Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Lundi 10 Février à 16:39

Revue de la presse quotidienne internationale nord-américaine du lundi 10 février



Washington - Les journaux américains paraissant ce lundi consacrent leur Une notamment à la lutte menée par les industriels contre l'augmentation du salaire minimum proposée par la Maison Blanche, la recherche d'une solution de la part des républicains à l'augmentation du plafond de la dette et à la hausse de la cybercriminalité.



Au Canada, le débat en cours sur la possible convocation d'élections anticipées au Québec, les appels alarmants sur l'état des lieux de l'économie québécoise et le scandale des dépenses injustifiées du Sénat canadien, sont les sujets commentés par les quotidiens locaux.

"La lutte pour un salaire minimum illustre un réseau de liens entre les industries", titre le quotidien le +New York Times+, soulignant qu'a quelques pâtés de maison de la Maison Blanche, se trouve le siège de l'Institut des politiques d'emploi, un centre de recherche économique très bien coté dont le rapport académique a, à maintes reprises, mis en garde contre l'augmentation du salaire minimum qui, selon lui, serait nuisible et augmenterait la pauvreté et le chômage.

Mais certains fondamentaux sont passés sous silence dans leurs rapports, indique le journal qui note cet institut est géré par une entreprise de relations publiques qui représente également l'industrie de la restauration, dans le cadre d'un effort coordonné visant à combattre l'augmentation du salaire minium que la Maison Blanche et les Démocrates au Congrès sont en train de défendre.

"Avec le temps qui passe, les Républicains cherchent une solution à l'augmentation du plafond de la dette et non la confrontation" titre le +Washington Post+, qui indique que les Républicains à la Chambre des représentants se battent encore pour trouver une issue à l'augmentation par le Département du trésor de son autorité d'emprunt, soulignant que la meilleure option serait d'oublier les récentes confrontations fiscales.

Faisant face à un calendrier qui ne laisse guère droit à l'erreur, certains dirigeants de partis plaident pour une solution du plafond de la dette qui inclurait certains articles qui aideraient le gouvernement fédéral à prolonger l'autorité d'emprunt au-delà des élections à mi-mandat de novembre.

Le +Washington Times+ s'intéresse, lui, à la mise en garde par des experts contre la vague d'une "cybercriminalité sérieuse" qui pointe à l'horizon. Le journal écrit que la série d'attaques contre la chaîne de magasins Target et autres, est susceptible de constituer le début d'une cybercriminalité sérieuse au moment où les hackers sont de plus capables de percer les systèmes de paiement vieillots du pays.

Les systèmes de défense traditionnels tels que l'installation de logiciels antivirus et le contrôle des comptes pour des activités inhabituelles ont peu résisté aux attaques des bandes criminelles d'Europe de l'est, écrit le journal, relevant que près de deux douzaines de compagnies ont été piratées et d'autres vont certainement être victimes des hackers dans les mois à venir, selon le FBI.

Sous le titre "Elections : La vérité s'impose", +Le Devoir+ écrit que tout porte à croire que les Québécois seront appelés aux urnes ce printemps, ajoutant que si le gouvernement Marois ne présente pas de budget avant les élections, il se sera écoulé dix-huit mois entre le premier budget du ministre Nicolas Marceau, déposé à l'automne 2012, et celui qui suivra les élections, ce qui est trop long après une année 2013 décevante sur le plan de la croissance économique au pays.

Même si les chiffres ne sont pas alarmants, certains facteurs négatifs plus fondamentaux méritent d'être soulignés, dont la faible croissance du PIB prévue pour les prochaines années qui inquiète vraiment, explique l'auteur de l'article, relevant qu'avec un rythme si lent, les finances publiques du Québec font face à une situation à risque, surtout avec le report de deux ans de l'atteinte de l'équilibre budgétaire.

En se rappelant les promesses extravagantes lancées par tous les partis lors de la dernière campagne électorale, il apparaît évident qu'un gouvernement n'ayant préparé qu'un seul budget depuis son élection, il y a 18 mois, doit refaire l'exercice avant de se représenter devant l'électorat, souligne le quotidien, relevant que ce n'est pas trop demander aux responsables de la province de présenter un budget transparent, sans astuce et sans leurres, s'il sont veulent, comme ils le prétendent, faire de la politique différemment.

 De son côté, +Le Journal de Montréal+ écrit que l'indéniable détérioration de l'économie du Québec inquiète sérieusement l'ex-premier ministre Jacques Parizeau qui signale que la situation des PME québécoises est si dramatique qu'il leur faut un "remède de cheval" et une politique industrielle digne de ce nom.

Citant Parizeau, le journal indique que l'économie du Québec est en régression, et plusieurs indicateurs le confirment, suggérant implicitement au gouvernement Marois de prendre la situation au sérieux, surtout que les entreprises québécoises accusent un important retard en matière de productivité.

Il ajoute que les entreprises québécoises, n'ayant pas fait les investissements nécessaires, ont pris un terrible retard sur leurs concurrents canadiens et américains, notant que le gouvernement mise sur des investissements ponctuels au moment où la modernisation des entreprises québécoises prévue dans la politique industrielle gouvernementale est soutenue par un budget insuffisant.

Sur le plan fédéral, +La Presse+ écrit que le scandale des dépenses au Sénat est en voie de coûter une fortune aux contribuables canadiens, faisant savoir que l'enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC-police fédérale) portant sur les dépenses injustifiées des sénateurs Pamela Wallin, Mike Duffy, Patrick Brazeau et l'ex-sénateur Mac Harb s'élève à elle seule à elle plus de 1 million de dollars.

Si les policiers de la GRC ont réussi à accumuler suffisamment de preuves pour déposer des accusations de fraude et d'abus de confiance contre Patrick Brazeau et Mac Harb la semaine dernière, ils continuent leur enquête dans le cas de Mike Duffy et Pamela Wallin, rappelle le journal, soulignant que si l'on ajoute les coûts de l'enquête comptable de la firme Deloitte et ceux administratifs de l'examen du Vérificateur général, le fameux scandale, qui éclabousse le gouvernement Harper depuis plus d'une année, a coûté à ce jour la rondelette somme de 1,5 million de dollars aux contribuables.

Au Panama, +La Prensa+ souligne que le budget record dépensé dans le cadre du programme de soutien national, durant l'année dernière, ayant atteint environ 300 millions de dollars a été consacré pour privilégier les projets de candidats partisans du gouvernement, précisant que ce programme dont les dépenses ont atteint sous l'Exécutif actuel 752 millions de dollars, n'est pas uniquement consacré au soutien des projets mais également au soutien social direct dans les circonscriptions électorales.

Pour ce qui est des derniers développements de la crise sur le projet d'élargissement du canal de Panama, le quotidien +Panama America+ indique que les syndicats des travailleurs ont demandé à l'Autorité du canal d'assumer sa responsabilité concernant l'arrêt des travaux de la troisième infrastructure de contrôle des niveaux d'eau, et d'intégrer les travailleurs chômeurs parmi ses équipes, mettant en garde contre la violation des droits de près de 6.000 ouvriers en cas de non règlement de la crise dans le court terme.

Au Mexique, +Excelsior+ s'intéresse au 8ème sommet de la coalition des pays de l'océan pacifique qui débute ses travaux ce lundi à Carthagène (Colombie) avec la participation du président Enrique Binia Nieto, et qui va examiner les moyens de réaliser plus de prospérité pour les peuples de ces pays (Mexique, Chili, Colombie et Pérou). Le journal cite le président mexicain qui estime que cette coalition constitue "un important instrument de complémentarité en Amérique Latine", ajoutant que "nous œuvrons pour l'édification d'un avenir meilleur pour nos sociétés".

Dans le cadre sécuritaire, la +Jornada+ écrit que l'entrée des groupes d'autodéfense dans la ville d'Apatzingan, fief du cartel des chevaliers du temple, peut être perçue comme une étape visant à recouvrer la primauté de la loi dans la préfecture de Michoacan.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara