Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14


MAP - publié le Lundi 2 Novembre à 11:44

Revue de presse quotidienne internationale Europe occidentale



Bruxelles - La presse européenne de ce lundi consacre de larges espaces aux résultats des élections législatives anticipées en Turquie, au crash d'un avion russe en Egypte et à la Coupe du monde de rugby 2015.



Sous le titre "Erdogan a gagné son pari", le journal belge Le Soir estime que le Parti de la Justice et du Développement (AKP) a crée la sensation en retrouvant sa majorité absolue : "Stupéfaction. Aucun institut de sondage, même le plus optimiste n'avait prédit le raz-de-marée auquel la Turquie a assisté dimanche". 

Autre nouveauté de ce scrutin, selon la publication, le parti démocratique des peuples (HDP), pro-kurde "dépasse de justesse le seuil électoral".

La Libre Belgique, qui titre "l'AKP gouvernera seul", partage la même analyse en voyant dans les résultats de ces élections une "surprise que n'avaient pas anticipé la plupart des instituts de sondage, pas même les plus proches du parti au pouvoir". "Le Parti de la Justice et du Développement s'assure une confortable majorité parlementaire, qui ne l'obligera pas à chercher des alliances pour gouverner", écrit le journal, pour qui ce résultat montre que la majorité des électeurs veulent "échapper au risque d'instabilité d'une coalition". 

La Dernière Heure, qui titre "le parti d'Erdogan retrouve sa majorité", estime que l'AKP "a remporté haut-la-main les élections en Turquie". Pour le journal, ce résultat "sonne comme une revanche éclatante pour M. Erdogan", dont la formation avait perdu le contrôle total qu'elle exerçait depuis 13 ans sur le parlement.

"Un succès amer d'Erdogan", titre le journal espagnol la Razon, qui souligne que bien qu'ayant remporté la majorité absolue, l'AKP n'a pas réussi à s'adjuger les deux tiers des sièges de l'assemblée nationale turque, résultat qui lui aurait permis de réformer la constitution du pays.

Même son de cloche chez son confrère ABC qui écrit que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a récupéré la majorité absolue que son parti avait perdue après les dernières élections tenues en juin dernier, quand des échéances anticipées ont été annoncées par le gouvernement.

El Pais signale de son côté que le parti AKP a consolidé sa majorité absolue au sein du parlement.

Les résultats des législatives en Turquie retiennent également l'attention des quotidiens néerlandais. De Volkskrant note que le parti de l'actuel président turc a remporté les élections législatives à la majorité absolue, en raflant près de 50 pc des voix exprimées après le dépouillement de plus de 99 pc des suffrages.

La publication estime toutefois qu'Erdogan ne peut pas procéder, malgré la majorité, à un amendement de la constitution pour manque de sièges, décrivant la grande liesse dans les rues d'Istanbul à l'annonce des résultats partiels.

Sous le titre "Ces élections profitent en particulier à Erdogan", le NRC souligne que bien que ce dernier n'ait pas participé à ces élections, il était le premier bénéficiaire.

En Italie aussi, les quotidiens consacrent leurs Unes au "triomphe d'Erdogan". Sous le titre "Turquie, le triomphe d'Erdogan", le journal Il Messaggero souligne que le parti de la justice et du développement a été le grand vainqueur de ces élections en obtenant la majorité absolue.

Lors de ces élections marquées par une grande affluence (plus 87 pc) le Parti démocratique des peuples (HDP, pro Kurdes), auteur d'une véritable percée en juin, a reculé, mais son score lui permettra d'être représenté au Parlement, constate-il.

La Repubblica estime sombrement que ces élections consacrent "le triomphe" d'Erdogan et la "défaite des Kurdes et des laïcs".

Corriere della Sera constate que l'AKP a remporté une nette victoire et récupère ainsi la majorité absolue qu'il avait perdue au scrutin législatif de juin dernier. 

En Outre-manche, la presse britannique focalise son attention outre le scrutin turc, sur le crash de l'avion russe en Egypte et sur la Coupe du monde de rugby 2015, organisée en Angleterre et qui s'est terminée ce weekend avec la victoire de la Nouvelle-Zélande contre l'Australie.

Le Guardian revient sur la tragédie du crash d'un avion russe qui a eu lieu samedi dans le désert du Sinaï en Egypte, faisant 244 morts, rapportant que l'appareil, un airbus A321 de la compagnie Metrojet serait démantelé en plein ciel. 

Le doute persiste toujours sur l'origine de ce crash, mais les Russes écartent la piste terroriste, privilégiant la thèse de l'accident mettant en cause la compagnie aérienne et un défaut de maintenance, précise la publication.

Sur les élections en Turquie, le "Financial Times" souligne que l'AKP s'est classé largement en tête devant les autres partis, ce qui lui permet de reprendre la majorité au Parlement qu'il avait perdue en juin.

Quant au Daily Telegraph, il jette la lumière sur la Coupe du monde de rugby 2015. Avec trois victoires, après celles de 1987 et de 2011, les "All Blacks" deviennent ainsi la sélection la plus titrée de cette compétition devant leurs malheureux adversaires de la finale et ceux de la demi-finale, les Sud-Africains, qui restent à deux triomphes chacun, rappelle le journal. 

Les quotidiens helvétiques commentent à leur tour la victoire de l'AKP aux législatives de dimanche en Turquie. "L'AKP qu'on donnait fragilisé a réussi un coup de force en déjouant tous les pronostics", écrit la Tribune de Genève, estimant que le retour en force d'Erdogan "n'aiderait pas à trouver des solutions au conflit syrien ou à la crise migratoire".

L'éditorialiste relève que c'est avec l'homme fort d'Ankara qu'il va falloir en partie négocier les contours d'un retour à la paix dans la région.

Son confrère Le Temps note que le prochain gouvernement turc "aura pour défi majeur de réconcilier une nation divisée en raison des antagonismes internes et des crises qui secouent la région".

Le 24Heures revient de son côté sur le parcours exceptionnel d'Erdogan, "un leader aussi bien adulé que détesté qui a bâti un modèle de démocratie alliant capitalisme libéral et islam modéré".

A son tour la presse allemande s'intéresse aux résultats des élections législatives en Turquie. Pour le journal Neue Osnabrucker zeitung, le parti de M. Erdogan a non seulement renforcé sa position dans le paysage politique turc, mais il a aussi retrouvé la majorité absolue qu'il avait perdue lors des élections de juin dernier. "Cela permettra au parti de poursuivre sa marche sans un partenaire indésirable", écrit-il.

Le journal Tagesspiegel estime, quant à lui, que les résultats de ce scrutin ne permettront pas à ce pays de retrouver la stabilité nécessaire à la lumière de la guerre en cours en Syrie voisine.

Le quotidien Nurnberger Zeitung note, lui, que sans négociations avec la Turquie, il n' y aura point de solution au problème des réfugiés, ajoutant qu'Erdogan, qui a ouvert la porte de son pays non seulement aux réfugiés syriens, mais à l'ensemble des réfugiés en provenance d'Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh, a retrouvé une position forte après ces élections. 

Maintenant, il a le pouvoir de fermer à nouveau les frontières de son pays s'il le désire.

D'autres journaux allemands ont mis en avant les faibles résultats de l'opposition lors de ce scrutin. Ainsi Stuttgarter Zeitung s'interroge si l'opposition est en mesure de percer face à la force politique d'Erdogan.

En France, le journal Libération évoque les décisions de la chancelière allemande Angela Merkel qui "n'en finit pas de désorienter les commentateurs", se demandant si elle n'était pas finalement de gauche.

La dernière décision qui attire l'attention de l'éditorialiste est l'augmentation de la pension des retraités allemands et l'abaissement de l'âge de départ à la retraite. "Voilà une leçon qui mériterait d'être entendue par la droite française", recommande l'éditorialiste.

De son côté, Le Monde met l'accent sur la guerre en cours au Soudan du Sud, estimant que l'indépendance en 2011 de ce plus jeune Etat au monde s'est transformée en cauchemar.

"Il n'existe pas de recette miracle pour sauver le Soudan du Sud contre la volonté de ses dirigeants, rebelles ou non", note l'éditorialiste, appelant toutefois à ne pas laisser perdurer les souffrances d'une population qui est déjà parmi les plus pauvres de la planète.

La Croix relève, pour sa part, que François Hollande se trouve à Pékin pour tenter d'obtenir un engagement supplémentaire de la Chine en faveur de la réussite de la conférence de Paris sur le climat.

"La position de la Chine sera décisive. Ce pays représente à lui seul le quart des émissions de gaz à effet de serre de la planète", souligne le journal.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara