Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


MAP - publié le Samedi 25 Juin à 10:41

Revue de presse hebdomadaire



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire.:



*La Nouvelle tribune. :

- L'immobilier est en crise après plus de six ans de bulle. Que ce soit le social, le moyen standing ou encore le luxe, tous les segments connaissent des difficultés énormes de commercialisation. Les mises en chantiers se font au compte-goutte. On est loin de l’engouement de 2008 où la bulle immobilière a éclaté. L’augmentation des prix consécutive à la bulle immobilière a fini par décourager nombre d’acquéreurs. Ce qui a engendré des difficultés de liquidités chez un certain nombre de promoteurs immobiliers, qui devraient faire face à des emprunts bancaires.

- Le ministre du Tourisme Lahcen Haddad a affirmé que le bilan 2012-2016 "se veut positif", notant qu’en 2013, la barre des 10 millions de touristes avait été dépassée pour la première fois dans l’histoire du Maroc. Il a d’autre part souligné que le tourisme national a généré durant ce mandat un chiffre d’affaires de 33 milliards de dirhams.

*La Dépêche du Maroc. :

- Abdelouahab Rafiki, chercheur en études islamiques, a souligné l'importance de la diffusion d'un islam modéré dans la société, car "c'est une nécessité stratégique, puisque la religion est une dimension très importante dans la société marocaine". Il a estimé qu'"en incluant au citoyen les valeurs modérées de la religion islamique, on garantit la paix sociale d’un côté, mais on garantit également la stabilité".

- Les négociations entre le Maroc et l'ONU au sujet de la Minurso avancent vers une solution définitive sur cette question. C'est ce qui ressort de la dernière réunion du Conseil de sécurité sur le Sahara, tenue à l’initiative du Venezuela. Selon le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, les négociations entre le Maroc "avancent dans le sens positif". Pour sa part, Stéphane Dujarric, porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, affirme que le Maroc et l’ONU ont eu des entretiens "constructifs".

*Le Canard libéré. :

- Le taux de conformité des plages marocaines aux normes de qualité a atteint 97%, selon le rapport national de la qualité des eaux de baignade pour la saison 2015-2015 dont les résultats ont été présentés récemment. Ce taux est réparti, selon les régions, entre 91% dans la zone méditerranéenne avec 45 plages et 99 stations de surveillance, 98% dans la zone atlantique nord (81 plages et 223 stations de surveillance) et 100% dans la zone de l’Atlantique sud (26 plages et 64 stations de surveillance).

- Fidèle à sa politique participative en matière de défense des intérêts de l’économie nationale, Miriem Bensalah Chaqroun, a invité les partis politiques de la majorité et de l’opposition à une série de rencontres destinées à ouvrir le débat sur les priorités économiques du Maroc pour la prochaine législature. Ces débats offriront l’occasion aux différentes composantes politiques du pays de présenter leur vision et leurs programmes économiques et permettront au patronat de faire des propositions visant l’accroissement de la compétitivité de l’entreprise marocaine, le renforcement de la dimension industrielle de l’économie, l’amélioration du climat des affaires et la création d’emplois pérennes.

*L’Observateur du Maroc et d’Afrique. :

- Le management de Renault Maroc est heureux. A travers deux marques phares, Renault et Dacia, Renault Maroc a pu écouler pas moins de 6.501 véhicules au mois de mai. Ce qui représente pour les armateurs de la précision, 33,6% de part de marché.

- Avec une capitalisation boursière de 10,9 milliards de dollars, Maroc Telecom arrive à la 12e position dans le classement 2016 du magazine African Business. Ce classement annuel concerne les plus importantes 250 entreprises africaines en valeur. Pionnier En Afrique subsaharienne, Maroc Telecom demeure ainsi la première entreprise marocaine et nord-africaine de ce palmarès continental. L’opérateur historique a enregistré un bond de 5 places par rapport à l’année dernière.

*Le Reporter. :

- Yanja Khattat, destitué par une décision rendue en première instance de la présidence de la région de Dakhla-Oued Eddahab, a indiqué que "toutes les hypothèse sont envisageables" quant à un éventuel boycott des élections par le parti de l'Istiqlal. Il a affirmé que "des décisions importantes seront prises, notamment pour ce qui est du boycott des prochaines législatives", à l’issue de la session extraordinaire du conseil national de l’Istiqlal.

- La Fondation Zakoura a lancé une campagne qui permettrait de fédérer les collègues d’une même entreprise pour financer la création d’une école de préscolaire en zone rurale. Une démarche solidaire et innovante. En offrant 5,48 DH par jour pendant 2 ans, soit 167 DH par mois, 75 collègues peuvent financer 100% la création d’une école de préscolaire et participer ainsi à la réussite de l’éducation de dizaines d’enfants.

*Le Temps.:

- Les très petites, petites et moyennes entreprises auront droit à leur propre diagnostic vital. L'Observatoire marocain de la TPME se chargera, en effet, de l'étude comportementale, financière et managériale de cette catégorie d'entreprises, qui constituent le gros du tissu économique du pays. Mais faute d'une base de données propre et étant donné que les données statistiques sont éparpillées entre plusieurs organismes, les premiers résultats ne seront disponibles qu'en 2019. L'Observatoire mettra en place des indicateurs rassemblés dans un tableau de bord pour permettre la production d'études généralistes et thématiques.

- Le boulet de la masse salariale a toujours été et continue d'être un énorme casse-tête pour tous les gouvernements qui se sont succédé au Maroc. Un projet de décret vient de faire le "buzz", introduisant le principe du Contrat à durée déterminée (CDD) dans l'administration publique. Il semble que la loi sur les CDD dans la fonction publique au Maroc a atteint sa phase de maturité. Son objectif: contenir la pression croissante de la masse salariale des fonctionnaires, qui plombe encore et toujours la croissance économique du pays et, plus précisément, les comptes publics.

*Maroc Hebdo.:

- Le nouveau Code de la presse, tant attendu par les professionnels des médias, a été adopté à l'unanimité par la Chambre des représentants. Pour les professionnels, le nouveau Code de la presse n'a pas délimité les pouvoirs réels des juges. C'est la principale critique formulée par la Fédération marocaine des éditeurs de journaux et le Syndicat national de la presse marocaine. Les deux organisations considèrent, par exemple, que le retrait définitif de la carte de presse, qui conduit à une interdiction pure et simple d'exercer le métier, et la possibilité accordée au juge de faire interdire un journal avant même son jugement, sont non seulement des régressions majeures mais aussi des atteintes caractérisées à la liberté d'expression.

- C'était un f'tour-débat pas comme les autres. Plus de 80 opérateurs économiques ayant le plus de poids dans le pays y étaient invités. Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, et Said Mouline, président du pôle en charge du partenariat public-privé au sein du comité de pilotage de la COP22, avaient une mission à accomplir: pousser les hommes d'affaires à mettre la main à la poche pour participer à la réussite de l'organisation de la COP22. Le président de la COP22 a appelé les patrons à agir pour que le prochain rendez-vous planétaire du climat joigne l'ambition à l'action.

*Challenge.:

- L'échec des politiques mises en œuvre pour l'éradication, sinon la réduction des dimensions du secteur informel se positionne de plus en plus au centre des débats de la vie politique et économique du pays en liaison avec la question de l'emploi et la compétitivité des entreprises. Entre un discours politique "légitimant" le phénomène et le cri d'alarme lancé par les opérateurs économiques, les orientations récentes vacillent entre laxisme et fermeté. Le secteur informel s'est non seulement maintenu, mais il a pris de l'ampleur au cours des dernières années.

- A un moment où la classe politique est saisie par le doute sur le sort de la régionalisation avancée, qui est toujours au point mort, en attente de l'adoption de nombreux décrets d'application de la loi organique, le ministère de l'Agriculture introduit une note d'optimisme en indiquant une voie de sortie. Pour Akhannouch, seule la régionalisation des politiques publiques peut donner un contenu concret à ce processus. Joignant l'acte à la parole, le ministre veut démontrer le bienfondé de sa démarche en lançant la régionalisation du programme sectoriel phare du gouvernement, à savoir: le Plan Maroc Vert.

*Finances News Hebdo.:

- Dans la gestion de leurs créances, les sociétés de financement recourent à des cabinets de recouvrement pour récupérer leurs dus. N'étant soumis à aucun texte réglementaire, ces cabinets opèrent souvent dans un flou juridique. Ton menaçant, intimidation, usurpation d'identité du personnel de justice..., toutes les méthodes sont bonnes pour ces chasseurs de dettes. Le but pour certaines sociétés de financement est surtout d'externaliser le recouvrement des petites créances et mieux optimiser la gestion des grands comptes.

- C'est une déclaration de guerre que l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce automobile (Amica) a lancée contre les importations frauduleuses de pièces de rechange automobile. "Pour accompagner l'essor de l'industrie automobile nationale, la mise à niveau du secteur s'est imposée. La filière pièces de rechange connaît plusieurs dysfonctionnements ayant trait à l'importation d'articles ne répondant pas aux exigences de qualité et de conformité aux normes", affirme Hakim Abdelmoumen, président de l'Amica. Il a souligné que "certaines pièces comme les plaques, les disques ou les câbles de frein concernent la sécurité qui peuvent causer des accidents de la circulation. Elles sont aussi dangereuses pour la vie humaine qu'un produit alimentaire périmé ou toxique".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara