Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Vendredi 16 Septembre à 10:03

Revue de la presse quotidienne internationale d’Europe du Nord



Copenhague – La course à la Maison Blanche et l'avenir du projet européen commun retiennent l’attention de la presse de l’Europe du Nord paraissant vendredi.



En Suède, Aftonbladet écrit que la candidate démocrate à la Maison Blache Hillary Clinton n’a plus beaucoup de temps pour convaincre les indécis après un début de semaine catastrophique, alors que son adversaire républicain Donald Trump remonte dans les sondages. D’abord critiquée suite à ses propos polémiques sur les électeurs de son rival républicain, l’ancienne secrétaire d’Etat a fait un malaise lors de la cérémonie de commémoration du 11-Septembre, ce qui remet en doute sa capacité à diriger le pays le plus puissant au monde, explique le quotidien. Il juge à cet égard important pour Hillary Clinton de rassurer ses potentiels électeurs et corriger ses erreurs, notamment son manque de transparence concernant son état de santé.

L’ex-première dame entame la dernière ligne droite, sachant qu’elle affrontera dans treize jours son rival Donald Trump lors du premier débat présidentiel, fait observer le journal.

Pour son confrère Dagens Nyheter, la question de la santé de l’ancienne secrétaire d’Etat s’est invitée dans la campagne sans que personne ne s’y attende.

Il note que la mauvaise gestion médiatique de son malaise n'a fait que raviver des rumeurs les plus folles sur son état de santé.

Selon le commentateur, l’annonce de la pneumonie concentre l’attention sur Clinton tandis que Trump, tout en lui souhaitant un prompt rétablissement, mène campagne à plein régime pour accentuer le contraste avec la démocrate contrainte au repos. Sur la même lignée, le quotidien finlandais Helsingin Sanomat souligne que la campagne Clinton a besoin de reprendre son souffle, et le président Barack Obama fait partie des atouts du camp démocrate.

Alors que la candidate démocrate se remet de sa pneumonie, le locataire de la Maison Blanche a fait campagne à sa place à Philadelphie, relève le grand tirage.

D’après la publication, une victoire démocrate serait pour Barack Obama une pierre à son édifice, la certitude que son héritage ne sera pas remis en question sur des dossiers aussi importants que l'Iran ou la couverture sociale.

C’est pourquoi Obama a tenté au cours de son discours de vanter les qualités de son ancienne secrétaire d’Etat et qualifier le candidat républicain Donald Trump d’inapte à assumer la présidence, ajoute le journal.

Si la candidate veut gagner, les électeurs de Barack Obama, surtout les jeunes et la communauté afro-américaine, doivent se déplacer pour déposer leur bulletin dans l'urne, estime de son côté Iltalehti.

De l'avis du commentateur, l’un des défis du président est d’essayer de séduire les jeunes électeurs, surtout ceux qui ne sont pas encore allés voter.

La terreur du camp démocrate est l'abstentionnisme et la tiédeur des supporters du président à l'égard de Clinton, croit savoir le journal. Il rappelle que les derniers sondages nationaux sont en effet assez effrayants pour Hillary Clinton, car ils ne lui donnent plus que deux petits points d'avance au niveau national sur son adversaire républicain.

Au Danemark, Jyllands-Posten écrit que le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker n’a pas mâché ses mots, lors du discours sur l'état de l'Union, quant à la gravité de la situation dans le Vieux Continent.

"L’état des lieux a permis de constater que si les Etats membres de l’UE n’étaient pas d’accord, leur union ne leur conférait aucune force", explique l’éditorialiste.

Il indique que beaucoup s’accordent à dire que la solution à la crise des réfugiés n’est pas du ressort des Etats membres pris individuellement, mais ceux-ci ont du mal à se mettre d’accord sur les compétences à confier à l’UE.

"Si beaucoup partagent la conviction qu'optimiser le marché unique pour le rendre plus opérant crée des emplois et stimule la compétitivité, la libre circulation des personnes, inhérente au marché unique, est en revanche un thème controversé dans beaucoup de pays de l'UE", fait remarquer le commentateur. 

Il souligne que Juncker n’a pas nié "la crise existentielle" que traverse actuellement le bloc européen, ce qui constitue, selon la publication, "la condition préalable indispensable si l’on veut trouver une solution".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara