Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Lundi 6 Janvier à 16:06

Revue de la presse quotidienne internationale européenne



Bruxelles - Le rapatriement de milliers d'Africains de Bangui, les élections municipales aux Pays-Bas, la situation en Syrie et en Irak, le décès de la légende du football portugais Eusebio et les répercussions d'ordre politique et économique du scandale politico-financier qui secoue depuis près de trois semaines le gouvernement turc sont des sujets, entre autres, qui retiennent l'attention des principaux titres européens ce lundi.



Les quotidiens français s'intéressent ainsi au pacte de responsabilité proposé aux entreprises, qui sera présenté le 14 janvier par le président François Hollande, au rapatriement de milliers d'Africains de Bangui et à la guerre civile en Syrie qui met à rude épreuve les pays voisins.

Le journal Le "Figaro", indique que le président français a décidé d'assumer clairement une orientation réformiste ou sociale-libérale, loin de ses promesses de campagne, notant que ce n'est pas la première fois qu'il assume une politique de l'offre.

Il rappelle, à cet égard que le chef de l'Etat français avait revendiqué, dès novembre 2012, une politique rigoureuse en matière de finances publiques et soucieuse des entreprises, soulignant que la France doit faire un effort pour que son offre soit compétitive.

Son confrère "Libération" relève, pour sa part, que les ambassades africaines de Bangui organisent le rapatriement de milliers de personnes qui craignent pour leur vie en dépit de l'opération française, "jugée vaine".

"Devant les ambassades ou les consulats des pays africains de Bangui, des centaines de ressortissants affluent depuis plusieurs jours au rythme des charters qui leur permettront de rentrer chez eux", décrit la publication, faisant observer que jamais un tel exode de nationaux africains n'avait été enregistré si peu de temps après une intervention militaire internationale sur le continent.

Et de conclure que pour l'instant, l'opération Sangaris, avec ses 1.600 militaires français, n'a pas réussi à apaiser la peur qui règne sur la capitale centrafricaine où l'on recense un millier de morts depuis le 5 décembre et plus d'un million de déplacés.

Sur un autre registre, le journal "La Croix" souligne que la guerre civile en Syrie met à rude épreuve le Liban et l'Irak, notamment, qui luttent pour ne pas sombrer dans un chaos semblable.

Ces pays sont traversés par la même fragilité?: la juxtaposition de communautés religieuses ou ethniques différentes qui luttent pour prendre le contrôle des Etats ou s'en arroger les fonctions, explique le journal, faisant observer que la principale rivalité, attisée par l'Iran d'un côté, l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie de l'autre, oppose les musulmans chiites aux musulmans sunnites.

Pour le quotidien, l'Irak et la Syrie semblent voués à connaître durablement une situation que le Liban endure depuis près de quarante ans?avec un affaiblissement de l'Etat, contraint de tenir compte d'identités régionales puissantes qui lui contestent des missions régaliennes primordiales comme le maintien de l'ordre ou le contrôle des frontières.

Les quotidiens néerlandais se font l'écho des résultats d'une enquête qui a révélé que certaines municipalités, notamment celles dont la population ne dépasse pas 50.000 habitants, ont du mal à trouver des candidats aux prochaines élections municipales.

Plusieurs municipalités de 50.000 habitants ne vont pas prendre part aux élections locales, écrit le Volkskrant, ajoutant que le problème touchant également cinq municipalités comptant plus de 100.000 habitants, serait dû à la mauvaise image de la politique locale, aux yeux du ministre de l'intérieur.

"Les habitants quittent Fallouja après de violents combats" titre le quotidien "Trouw" qui rapporte que des milliers de personnes ont fuient la ville de Fallouja suite à des affrontements violents et à cause des pénuries en nourriture et carburant, ajoutant que les forces gouvernementales se préparent pour le lancement d'"vaste attaque". Le quotidien NRC revient sur la situation en Syrie, où les rebelles syriens ont créé une nouvelle alliance qui ne cible pas, cette fois, le régime syrien mais plutôt les jihadistes affiliés à Al Qaida accusée d'avoir volé la révolution.

La publication parle d'une "guerre ouverte" de l'alliance des rebelles contre le mouvement "l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)" dont les actes profitent au gouvernement Al Assad.

La presse madrilène focalise son intérêt sur les développements du litige qui menace d'interrompre le chantier du canal du Panama et la décision de la ministre espagnole de l'Equipement de se rendre dans ce pays pour résoudre ce conflit commercial.

L'Espagne prévoit une négociation très dure pour résoudre la crise du canal , écrit le journal La Razon , rappelant que le consortium international GUPC, composé de groupes espagnol et italien, a menacé de cesser les travaux d'agrandissement du canal de Panama si leur budget n'était pas augmenté de 1,6 milliard de dollars.Ainsi, ajoute la publication, la ministre de l'Equipement, Ana Pastor, aura ce lundi un programme chargé pour essayer d'apaiser la situation et résoudre ce conflit commercial, précisant que la responsable espagnole tiendra des réunions avec le président du Panama et l'administrateur du Canal, ainsi qu'avec les sociétés chargées de réaliser ce gigantesque projet.

Arrivée d'Ana Pastor à Panama pour entamer les médiations dans le conflit des travaux du Canal , intitule, pour sa part, le quotidien ABC , faisant remarquer que la ministre réunira à toutes les parties concernées par cette crise afin de rapprocher les positions et tracer une feuille de route pour poursuivre l'agrandissement du Canal.Le gouvernement ne veut pas que la partie espagnole, représentée par la société Sacyr, quitte ce projet parce que cela porterait atteinte à la réputation et au prestige des entreprises du pays à l'étranger, souligne un autre quotidien El Mundo , notant que l'objectif d'Ana Pastor est de jeter les bases d'un dialogue entre toutes les parties.

La presse belge penche sur les statistiques de l'Office des étrangers qui révèlent une baisse d'au moins d'un quart des demandeurs d'asile en 2013.

'La Dernière Heure'' écrit que la Belgique n'est plus un pays qui fait rêvé si on considère l'évolution des demandes d'asile au fil des années, relevant que l'office des étrangers a ouvert 15.840 dossiers en 2013 contre 21.463 en 2012 et 25.479 en 2011. Le journal, qui note que ces chiffres doivent être pris avec des pincettes étant donné que dans le cas de familles avec enfants, seuls les dossiers pour adultes sont ouverts, indique que la secrétaire d'Etat à l'asile et la migration se félicite tout de même de cette évolution qui 'prouve que les mesures en vigueur fonctionnent''.

Un avis que ne partage pas le sénateur socialiste et ministre d'Etat Philippe Moureaux qui fustige dans le 'Morgan'' la politique d'asile du gouvernement, la qualifiant 'd'indéfendable''. Sous le titre 'les demandes d'asile en baisse en 2013'', 'L'Avenir'' précise que la plupart des demandes d'asile provenaient en 2013 d'Afghanistan (1.327 dossiers), de Guinée (1.247 dossiers), de RDC (1.225), de Russie (1.166) et de Syrie (877).

'Le Soir'' et 'Le Standard'' s'intéressent à la manifestation qui s'est tenue, hier, à Tel Aviv par des dizaines de milliers de migrants africains clandestins pour protester contre la politique migratoire d'Israël.

Pour le 'Le Soir'' c'était le plus grand rassemblement du genre en Israël, qui ranime une question explosive dans la société israélienne surtout après l'adoption par Israël d'une loi autorisant le placement en détention sans procès jusqu'à un an des immigrés clandestins.

'Le Standard'' publie sur deux pages une photo qui illustre l'ampleur de cette manifestation. Sur cette photo (cadre très large) c'est à peine si l'on distingue les visages des protestataires qui réclament le droit d'asile et dont la plupart sont originaires d'Erythrée ou du Soudan.

En Turquie, la presse locale se penche sur les répercussions d'ordre politique et économique du scandale politico-financier qui secoue depuis près de trois semaines le gouvernement du Parti de la Justice et de Développement (AKP).

+Star+ et +Milliyet+, à l'instar de plusieurs autres quotidiens turcs, reviennent sur la réunion le week-end dernier à Istanbul, du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, avec des intellectuels, écrivains et journalistes turcs, au cours de laquelle il a réitéré la thèse du complot pour expliquer ce scandale de corruption, où sont impliquées plusieurs personnalités influentes du monde de la politique et des affaires proche du chef du gouvernement turc.

La presse turque met essentiellement l'accent sur les déclarations d'Erdogan à cette occasion sur une possible révision des procès des militaires condamnés dans le cadre des deux affaires liées à des coups d'Etat.

Le quotidien +Turkiye+ cite dans ce cadre le chef du gouvernement turc qui a dit : 'nous avons une attitude favorable'' concernant une révision de ces procès.

+Today's Zaman+ note, dans ce cadre, que le gouvernement tente par cette initiative à détourner l'attention de l'opinion publique de ce scandale de corruption, lié essentiellement à des appels d'offres publics dans le secteur des bâtiments et au blanchiment d'argent.

Le quotidien, qui cite des juristes turcs, souligne que la révision de ces procès, dirigés par des tribunaux indépendants, constitue un danger pour la démocratie et l'indépendance du système judiciaire en Turquie, ajoutant que le gouvernement espère faire écran à l'affaire de corruption qui touche directement des personnes dans l'entourage du Premier ministre, dont les fils des ministres démissionnaires de l'Intérieur et de l'Economie, un maire municipal du Parti de la justice et de développement (AKP issu de la mouvance islamiste), le PDG de la banque publique 'Halkbank'' et les patrons de plusieurs mastodontes de construction.

Pour sa part, le quotidien +Hurriyet Daily News+ revient sur l'information faisant état d'une lettre adressée au président turc, Abdullah Gul, par Fethullah Gulen, ce prédicateur islamique à la tête d'une influente confrérie, accusée d'être derrière le scandale politico-financier.

Cette lettre ne fait qu'aggraver les relations entre le gouvernement et le mouvement Gulen, engagé dans un bras de fer depuis le déclenchement de cette affaire de corruption, écrit +Hurriyet Daily News+, précisant que Gulen y rejette catégoriquement que son mouvement soit impliqué dans ce scandale

En Italie, trois thèmes retiennent l'attention des quotidiens, en l'occurrence l'Etat de santé de l'ancien chef du Parti Démocrate (PD) Pier Luigi Bersani, victime d'une hémorragie cérébrale, la démission du vice-ministre de l'Economie, Stefano Fassina et la défaite de l'As Rome devant la Juventus de Turin.

+Il Messaggero+ souligne que l'état de santé de Bersani suscite la préoccupation après avoir été admis d'urgence, dimanche, dans un hôpital de Parme où il avait subi une opération chirurgicale suite à une hémorragie cérébrale.

Selon la publication, l'ex-secrétaire du PD (62 ans) est resté plus de quatre heures dans le bloc opératoire et ses médecins se disent optimistes quant à son état de santé. 'L'intervention chirurgicale est techniquement réussie, mais il faut attendre encore 72 heures pour s'assurer qu'il n'y a pas de dégâts au niveau du cerveau'', ont-ils déclaré.

Le quotidien +La Repubblica+ s'intéresse, quant à lui, à 'la démission irrévocable'' de Fassina, qui serait due à une boutade du secrétaire général du PD, Matteo Renzi, lors d'une conférence de presse, sur l'éventualité d'un remaniement du gouvernement, suggéré par le vice-ministre de l'Economie. 'S'il avait démissionné à cause d'une boutade, je suis désolé pour lui, mais s'il l'avait fait pour des raisons politiques, il a mon grand respect'', a souligné Renzi, cité par le journal selon lequel cette affaire suscite des remous au sein du parti qui cherche à enterrer ses divergence au lendemain du 'drame de Bersani''.

Sous le titre 'Une Juventus implacable balaye également les Giallorossi'', +Il Corriere della Sera+ souligne que la victoire de 'la vieille dame'' contre la Roma battue, dimanche par 3 buts à zéro, renforce davantage les chances des Turinois de remporter le championnat italien de football.

La Juventus a creusé l'écart avec 8 points d'avance sur son poursuivant immédiat, l'As Rome, 'en crise de nerfs, émerveillée par la force de l'adversaire'', ajoute la publication, rappelant qu'il s'agit de la première défaite, lors de l'actuelle saison de la Roma, et de la 10è victoire consécutive des 'blancs et noirs''.

Les journaux portugais ont consacré lundi leurs gros titres à la disparition de la légende du football Eusebio, saluant le parcours et les exploits d'un joueur d'exception, considéré comme le meilleur footballeur portugais de tous les temps. 'Immortel'', 'éternel'', 'le monde pleure Eusébio'', titrent en gros caractères les journaux lusitaniens tant généralistes que sportifs qui font l'éloge d'un monument de foot qui a fait la gloire de son club Benfica et de son pays dans les années soixante.

Le journal sportif 'Record'' écrit que des milliers de supporters se sont rendus au stade de la Luz à Lisbonne où la dépouille mortelle d'Eusébio a été exposée dimanche soir, pour saluer celui qui les a fait vibrer lors des matches et se recueillir devant la statue en bronze à son effigie, qui immortalise le joueur au moment de frapper un ballon, dressée devant le stade.

Saluant le parcours impressionnant de cet attaquant redoutable originaire du Mozambique, 'A Bola '' s'est arrêté largement sur la vie et la carrière sportive du celui qui était devenu ces dernières années ambassadeur du club et de la Fédération portugaise de football.

Sous le titre ' Adieu la légende'', 'Diario de Noticias'' écrit que la disparition d'Eusébio da Silva Ferreira '' a suscité une vive émotion au Portugal où un deuil national de trois jours a été décrété en hommage à celui que l'on surnomme la Panthère noire''.

Le journal souligne l'admiration et la reconnaissance de tout un peuple envers cette figure singulière du sport national, qui était bien plus qu'un simple joueur de foot, notant que les hommages se sont multipliés pour saluer les exceptionnelles qualités techniques, physiques et humaines de l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du ballon rond.

Responsables politiques ou du monde du Football, joueurs ou stars du foot qui l'avaient côtoyé dans les années soixante, ont été unanimes à saluer les performances d'un joueur d'exception qui a profondément marqué l'histoire du pays et du monde du football.Eusébio est un 'héros populaire et éternel'', 'un génie'' et 'un patrimoine national'', écrit de son côté, 'Diario Economico'', affirmant que cet illustre attaquant a contribué au rayonnement du Portugal et de son club Benfica dans les quatre coins de la planète. ' Eusebio a fait l'histoire du sport et a pris une dimension planétaire'', observe la publication, notant que les exploits de ce joueur hors pair 'resteront gravés dans la mémoire''. La manifestation des immigrés africains en situation irrégulière en Israël et le décès du géant du footballeur mondial, le portugais Eusebio, constituent les deux thèmes essentiels traités, lundi, par la presse polonaise.

Quelque 30.000 ressortissants africains ont manifesté, dimanche, à Tel Aviv, exigeant des autorités israéliennes le droit au travail, de meilleures conditions de vie et un meilleur traitement, écrit le quotidien +La gazette électorale+, soulignant la colère de ces africains après la décision du gouvernement de ne pas leur accorder le statut de réfugié et de placer certains d'entre eux dans des centres avec une liberté limitée du mouvement.

Même son de cloche sur les colonnes de + La respublica+, qui fait observer qu'il s'agit de la grande manifestation d'africains en Israël. Venus de toutes les villes de l'état hébreu, ces manifestants menacent de durcir leur mouvement jusqu'à ce que les autorités israéliennes le reconnaissent le droit au travail et à une vie digne.

La presse polonaise rend, en outre, un hommage appuyé à Eusebio, mort dimanche à 71 ans, estimant que la panthère noire des stades a marqué l'histoire du Portugal et du monde du football. Le défunt a forcé l'admiration sur le terrain et jouissait d'une aura internationale. L'étoile d'Eusebio a brillé à une époque où il y avait de grands joueurs internationaux comme le brésilien Pelé ou l'Argentin Alfredo Di Stefano, souligne en substance la presse.

Le championnat du monde de hockey sur glace organisé en Suède, les développements politiques en Turquie et l'élection du président de la coalition nationale syrienne sont les principaux sujets qui focalisent l'attention de la presse suédoise.

+Dagens Nyheter+ s'intéresse au Championnat du monde de hockey sur glace junior, et souligne que la Suède doit se contenter de l'argent après sa finale perdue à Malmo devant la Finlande (2-3) dimanche.

La sélection suédoise était pourtant donnée favorite surtout après sa belle performance en demi-finale devant la Russie, ajoute le quotidien, rappelant que la Finlande avait étrillé en demi-finale le Canada (5-1).

De son côté, +Svenska Dagbladet+ rapporte que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan ne s'oppose pas à un nouveau procès des militaires qui ont été condamnés à des peines de prison pour avoir fomenté un coup d'Etat.

Erdogan a affirmé qu'il a eu une réunion "positive" avec le président de l'Association du Barreau turc à ce sujet, poursuit le journal.

Quant à +Aftonbladet+, il indique que Ahmad Jarba a été réélu à la tête de la Coalition nationale syrienne (CNS) pour une période de six mois.

Jarba l'a emporté avec 65 voix contre 13 pour son rival Riyad Hijab, ancien Premier ministre de la Syrie, ajoute le quotidien.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus