Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Vendredi 28 Mars à 13:32

Revue de presse marocaine et européenne du vendredi 18 mars



Rabat - Voici les principaux titres à la Une des quotidiens et hebdomadaires économiques marocains et des journaux européens parus ce vendredi 28 mars:



Presse marocaine quotidienne

*LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.

- Déclaration finale du sommet arabe du Koweït: les pays arabes saluent les efforts de SM le Roi pour préserver Al-Qods. La déclaration finale ayant sanctionné mercredi les travaux de la 25è session ordinaire du Sommet arabe du Koweït a salué les efforts et les initiatives de SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, afin de préserver le statut juridique et le cachet arabe et islamique de la ville sainte d'Al-Qods Acharif. Dans cette déclaration, dite du Koweït, le Sommet exprime ses sincères remerciements ainsi que sa considération pour la contribution de SM le Roi Mohammed VI en guise de soutien à la résistance des Maqdessis.

- Le Maroc milite pour une stratégie africaine commune au sein de l'OMC. Les représentants des pays africains membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) se réunissent depuis mardi à Casablanca dans le cadre d'un atelier portant sur les résultats de la 9è Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce à Bali. L'objectif de ce conclave est de discuter du programme de travail post-Bali pour les pays africains membres de l'OCI, et ce, afin d'aider ces pays à s'intégrer davantage dans le commerce mondial et en tirer le meilleur profit. Le cadre de travail est censé permettre à ce groupe de pays de resserrer les rangs pour constituer un groupe ayant une grande capacité de négociation.

*AL BAYANE:.

- Seddiki: 1.232 conflits collectifs résolus et/ou évités en 2013. Grâce à l'action préventive de l'inspection du travail, 1.232 conflits collectifs ont été résolus et/ou évités en 2013 sans qu'ils dégénèrent en grève, a affirmé, mercredi à Rabat, le ministre de l'emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki. Dans son allocution lors d'un atelier sur le dialogue social, organisé par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer, Seddiki a fait observer que ces conflits ont concerné 203 établissements employant 47.054 salariés, ce qui représente environ les deux tiers des conflits, ajoutant que les commissions locales ont examiné 302 conflits collectifs tandis que la commission nationale d'enquête et de conciliation a traité 38 différends.

- Deuxième jour de grève des boulangeries et pâtisseries: le constat d'échec se confirme. La Fédération nationale des boulangeries et pâtisseries du Maroc (FNBPM) a-t-elle bien raisonné quand elle a décidé de décréter deux jours de grève sans pain? Apparemment non. Le constat fait au terme de la première journée de débrayage et au cours de la matinée d'hier jeudi montre le fiasco presque total. Une bonne majorité des unités de production a pleinement fonctionné et l'offre en plein normal, objet de discorde, n'a pas fait défaut.

*L'OPINION:.

- L'UGTM soutient et prend part à la marche de protestation du 6 avril prochain. La commission de gestion de l'UGTM a tenu sa réunion hebdomadaire mardi dernier pour examiner la situation sociale et économique de la classe laborieuse marocaine. Los de cette réunion, le syndicat a annoncé qu'elle soutient et participe à la marche de protestation prévue le 6 avril prochain conformément à sa mission et à son engagement envers la classe laborieuse. L'UGTM appelle tous ses militants à participer avec force à cette manifestation.

- "Surexploitation des ressources en eaux souterraines. Le volume surexploité des ressources en eaux souterraines atteint aujourd'hui 1 milliard de m3 par an, entrainant la baisse quasi-généralisée des niveaux piézométriques au niveau des principales nappes du pays et la réduction des débits, voire l'asséchement des sources". Ces propos alarmants ne sont pas d'un activiste écologiste qui pourrait être tenté par l'exagération, mais de la ministre déléguée marocaine chargée de l'eau, Charafat Afilal qui intervenait à l'ouverture de l'atelier national sur la gestion des eaux souterraines. C'est donc officiel et véritable. Notre pays qui exploite à outrance ses ressources en eau, s'expose de ce fait à des lendemains peu rassurants si notre politique en la matière n'est pas reconsidérable à temps. D'autant que ces ressources sont confrontées depuis plusieurs décennies à la surexploitation et la dégradation de leur qualité.

*AUJOURD'HUI LE MAROC:.

- Des chiffres inquiétants dévoilés par le ministre de la Santé : 1 jeune sur 5 souffre de troubles mentaux. "Au Maroc, un jeune sur cinq souffre de troubles mentaux, et dans la moitié des cas les troubles ont débuté à l'âge de 14ans". En déclarant ce triste constat, mercredi dans son discours inaugural de la 2ème rencontre sur la santé scolaire et universitaire, Houcine El Ouardi a fait sensation parmi une assistance où pourtant se comptaient de nombreux médecins. Les chiffres sont têtus et ceux de l'OMS ont, en plus de l'avantage d'être objectifs, celui d'être corroborés par les études internes. Elles établissent ces études, que 48,9 pc des plus de 15 ans sont atteints de troubles mentaux, plus ou moins graves, et que cela est dû à un monde de vie malsain comme la malnutrition et l'inactivité.

- Les dépenses fiscales affectent le système au Maroc : les exonérations dérangent Idriss Azami. Dans un entretien accordé à ALM, Idriss Azami Al Idrissi, ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des Finances chargé du budget, parle de la polémique sur l'article 145 bis de la loi de finances 2014. Le ministre a, dans ce sens, réitéré la détermination du gouvernement de lutter contre la fraude fiscale, pour faire en sorte que la législation fiscale s'applique de manière juste et équitable et que tout un chacun contribue à l'effort national en fonction de ses capacités contributives.

*L'ECONOMISTE:.

- PME : le pack CGEM. Deux études de la confédération patronale seront présentées, ce vendredi 28 mars. L'une porte sur la compétitivité et l'autre sur le modèle de partenariat grandes entreprises-PME. Le patronat, qui a tenu son conseil d'administration jeudi 27 mars, veut développer les affaires entre les grandes entreprises et les PME, qui constituent un levier d'amélioration de la compétitivité du tissu économique. Le Confédération qui a passé en revue plusieurs schémas de partenariat, recommande la formule des accords et des contrats "grandes entreprises/PME" sans pour autant écarter les autres. Ce dispositif à moindre coût est jugé facile à déployer et à généraliser pour les deux parties.

- La sidérurgie face à une grande épreuve. En décrochant son bouclier de défense commerciale, les opérateurs réunis sous la bannière de l'Association des sidérurgistes du Maroc se sont engagés à se restructurer d'ici 2017. Un plan d'action a été remis au département du Commerce extérieur qui devra en suivre l'exécution pas à pas. Tous se passe à l'heure où le marché mondial vit un tournant sous domination chinoise avec un surplus de production de 330 millions de tonnes. Aussi, les analystes sont pessimistes : pas de croissance virevoltante, baisse des prix, de rentabilité...Même les restructurations lancées à l'international vont encore durer sans grand résultat. C'est dans ce contexte très agité que la filière doit faire ses preuves.

*LIBERATION:.

- Asile et immigration: deux avant-projets de loi présentés à Rabat. La troisième rencontre avec la société civile dédiée à la nouvelle politique d'immigration et d'asile s'est tenue hier après-midi, à Rabat. Anis Birou, ministre des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, devait partager avec des représentants d'une cinquantaine d'associations, l'état d'avancement de la mise en œuvre de la nouvelle politique de migration et dans laquelle sont également impliqués le CNDH et la délégation interministérielle des droits de l'Homme.

- Les blouses blanches voient rouge. Après plus d'un mois de boycott des cours et des stages, et en l'absence de toute mesure appropriée de la part du ministère de la Santé, le comité national de coordination des infirmiers, des étudiants et lauréats des instituts de formation des cadres de la santé (CNC) a organisé une conférence de presse, jeudi à Rabat, pour faire part à l'opinion publique des derniers développements de son dossier revendicatif et exposer les différents modes de contestation auxquels il compte recourir, y compris la marche nationale, prévue le samedi 29 mars à Rabat. La revendication première des infirmiers et des étudiants et lauréats des instituts de formation des cadres de la santé porte sur la mise en place d'un cursus de formation LMD (Licence-Master-Doctorat).

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara