Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 10 Juillet à 15:00

Revue de la presse quotidienne internationale maghrébine



Alger - Le projet de révision constitutionnelle en Algérie, le processus électoral en Tunisie et l'adoption par la Mauritanie du Protocole de Montréal portant sur la protection de la couche d'Ozone sont les principaux sujets développés par la presse maghrébine paraissant ce jeudi.



Après la clôture du cycle des consultations autour du projet de révision constitutionnelle en Algérie, tenues par Ahmed Ouyahia, chef de cabinet à la Présidence, le journal +Liberté+ fait remarquer que sur les 150 invitations envoyées, près d'une quarantaine de partis et personnalités n'ont pas été au rendez-vous d'El-Mouradia. D'où l'impossibilité, dans ces conditions, d'aboutir à une loi fondamentale de consensus en l'absence d'"une réelle volonté du changement de la part du pouvoir", relève le journal.

Son confrère +Le Soir d'Algérie+ estime que le projet a comme finalité non avouée de faire adapter les institutions du pays à l'état de santé de l'encore patron d'El Mouradia.

Le journal rappelle dans ce sens la révision constitutionnelle du nombre 2008 durant lequel le président Bouteflika, qui n'a jamais caché son aversion pour la Constitution de l'ex-président Liamine Zeroual, n'avait pas hésité à la dépouiller de sa substance pour pouvoir postuler à un troisième mandat, en faisant sauter l'article 74 qui limitait les mandats présidentiels à seulement deux, via une révision constitutionnelle improvisée à cinq mois des élections d'avril 2009.

Par ailleurs, le journal relève le mystère qui demeure entier sur la voie de l'adoption du projet. Le président algérien optera-t-il pour le référendum ou alors se suffira-t-il de l'approbation du parlement pour parachever ce processus de révision constitutionnelle "le plus long et le plus imprévisible de l'histoire", précise le journal.

A ce propos, +El Moujahid+, qui n'exclut pas l'option d'une consultation référendaire, précise que son approbation interviendra, dans un premier temps par le biais du parlement dont les deux chambres seront convoquées pour l'occasion en session extraordinaire.

Le journal fait savoir qu'une fois les propositions rassemblées, triées et validées, elles devraient être confiées à un comité de rédaction composé d'experts. "Ne restera alors au président de la République qu'à trancher la voie que prendra le projet", ajoute le journal.

A Tunis, le journal +Assabah+ évoque les réactions suscitées par l'appel du parti Nidae Tunis pour le prolongement du délai d'inscription sur les listes électorales. "Certains ont considéré la proposition non seulement comme un complot contre le processus électoral et démocratique, mais une violation de la constitution", selon le journal.

Dans le même sens, le journal cite le porte-parole du Front populaire, Hamma El Hammami, qui a estimé que l'organisation des élections avec le même nombre des inscrits sur les listes que celui lors des élections du 23 octobre dernier serait un drame électoral dont le vainqueur sera dépourvu d'une large représentativité . Le journal +Alchourouq+ revient sur les propos du président du bureau politique du parti républicain, Ali Chabbi, qui a jugé "inconstitutionnelle" toute idée de prolongation du délai d'inscription sur les listes électorales, appelant à intensifier les campagnes de sensibilisation.

A cet égard, le journal rapporte que la Haute commission électorale devrait se réunir ce jeudi avec les partis pour examiner cette question.

Pour sa part, le journal +Al Maghrib+ souligne la réaction d'un membre de la Haute commission électorale qui a affirmé que la prolongation du délai reste une simple proposition formulée par un parti politique.

A Nouakchott et au lendemain de l'adoption par le Sénat d'un projet de loi de ratification de l'amendement au protocole de Montréal relatif à la convention de Vienne sur la protection de la couche d'ozone, le journal +Achaab+ cite le ministre de l'environnement qui a précisé que le protocole de Montréal a fait l'objet en décembre 1999 d'un amendement dit amendement de Beijing visant à assurer une meilleure réglementation de la production et de la consommation de ces gaz.

Il a fait savoir qu'en cas de non adoption de cet amendement, la Mauritanie "ne pourra plus établir des échanges commerciaux avec les pays producteurs des gaz relatifs au secteur du froid et "s'expose au risque de rupture dans la distribution de cette substance et l'approvisionnement de ses chaines de froid".

Par ailleurs, les journaux évoquent les relations tuniso-mauritaniennes à la lumière de la visite du ministre des affaires étrangères à Tunis porteur d'un message du président Mohamed Ould Abdelaziz à son homologue tunisien Moncef Marzouki.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara