncture (CMC), Habib El Malki, a expliqué lors de la 22ème rencontre du CMC tenue mercredi à Casablanca, que la croissance au Maroc « a perdu son sens suite aux grands écarts qui l’ont caractérisée d’une décennie à l’autre ». « Cette volatilité est source d’instabilité, ce qui est un facteur qui aggrave la vulnérabilité de l’économie nationale », a-t-il jugé, soulignant la nécessité de mener des changements structurels. 

- Les groupes de l’opposition à la Chambre des représentants ont identifié, mercredi, les dysfonctionnements relevés par la Cour des comptes dans son dernier rapport, notamment en matière d’endettement public. Le parlementaire Saïd Baaziz a appelé à une politique prudente pour faire face à la tendance haussière de l’endettement public, avec toutes ses composantes.

*Al Mounaataf. :

- Le Haut-Commissariat au plan a annoncé mercredi la mise en place de nouveaux outils technologiques pour l'exploitation directe de la production statistique du HCP par ses utilisateurs potentiels. La mise en place de ces nouveaux outils technologiques vise à optimiser le processus de production, de traitement, d’analyse et de diffusion des données du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) 2014, des enquêtes statistiques et des études à caractère démographique, économique et social, a indiqué le Haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi Alami , lors d’une conférence de présentation de ces nouvelles plateformes.

- L’eurodéputé Hugues Bayet a souligné que le Maroc est le "pilier" de l’Europe en Afrique, ajoutant que l’Union européenne ne peut pas travailler toute seule isolée du monde. « Le Maroc est un Etat démocratique qui fonctionne avec des institutions et avec lequel l’Europe a des relations depuis longtemps », a affirmé Bayet, citant la coopération étroite existant entre la Belgique et le Maroc dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

*Al Massae. :

- Le ministre délégué chargé du Budget Driss El Azami El Idrissi a affirmé que le gouvernement partage le point de vue de la Cour des comptes, qui souligne que le déséquilibre des régimes de retraite représente un risque majeur pour les finances publiques et menace la durabilité de ces régimes. El Azami a tenu ces propos lors de la discussion du rapport de la Cour de comptes à la Chambre des représentants.

- Sur fond de la polémique qu’a provoquée le projet de décret relatif au recrutement par contrat dans la fonction publique, le ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, Mohamed Moubdi, a déclaré que ce décret verra bientôt le jour après son adoption au Parlement. Ce projet, vilipendé par les syndicalistes et les fonctionnaires dans de nombreux secteurs, vient combler le manque constaté en termes de ressources humaines compétentes, notamment dans les administrations publiques.

*Assabah. :

- Le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, a imputé aux experts judiciaires la responsabilité de certains dysfonctionnements qui entravent le bon déroulement des procès, ce qui porte préjudice aux intérêts des justiciables. Ramid dit noir sur blanc que certains parmi eux retardent sans motif valable la réalisation des expertises demandées dans les délais réglementaires sans avertir le tribunal des difficultés rencontrées. De même, le ministère accuse certains experts d’enfreindre les dispositions de l’article 63 du Code de la procédure civile concernant la convocation des parties concernées.

*Bayane Al Yaoum. :

- Le président du Conseil de la ville de Casablanca, Abdelaziz El Omari, a affirmé mercredi que la première édition africaine de Smart City Expo (Ville intelligente Expo), tenue récemment à Casablanca, a renforcé la position de la ville en tant que pôle économique et financier à l’échelon africain. Le Maroc ambitionne de transformer six villes, en l’occurrence Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, Fès et Ifrane, en cités intelligentes dans les dix années qui viennent.

- La consommation intérieure demeure soutenue au premier trimestre 2016, par les progressions des crédits à la consommation de 2,3 pc et des transferts MRE de 4 pc, selon la Direction du trésor et des finances extérieures (DTFE). Du côté de l’investissement, les importations de biens d’équipement et de demi-produits ont affiché une reprise significative avec des hausses de 17,1 pc et 10,3 pc respectivement. De même, le crédit à l’équipement a enregistré au premier trimestre 2016 sa première hausse depuis 2012, avec +1 pc, relève la DTFE. 

*Al Alam. :

- Said Dor, député istiqlalien, a indiqué que les mesures prises par le gouvernement pour redonner confiance aux citoyens dans l’administration publique n’ont pas donné l’effet escompté. Il a noté que les procédures administratives restent compliquées et que les résultats de l’administration électronique ne sont pas très satisfaisants en raison des dysfonctionnements ayant entaché la mise en application du plan Maroc Numeric.

*Al Ahdath Al Maghribia.:

- Les groupes de l'opposition et de la majorité se sont affrontés mercredi à la Chambre des représentants lors de la séance dédiée au débat autour du rapport de la Cour des comptes au titre de 2014. Tandis que l'opposition a estimé que le rapport dévoile les dysfonctionnements de la politique publique et l'absence d'une politique économique et financière du gouvernement, les groupes de la majorité ont, quant à eux, affirmé que les mesures gouvernementales ont permis au Maroc de faire face aux dysfonctionnements des finances publics.

- L’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, Dwight L. Bush, s’est félicité, mardi, des efforts déployés par le Maroc pour promouvoir le dialogue islamo-judaïque, soulignant que ces actions ont un impact "positif partout dans le monde". L’ambassadeur US, qui s'exprimait lors de la conférence nord-américaine de la communauté juive marocaine, organisée à Rabat à l’initiative du Sepharadic Legacy Series en collaboration avec la communauté juive marocaine de Tronoto et l’Association Mimouna, a mis en avant l’engagement traditionnel du Royaume en faveur de la promotion du dialogue interreligieux et entre les cultures, une des raisons qui font du Maroc un "partenaire important" pour les Etats-Unis.

*Akhbar Al Yaoum.:

- Le ministère de l'Education nationale et de la formation professionnelle a pris plusieurs mesures afin de réagir fermement à certains comportements négatifs accompagnant les épreuves du baccalauréat. Parmi ces dispositions figurent le renforcement des mécanismes de sécurisation des centres d’impression et de tirage des épreuves et la protection de ces espaces contre l’utilisation des moyens de communication électronique tout en réduisant le nombre des intervenants dans cette opération, outre l’adoption d’un nouveau système de surveillance permanente par caméras des opérations et des espaces internes et externes de ces centres.

- Plus de quatre mois après le dépôt des projets de lois relatifs à la réforme des retraites à la Chambre des conseillers, le gouvernement a réussi à présenter mercredi ces textes devant la commission des finances. Les représentants de l'UMT et de la CDT ont émis des protestations lors de la présentation des projets de lois par le ministre délégué chargé de la Fonction publique, Mohamed Moubdi, et le ministre délégué chargé du Budget, Driss El Azami El Idrissi.

*Rissalate Al Oumma.:

- Le ministère de la Santé a indiqué dans un communiqué que le service médical d’urgence par hélicoptère a totalisé pas moins de 60 opérations d’interventions, en plus des missions de transport terrestre au profit de 4.348 patients des provinces sahariennes, sur un total de 530.185 patients au niveau national, un chiffre cumulé sur la période 2012-2016. Ces opérations ont permis de sauver un grand nombre de malades et de blessés, notamment les femmes enceintes, des bébés prématurés, des vieillards et jeunes en situation de souffrance.

- Deux Marocains ont été élus mercredi membres du Conseil consultatif des organisations d’immigrés à Oslo, qui regroupe 300 associations. Nour Al Houda Thay Thay et Abdel Ali Bouabdillah deviennent ainsi les seuls membres africains de ce conseil chargé d’organiser l’action associative des milieux expatriés dans la capitale norvégienne.

*Al Ittihad Al Ichtiraki.:

- Experts, chercheurs, hommes d'affaires et représentants d'organisations nationales et internationales ont souligné, lors de la 22ème rencontre du Centre marocain de conjoncture (CMC), que l'évolution de l'économie nationale au cours ds dernières années met en évidence un accroissement des investissements à 30 pc du PIB, qui n'a pas eu pour autant un effet positif sur l'emploi et la croissance.

- Le trafic aérien commercial au niveau de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca a accusé, en avril dernier, une hausse de 2,87 pc. Selon les statistiques de l’Office national des aéroports (ONDA), le nombre des passagers qui ont transité par l’aéroport international Mohammed V est passé de 678.701 passagers l'année passée à 698.192 l'année en cours. L'aéroport s'est accaparé 45,41 pc du trafic total des passagers qui ont atteint en avril dernier 1.537.605 passagers dans les différents aéroports du Royaume.

*Akhir Saâ.:

- Le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, qui a eu mardi à Rabat des entretiens avec les membres du conseil d'administration du Comité arabe international pour la reconstruction de la bande de Gaza, a réaffirmé l'intérêt particulier et permanent accordé par SM le Roi Mohammed VI à la cause palestinienne, saluant également la résistance du peuple palestinien contre l'occupation israélienne. Il a affirmé que la reconstruction de Gaza constitue une priorité pour le Maroc et les Marocains.

- La COP22, prévue en novembre à Marrakech, constitue une occasion d'améliorer les expertises et les capacités de lutte contre les migrations climatiques et anticiper les effets qui en découlent, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la coopération et président du Comité chargé de la préparation et de l'organisation de la COP22, Salaheddine Mezouar. Afin d’atténuer les impacts associés au phénomène de la migration climatique, il est nécessaire de lancer des projets et des initiatives à même de contenir les conséquences, de promouvoir le soutien aux investissements, de développer les expertises actives en la matière, et de mener des recherches et études pour présenter aux différents acteurs internationaux ce phénomène et les conséquences qui en découlent, a ajouté Mezouar dans une allocution prononcée lors d'un colloque international organisé à Rabat sur le thème "migrations climatiques: tendances et enjeux".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus