Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Vendredi 14 Février à 16:55

Revue de presse économique hebdomadaire marocaine



Rabat - Le nouveau statut de Bank Al-Maghrib (BAM), le système de la compensation et l'identifiant commun de l'entreprise (ICE) sont les principaux sujets qui ont dominé la presse économique hebdomadaire parue ce vendredi.



Ainsi, "La Vie éco" s'intéresse au nouveau statut de la Banque centrale qui consiste à accorder une indépendance totale à cette institution dans la conception de la politique monétaire.

"BAM devient le seul maître à bord pour arrêter la politique monétaire, alors qu'elle est tenue actuellement de se concerter avec les finances en la matière", précise l'hebdomadaire, ajoutant que "l'idée d'accorder plus d'autonomie à BAM intervient dans la lignée des recommandations internationales".

Selon cette publication, le nouveau statut précise bien que la banque centrale accomplit sa mission dans le cadre de la politique économique et financière du gouvernement, comme cela a déjà cours actuellement.

S'agissant du contrôle de l'institution, "La Vie éco" rappelle que l'article 70 de la Constitution dispose que le parlement évalue les politiques publiques, ce dont relève l'action de BAM. "Ce principe sera explicité dans le nouveau statut".

Plus que le contrôle des établissements de crédit, l'hebdomadaire affirme que la banque centrale aura désormais pour mission de préserver la stabilité de tout le système financier.

Pour sa part, "Finances News" rapporte que le gouvernement "a affiché ouvertement sa volonté de réformer le système de compensation" en commençant par les hydrocarbures, s'interrogeant si ce gouvernement "osera franchir le pas vers le sucre et la farine".

L'hebdomadaire estime que, tôt ou tard, le système de subvention de la farine nationale sera lui aussi révisé, en dépit des propos du ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, et selon lesquels "les prix du pain ne seront pas touchés, vu le poids social de la denrée".

La préservation du système de compensation constitue un obstacle à une gestion "normale et rationnelle" des activités relatives aux produits subventionnés, souligne le journal, relevant que le présent système encadrant le secteur a atteint ses limites.

Devenant contreproductif, ce système "doit être révisé en profondeur afin d'évoluer vers un esprit concurrentiel et de transparence", estime "Finances News".

"La vie éco" a jeté la lumière sur l'identifiant commun de l'entreprise (ICE) qui sera opérationnel de façon partielle dans six mois avant sa généralisation d'ici la fin de l'année.

C'est la promesse du chef du gouvernement qui a intégré ce projet dans le programme d'amélioration du climat des affaires pour 2014, indique l'hebdomadaire, précisant qu'une commission technique présentera incessamment ses propositions au comité national et, une fois le dispositif finalisé, il sera porté par la Direction générale des impôts.

Plus généralement, l'ICE permettra de simplifier le travail des administrations et constituera, pour les opérateurs économiques, une porte d'accès à des informations commerciales fiables, explique la publication.

Sous le titre :"Ordinateurs : 2013 est incontestablement l'année de la tablette", "La Vie éco" cite les professionnels qui estiment que les ventes de tablettes ont enregistré en 2013 entre 20 pc et 30 pc de croissance.

Selon les chiffres du cabinet de conseil dans le marketing et les services (IDC) récoltés auprès des acteurs du marché, les ventes marocaines d'ordinateurs (hors tablettes) ont chuté de près de 21 pc à 340.000 unités, fait savoir l'hebdomadaire.

Pour 2014, il note que les professionnels restent dans l'expectative, citant le directeur marketing chez Disway, Anas Benjelloun, qui a constaté que "si l'on arrive à dépasser les 5 pc par rapport à 2013 d'ici la fin de cette année, ce serait déjà bien, surtout que le panier moyen continue à baisser".

De son côté, "Challenge" écrit que le dialogue entre la Fédération des commerçants de carburant et le Groupement des pétroliers du Maroc semble "rompu", rapportant qu'une décision récente du tribunal de commerce de Casablanca en date du 5 février demande aux parties de revenir à la table des négociations pour définir un contrat de gérance-type.

L'hebdomadaire estime que les gérants de stations-service ont donc réussi à convaincre le tribunal que les pétroliers se sont dérobés face à leur obligation de signer l'accord autour du contrat-type, alors qu'il aurait déjà été paraphé.

L'hebdomadaire se penche également sur le projet de loi n 64.12 de création de l'autorité de contrôle des Assurances et de prévoyance sociale (ACAPS) qui remplacera l'actuelle Direction des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS).

Attendu depuis presque une quinzaine d'années par les professionnels de l'assurance, ce texte a été validé le 9 janvier par la Commission des finances et sera probablement soumis au vote de la 2ème Chambre dans une prochaine séance, selon l'hebdomadaire.

"Comme c'est le cas chez tous les pays occidentaux particulièrement européens, dont s'inspire notre réglementation", la création de cette nouvelle structure répond à un impératif, à savoir celui "de mettre fin à une grande incompatibilité: une administration, juge et partie, qui contrôle et sanctionne en même temps", constate la publication.

"Finances News" s'attaque également au projet de loi 88-12 relatif à l'organisation de la profession d'agents d'affaires rédacteurs d'actes sous seing privé qui, depuis son adoption par le gouvernement en octobre dernier, n'a pas cessé de nourrir "vive polémique" et "controverse".

Sous le titre "Un projet de loi peu convaincant", l'hebdomadaire constate que ce texte "relève plusieurs ambigüités et laisse des questions en suspens".

Ce projet de loi "vient réparer les préjudices causés par la loi 39-08 relative aux droits réels promulguée en novembre 2011", indique la publication citant un représentant desdits agents.

En revanche, les opposants estiment que cette loi est "incomplète et met en danger la sécurité contractuelle des actes", selon "Finances News".

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara