Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 8 Janvier à 14:03

Revue de la presse quotidienne internationale maghrébine du mercredi 8 janvier



Alger - La grogne sociale qui va crescendo en Algérie fait les choux gras de la presse locale, qui craint mercredi une "érosion" du pouvoir d'achat des citoyens du fait de la dévaluation du dinar algérien, avec l'augmentation surprise des prix des produits de première nécessité.



Dans le reste de la région maghrébine, les journaux libyens s'inquiètent de l'avenir du pays confronté à une crise financière, tandis que leurs confrères tunisiens suivent le développement du processus politique dans le pays.

A Alger, Le Quotidien d'Oran rappelle les manifestations de protestation organisées mardi par les gardes communaux dans plusieurs villes algériennes pour réclamer une reconnaissance des sacrifices qu'ils ont consentis dans leur lutte contre le terrorisme durant la décennie noire.

El watan relève que les gardes communaux se sentent lésés dans leurs droits. Au moment où les familles de terroristes perçoivent des indemnisations, ces éléments continuent à manifester dans la rue pour réclamer leurs droits.

L'Expression cite les revendications des exclus de la République qui luttent pour assurer à leur progéniture un logement décent.

Seule une justice implacable dans la distribution et le partage des biens pourra rendre espoir à ces oubliés du ministère de l'Habitat, souligne le journal.

Son confrère, Le Soir d'Algérie évoque le bras de fer qui se poursuit entre le ministre de l'Education et les syndicats du secteur concernant les revendications de ce corps.

Si pour la tutelle, une énième révision des textes est quasi impossible, les syndicats ne sont pas de cet avis et prévoient même de possibles actions de protestation communes, rapporte le journal.

Commentant l'augmentation surprise fulgurante des prix de certains produits de large consommation, L'Expression souligne que l'année 2014 n'est pas annonciatrice de la fin du calvaire enduré quotidiennement par les Algériens, comme les années précédentes.

Une attitude qui dénote que tous les discours rassurants tenus par différents responsables, en ce qui concerne l'amélioration du quotidien des citoyens, ne sont que conjoncturels et ne représentent que du vent, estime le journal.

A Tripoli, le journal Febrayer relaye les déclarations du ministre du pétrole libyen qui a relevé une chute alarmante de la production du pétrole et ses conséquences sur le budget de l'état.

Pour sa part, Qurina AL Jadida a mis en garde contre les conséquences désastreuses de la poursuite de la fermeture des terminaux pétroliers, estimant que les prémices d'une crise financières commencent à se profiler à l'horizon, dans un pays où les groupes armés font leurs lois.

Face a cette situation, écrit le journal, le gouvernement serait incapable de payer les fonctionnaires et les autorités impuissantes faces aux milices armés qui occupent les locaux des ministères et s'emparent des installations pétrolières au moment où elles veulent, s'indigne l'auteur de l'article.

Au niveau sécuritaire, Libya Al Ikhbaria dénonce les actes d'agressions perpétrés par des hommes armés à l'encontre du corps médical dans les hôpitaux publics.

A Tunis, le journal Assabah indique que les Tunisiens craignent que l'adhésion de certaines parties au dialogue national ne soit qu'une simple manœuvre visant à gagner du temps et bloquer l'opération d'adoption de la Constitution.

Le journal redoute aussi un blocage de l'opération de la remise du pouvoir à un nouveau gouvernement de salut.

Le rédacteur politique du journal Al Maghrib rapporte que le chef du gouvernement Ali Larayedh a toujours conditionné la démission de son gouvernement à la conclusion d'un accord au sujet de la rédaction d'une nouvelle Constitution, l'établissement d'une date pour les élections et la mise en place d'une nouvelle commission électorale.

Dans le même ordre d'idées, AlChourouq rapporte que le gouvernement ne démissionnera pas avant la formation d'une nouvelle commission électorale, indiquant que la séance du dialogue a connu mardi un débat houleux sur la date du départ de l'exécutif.

Le rédacteur politique du journal Dhamir, proche du mouvement Annahda, fait savoir que l'Assemblée constituante a adopté mardi de nouveaux droits se rapportant à la santé, l'enseignement, la culture et la créativité, ainsi que d'autres droits.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara