Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Vendredi 21 Février à 10:55

Revue de la presse quotidienne marocaine du vendredi 21 février



Rabat - Voici les principaux titres à la Une des quotidiens parus ce vendredi 21 février:



*L'OPINION:.

- Consommation: envolée des prix des légumes, des viandes, du poisson, du café et du thé. Selon le HCP, l'indice des prix à la consommation (IPC) a connu, au cours, du mois de janvier 2014, une hausse de 0,3pc par rapport au mois précédent. Cette variation est le résultat de la hausse de 0,5pc de l'indice des produits alimentaires et de 0,1pc de l'indice des produits non alimentaires. Les hausses des produits alimentaires observées entre décembre 2013 et janvier 2014 concernent principalement les prix des poissons et fruits de mer avec 5,4pc, le café et cacao avec 1,9pc, les légumes avec 0,8pc et les viandes avec 0,7pc. Les hausses les plus importantes de l'IPC ont été enregistrées à Settat avec 1,2pc, à Al Hoceima avec 0,9pc à Fès et Laâyoune avec 0,6pc et à Meknès, Dakhla et Béni-Mellal avec 0,5pc.

- Khadija Zoumi, première femme membre de l'Union interparlementaire islamique. Mme Khaduja Zoumi, membre du groupe istiqlalien à la Chambre des Conseillers et membre de la délégation marocaine de l'Union interparlementaire islamique, a été élue, lundi 17 février, membre de la commission exécutive de ladite Union. C'est la première fois qu'une femme accède à un tel poste au sein de cette organisation.

*LE MATIN DU SAHARA ET DU MATIN:.

- Maroc/Mali: signature de 17 accords de coopération. SM le Roi Mohammed VI et le président de la République du Mali, M. Ibrahim Boubacar Kaïta, ont présidé, jeudi au palais présidentiel de Koulouba à Bamako, la cérémonie de signature de 17 accords bilatéraux dans différents domaines de coopération. Ces accords vont donner un nouveau souffle à la dynamique de coopération initiée entre les deux pays, et ce dans différents domaines d'activités économiques. Ils illustrent aussi l'engagement de SM le Roi à consolider une coopération Sud-Sud solidaire et agissante, érigée par le Souverain parmi les axes fondamentaux de la politique étrangère du Royaume, au service des intérêts des peuples africains frères.

- Mesures pour renforcer la mobilité des étudiants entre le Maroc et la France. Quelque 32.000 étudiants marocains sont actuellement présents en France, où ils représentent le plus important contingent d'étudiants étrangers, devant les étudiants chinois et algériens. A compter du 1er mars prochain, les six Consulats généraux français du Maroc auront ainsi pour objectif de délivrer, dès que cela est possible, un visa de circulation Schengen d'au moins un an à tous les étudiants marocains récemment titulaires d'un diplôme obtenu en France équivalent au minimum au niveau master. Cette mesure, qui fait suite à une concertation avec le Club France-Maroc (qui réunit les alumni marocains ayant effectué leurs études en France), concernera tous les domaines d'études. Elle bénéficiera également aux lauréats des établissements créés au Maroc dans le cadre des filières de co-diplômation.

*AUJOURD'HUI LE MAROC:.

- La médecine légale ouverte au privé. "La situation de la médecine légale au Maroc n'atteint pas le niveau pour jouer un rôle dans la justice criminelle". Le constat est fait par le ministère de la Justice et des Libertés qui a décidé de s'emparer du dossier pour développer ce métier. Pour ce faire, un projet de loi sur la médecine légale vient d'être déposé au Secrétariat général du gouvernement pour sa mise sur le circuit d'adoption. Le texte proposé par le ministère de tutelle reprend les conclusions et recommandations de la cinquième rencontre régionale organisée à Fès en marge du débat national sur la réforme de la Justice. Les responsables se sont également inspirés d'autres expériences internationales.

- Une unité d'engrais de l'OCP rien que pour l'Afrique. L'approvisionnement continu en engrais est dorénavant garanti pour les pays africains. Un objectif qui sera bientôt atteint par le Maroc qui, suite à une décision royale, dotera les pays africains de leur propre unité de production d'engrais. Cette unité dont les travaux de construction ont débuté depuis deux ans à Jorf Lasfar nécessite un investissement de 600 millions de dollars et permettra la production de près d'un million de tonnes par an. Ce projet vient donc consolider l'engagement du Maroc à dynamiser la croissance des marchés africains et à assurer une coopération Sud-Sud solidaire.

*L'ECONOMISTE:.

- Compétitivité: l'alerte Procter. Procter & Gamble s'apprête à se désengager de l'activité "eau de javel" et de la production de couches au Maroc. Une mesure qui fait suite à la décision de la maison mère de céder son activité "eau de javel" à travers le monde. Et c'est Fater, société européenne, qui reprendra cette activité dans la zone Europe centrale, Europe de l'Est, Moyen-Orient et Afrique, Maroc inclus. Cette entreprise, dont les produits les plus emblématiques sont les détergents commercialisés sous la marque Tide ou encore les couches pour bébés (Pampers), dispose de deux sites de production: un à Casablanca et l'autre à Mohammedia qu'elle cède également à Fater. Le retrait de la multinationale de l'usine de Mohammedia en particulier serait notamment motivé par des coûts de production qui ne sont plus compétitifs.

- Médicaments, le marché privé se tasse. L'industrie pharmaceutique est grippée. Les ventes du marché privé du médicament se sont élevées à 8,97 milliards de dirhams, en hausse de 2,6pc par rapport à l'année précédente. Cette contre-performance s'explique notamment par les longues tractations sur la baisse des prix. Ce qui a poussé les distributeurs à reporter leurs approvisionnements. Le processus de mise sur le marché des nouveaux médicaments explique aussi les méventes. Mais l'autre raison concerne le transfert du chiffre d'affaires du privé vers le public notamment le Ramed.

*AL BAYANE:.

- Affaire Sonadec: la justice ordonne la détention de l'ex-DG. Accusés de dilapidation des deniers publics, huit fonctionnaires de la société Sonadec ont été placés, lundi dernier, sous contrôle judiciaire. La décision a été prise par le juge d'instruction à la 4e chambre auprès de la Cour d'appel à Casablanca. Le juge a également ordonné la détention de l'ex-DG de la société, selon des sources concordantes. Selon d'autres sources, les charges retenues contre les accusés portent essentiellement sur la cession des terrains dédiés au projet immobilier Islan.

- L'année 2014 sera marquée par la réalisation de nouveaux acquis dans le domaine de lutte contre la corruption. S'exprimant lors d'une conférence consacrée à la présentation d'un rapport comprenant les recommandations du diagnostic anti-corruption du Maroc, mené par des experts du CE, le président de l'Instance centrale de prévention de la corruption(ICPC), Abdeslam Aboudrar, a précisé qu'au cours de cette année il sera procédé notamment à l'adoption de la loi sur l'Instance nationale de probité et de lutte contre la corruption et à l'élaboration de la stratégie gouvernementale en matière de lutte contre la corruption. Et d'ajouter que le Maroc, qui ambitionne de rejoindre le Groupe des Etats contre la corruption (GRECO), poursuivra ses efforts dans le domaine de la lutte contre le fléau de la corruption sur la base d'une action collective impliquant tous les acteurs concernés.


*LIBERATION:.

- Près de 10pc des enseignants seraient atteints de diabète. Une évaluation complète de l'état de santé physique des enseignants au Maroc, menée par la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l'éducation-formation en partenariat avec un laboratoire pharmaceutique marocain, a montré que près de 10pc des enseignants présentent un diabète. Ainsi une campagne de sensibilisation s'adressant aux adhérents de la Fondation est lancée. De même, un site entièrement dédié au diabète a été conçu et doit prochainement être mis en ligne "fm6-education.ma".

*AL ITIHAD AL ICHTIRAKI:.

- HCP: l'inflation sous-jacente en janvier en hausse de 0,3pc sur un mois. L'indice des prix à la consommation a connu, au cours du mois de janvier 2014, une hausse de 0,3 pc par rapport au mois précédent. Cette variation est le résultat de la hausse de 0,5 pc de l'indice des produits alimentaires et de 0,1 pc de l'indice des produits non alimentaires.

- Le Maroc devient membre à part entière de l'Union des conseils économiques et sociaux et Institutions similaires d'Afrique. La candidature du Maroc, via le Conseil économique, social et environnemental (CESE), en tant que membre à part entière au niveau de l'Assemblée générale de l'Union des conseils économiques et sociaux et Institutions similaires d'Afrique (UCESA), a été retenue mercredi à Dakar à l'unanimité des membres de ladite Union continentale.

*AL HARAKA:.

- Site d'info français: SM le Roi, un relai de stabilité politique et économique fort en Afrique. SM le Roi Mohammed VI, qui effectue une grande tournée dans plusieurs Etats africains, se présente comme un relai de stabilité politique et économique fort, sur lequel "la France a intérêt à s'appuyer si elle veut éviter l'enlisement au Mali et en Centrafrique", indique le site français Atlantico. La France peut avoir des alliés en Afrique, à commencer par le Maroc, "ami sûr et loyal", relève l'auteur de l'article, le journaliste Ahmed Charaï dans un article publié mercredi sur le site, soulignant qu'en dépit de l'affaire du Sahara et du retrait du Royaume de l'Union africaine, le Maroc a réussi ces dernières années une réelle percée en Afrique subsaharienne.

- Tournée royale en Afrique: The Hill met en exergue l'influence et la grande capacité de projection politique et économique du Royaume. L'engagement affirmé du Maroc en Afrique sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, fruit de hautes considérations stratégiques qui placent au cœur de leurs préoccupations le développement solidaire et l'essor des populations africaines, met en exergue l'influence et la grande capacité de projection politique et économique du Royaume dans le continent, écrit mercredi la gazette du Congrès des Etats Unis "The Hill".

- Mezouar souligne l'engagement "irréversible" du Maroc aux côtés du Mali. Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, a souligné, mercredi à Bamako, l'engagement "irréversible" du Maroc aux côtés du Mali, affirmant que le Royaume ne ménagera aucun effort pour aider ce pays frère dans l'effort de reconstruction, de réconciliation et de développement. "La région est confrontée à de nombreux défis, et le Maroc, pays frère et ami, s'est engagé du côté du Mali et de son peuple pour assurer la paix et la stabilité, et faire de sorte que ce grand pays puisse retrouver la quiétude et la normalité qui va l'aider dans l'effort de reconstruction, de réconciliation et de développement", a-t-il souligné.

*BAYANE AL YAOUM:.

- Cour des comptes: les contrats des vaccins sous l'ère Baddou ont coûté 87 millions de dirhams à l'Etat. Un rapport de la Cour des comptes a indiqué que les contrats des vaccins conclus sous l'ère de l'ancienne ministre de la Santé Yasmina Baddou ont infligé à la trésorerie une perte de 87 millions de dirhams, faisant savoir que ces contrats ont manqué de transparence.

*ASSAHRA AL MAGHRIBIA:.

- Sur instructions de SM le Roi, une usine d'engrais à Jorf Lasfar dédiés entièrement à l'Afrique. Sur instructions de SM le Roi, l'Office chérifien des phosphates (OCP) procédera prochainement au lancement à Jorf Lasfar d'une usine d'engrais dédiés entièrement au Marché africain, a annoncé mercredi à Bamako Mostapha Terrab, PDG du Groupe OCP. L'annonce du lancement de cette unité, dont la réalisation a nécessité 600 millions de dollars, a été faite par M. Terrab au cours du forum économique de haut niveau Maroc-Mali, tenu à Bamako dans le cadre la visite qu'effectue SM le Roi Mohammed VI au Mali.

- Le Conseil de l'Europe dresse un tableau sombre de la réalité de la corruption au Maroc. Le rapport du Conseil de l'Europe (CE) sur le diagnostic anti-corruption au Maroc fait ressortir que la corruption est répandue dans la société marocaine malgré les mesures prises par les autorités sur les plans législatif et institutionnel pour faire face à ce fléau.

*AL MASSAE:.

- Bras de fer entre le gouvernement Benkirane et l'Istiqlal: l'UGTM bat les tambours de guerre. Le bras syndical de l'Istiqlal, l'UGTM, descend ce dimanche 23 février dans les rues de Rabat pour une marche nationale de protestation. Selon le syndicat, cette marche constitue un premier avertissement adressé au chef de gouvernement pour qu'il réponde aux revendications de la classe ouvrière.

- El Khalfi pointe du doigt la faible présence des femmes dans les médias. Intervenant, mercredi à Casablanca, à l'ouverture d'une journée d'étude sur le thème "La place de la femme journaliste dans le paysage médiatique marocain", le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a indiqué que taux de femmes journalistes détentrices de cartes de presse ne dépasse guère les 27 pc, faisant savoir que la faible présence de la femme journaliste marocaine dans les médias demeure contradictoire avec l'esprit de la Constitution et les politiques nationales en matière de genre, et ce, en dépit de l'évolution technologique qui offre de grandes opportunités.

*AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA:.

- Cour des comptes: dysfonctionnements dans une centaine de communes. Un rapport de la Cour des comptes, en phase de finalisation, a consacré une partie importante aux rapports relatifs aux comptes des collectivités locales, qui relèvent des dysfonctionnements et des irrégularités dans une centaine de communes.

- Maroc: 1.400 avortements chaque jour. 1.400 avortements sont pratiqués chaque jour, indique un rapport de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement. L'association menace de publier la liste des médecins qui pratiquent clandestinement ces opérations pour des sommes allant de 1.500 à 3.000 dirhams.

*AL ALAM:.

- Les relations diplomatiques privilégiées avec les pays africains à l'origine de l'accroissement des investissements marocains. En effet, la visite qu'effectue SM le Roi Mohammed VI à certains pays africains, à savoir le Mali, la Côte d'Ivoire, la Guinée Conakry et le Gabon, constitue une opportunité pour raffermir les liens entre le Maroc et les pays africains sur tous les plans. Elle permet également de renforcer la présence économique des entreprises marocaines dans ces pays, qui passent pour un marché prometteur pour l'investissement.

- Lutte contre la corruption: le Conseil de l'Europe propose 66 recommandations à Rabat. Ces recommandations ont été énoncées au cours d'une conférence organisée mercredi à Rabat autour des résultats du diagnostic sur la corruption au Maroc. Les experts du Conseil de l'Europe appellent notamment à mener les actions nécessaires à la réalisation des objectifs de la Charte de la réforme du système judicaire, mettre en place une législation qui empêche les magistrats de recevoir des présents ou autres avantages, promouvoir la formation continue de ces magistrats et instaurer une justice spécialisée dans les crimes financiers

*ASSABAH:.

- Chabat: le gouvernement cherche à empêcher la marche de l'UGTM. Hamid Chabat, secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, a accusé le gouvernement de chercher à empêcher l'organisation de la marche nationale annoncée pour dimanche prochain à Rabat par l'UGTM, le bras syndical du parti de la balance. Chabat a déclaré au journal que la centrale syndicale n'a pas reçu, jusqu'à mercredi après-midi, l'autorisation d'organiser cette manifestation, ce qui a empêché la mobilisation des participants des différentes régions. Selon lui, le gouvernement redoute le nombre de participants, estimé à des dizaines de milliers.

- Au cours du 4ème trimestre de 2013, le volume de transactions immobilières s'est contracté de 5,2pc par rapport à la même période de l'année précédente. Selon l'indice des actifs immobiliers, élaboré par Bank Al Maghrib et l'Agence nationale de la conservation foncière et du cadastre, le résidentiel s'est replié de 1,4 pc, le foncier de 14,5 pc et le commercial de 9,5pc.

*AL KHABAR:.

- Arrestation d'un prosélyte américain qui enseigne les préceptes du christianisme à des mineures à Al Hoceima. Les services de sécurité d'Al Hoceima se sont mobilisés mercredi pour arrêter en flagrant délit un prédicateur américain qui enseignait les préceptes du christianisme à quatre filles mineures au sein de son appartement. Selon des sources du journal, la police a saisi des CD et des livres relatifs à l'enseignement du christianisme. L'Américain, d'une quarantaine d'année, a été conduit au siège de la préfecture de police pour approfondir l'enquête.

- Aboudrar promet de révéler des statistiques précises sur la réalité de la corruption au Maroc. Abdeslam Aboudrar, président de l'Instance centrale de prévention de la corruption, a indiqué qu'à la faveur du lancement d'une enquête nationale sur la corruption au Maroc, l'Instance aurait conçu une vision plus claire sur ce phénomène à travers des statistiques précises et des indicateurs mesurables.

*RISSALAT AL OUMMA:.

- Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane étrangle la liberté des associations des micro-crédit en accentuant le contrôle de leurs activités en dépit du rôle qu'elles jouent en matière de lutte contre la pauvreté et la précarité en faveur de larges catégories des Marocains. Le conseil du gouvernement a approuvé, jeudi, sous réserve de tenir compte des observations soulevées, le projet de loi relatif au micro-crédit. Ce texte vise à étendre la sphère de la surveillance par Bank Al Maghrib de ces associations.

- Aboudrar: Personne ne peut lutter seul contre la corruption. S'exprimant lors d'une conférence consacrée à la présentation d'un rapport comprenant les recommandations du diagnostic anti-corruption du Maroc, Abdeslam Aboudrar, président de l'Instance centrale de prévention de la corruption, a affirmé qu'aucun acteur, quel que soit sa volonté, son engagement et les moyens mis à sa disposition, ne peut lutter seul contre la corruption.

- Le dialogue social sur ses rails dans les prochains jours. Miloudi Moukharik, secrétaire général de l'UMT, a indiqué que le train du dialogue social se remettrait sur les rails dans les jours à venir, précisant que les trois centrales syndicales (UMT, CDT et FDT) pourraient recevoir très prochainement la réponse du chef du gouvernement aux revendications qu'elles avaient énoncées dans leur mémorandum commun.

*AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.

- Le Conseil de l'Europe, en coopération avec l'Instance centrale de prévention de la corruption, vient de sortir un rapport sur la corruption au Maroc dans lequel il préconise 66 recommandations. Ce rapport, élaboré par les experts de ce Conseil en vue de participer au renforcement de la bonne gouvernance, à la lutte contre la corruption et au blanchiment des capitaux au Maroc, conclut que la législation marocaine actuelle permet encore de protéger les corrupteurs, appelant à mettre en application ses recommandations par l'adoption de lois répressives susceptibles de réduire ce fléau.

- Louafa s'en prend aux attributions et à l'efficacité du Conseil de la concurrence. Le ministre délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Louafa a estimé que l'autonomie de cette institution ne doit pas être assurée au détriment des choix du gouvernement au niveau économique. S'exprimant au cours d'une réunion de la commission des finances à la Chambre des conseillers, tenue mercredi, Louafa a affirmé que le Conseil de la concurrence ne doit pas juguler le travail du gouvernement car c'est lui qui est spécialisé dans la mise en place des choix économiques du pays.

*SAHIFAT ANNAS:.

- Selon des documents officiels, la CNSS va se pencher sur l'affaire des fausses déclarations, déposées dans ses services, dont ont été victimes plusieurs adhérents qui travaillaient dans la Société de développement agricole (SODEA). Mohamed Hanine, député RNI, a déclaré que dans la ville de Sidi Slimane seulement, près de 2.300 victimes de fausses déclarations ont été identifiées.

- La part du Maroc sur le marché mondial de l'industrie automobile a enregistré une hausse de 0,2 pc, devançant l'Egypte (+0,15 pc) et la Tunisie (+0,08 pc) au niveau africain et arabe. La Direction des études et prévisions financières a affirmé dans un rapport que les ventes du secteur de l'automobile ont enregistré une valeur financière de près de 25,2 milliards de dirhams en 2012, participant ainsi de 18,2 pc à l'augmentation du total des exportations du Royaume.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara