Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Jeudi 13 Février à 16:20

Revue de la presse quotidienne internationale arabe du jeudi 13 février



Le Caire - La presse arabe paraissant ce jeudi s'intéresse plus particulièrement au conflit autour des régions soudanaises de Kordofan et du Nil Bleu, au paysage politique au Yémen, à la visite du ministre de la Défense égyptien, le général Abdelfattah Sissi en Russie, ainsi qu'au dossier syrien et aux situations internes au Liban, au Bahreïn et en Jordanie.



Ainsi, la presse soudanaise revient essentiellement sur les négociations qui débuteront ce jeudi à Addis Abeba entre le gouvernement de Khartoum et les rebelles du Mouvement populaire au sujet des régions de Kordofan et du Nil Bleu.

Le quotidien +Assahafa+ note, dans ce cadre, que ces pourparlers interviennent dans une conjoncture particulière où les deux parties font preuve de sagesse et de beaucoup d'ouverture, dotées d'une volonté politique pour trouver la solution adéquate à la crise de ces deux régions à travers le dialogue et non pas par l'option militaire.

Même son de cloche chez le quotidien +Arrai Al Am+ qui estime que ces négociations se déroulent dans un climat empreint d'optimisme, soulignant que le gouvernement, qui a opté pour la paix, n'agit sous aucune pression internationale, au moment où les rebelles du Mouvement populaire ont perdu leur base arrière dans le sud et ne bénéficient plus du même soutien en Ouganda, en plus de la communauté internationale qui ne veut plus de la guerre et fait pression sur le secteur du Nord pour mettre un terme à cette crise.

A l'inverse, le quotidien +Attayyir+ impute la responsabilité de la crise de Kordofan et du Nil Bleu au parti du Congrès national, au pouvoir au Soudan, qui a commis, selon lui, des erreurs graves dans la gestion de ce dossier.

Pour sa part, +Al Youm Attali+ revient sur la rencontre entre le président Omar Al Bachir, président du Parti du Congrès National, avec Sadek Al Mahdi, président du Parti de la Nation (opposition), soulignant que les deux hommes se sont mis d'accord pour entamer un dialogue entre leurs partis respectifs, ce qui signifie que Sadek Al Mahdi a accepté officiellement le dialogue national souhaité par Al Bachir lors de son dernier discours pour trouver une solution globale à la crise soudanaise.

Au Yémen, la presse locale s'intéresse essentiellement à la situation politique interne suite à l'annonce des six régions qui constitueront l'Etat fédéral du Yémen.

Le quotidien +Attaoura+ note, dans ce cadre, que le conseil des ministres a affirmé lors de sa réunion hebdomadaire que l'adoption définitive des six provinces fédérales au Yémen est une réalisation historique, qui fait partie des recommandations les plus importantes du dialogue national.

Pour leur part, les journaux +Akhbar Al Youm+, +Al Oula+ et +Al Masdar+ mettent l'accent sur le refus du parti socialiste de l'option d'un Etat fédéral à six régions au lieu de deux, une au nord et l'autre au sud, comme il l'a proposé lors de la conférence du dialogue national.

Les trois publications, qui relayent dans ce cadre les déclarations du secrétaire général du parti socialiste, Yassine Noumane, soulignent que ce parti estime qu'un 'Etat fédéral à six région menace l'avenir du Yémen et constitue une atteinte à la volonté du Sud qui aspire à l'autodétermination pour recouvrer son Etat''.

De son côté, le quotidien +Al Masdar+, qui cite des sources bien informées, s'attend à un remaniement ministériel dans les deux ou trois jours à venir, après que les différentes parties se sont mises d'accord sur les portefeuilles concernés par ce changement.

Par ailleurs, +Akhbar Al Youm+ note que le président yéménite Hadi Mansour a dépêche un envoyé au Caire pour négocier avec Abou Bakr Al Attas, l'ancien président du conseil de la présidence au Yémen du sud, et le premier chef du gouvernement sous l'ère de l'unité, pour rentrer au Yémen et assurer la présidence du conseil du Choura (parlement), soulignant également que l'ancien président du Yémen du sud, Ali Nasser Mohamed, en exil également au Caire, refuse de rentrer au pays et d'assurer une responsabilité officielle, même s'il s'agit de la présidence de République.

La situation sécuritaire au Liban focalise plus particulièrement l'attention de la presse locale, qui consacre de larges espaces à l'arrestation mercredi de l'un des dirigeants des factions 'Abdellah Azzam'', le désamorçage de voitures piégées prêtes à exploser dans plusieurs régions du pays, la découverte des obus prêts à être lancés sur le sud le 15 du mois courant au moment où le Hezbollah commémore l'anniversaire de la mort de l'un de ses dirigeants, Imad Maghniya''.

+Annahar+ note, dans ce cadre, que l'armée libanaise a réalisé un exploit qui a redonné confiance aux Libanais en la capacité de l'Etat à les protéger et confirmé le rôle qui est le sien dans la lutte contre le terrorisme à travers l'opération qui s'est soldée par l'arrestation du numéro 2 des factions 'Abdellah Azzam'' et le désamorçage de deux voitures piégées.

+Al Moustaqbal+ souligne, de son côté, que les soucis sécuritaires préoccupent encore une fois les Libanais qui se sont habitués, semble-t-il, à l'idée de l'absence d'un gouvernement qui s'occupe de leurs affaires, pour applaudir les informations faisant état d'un exploit militaire grandiose après cette arrestation, le désamorçage des voitures piégées et la découverte de quatre obus prêts au lancement.

En Egypte, la presse locale s'intéresse beaucoup à la visite entamée mercredi à Moscou en Russie par le vice-Premier ministre, ministre de la Défense, Abdelfattah Sissi, et le ministre des Affaires étrangères, Nabil Fahmi.

Sous le titre 'Sissi et Fahmi à Moscou pour renforcer la coopération stratégique'' +Al Ahram+ note que le président russe Vladimir Poutine, recevra ce jeudi le général Sissi et Nabil Fahmi, ajoutant que les deux responsables égyptiens, aussitôt arrivés à Moscou, ont eu des entretiens avec leurs homologues russes, le ministre de la Défense Serguei Choigou, et le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, qui ont porté essentiellement sur le processus de paix au Proche-Orient, la crise syrienne et les relations bilatérales.

Cette visite s'inscrit dans le cadre des efforts visant le renforcement des relations de coopération entre l'Egypte et la Russie, précise +Achourouk+, alors que son confrère +Al Joumhouria+ met l'accent sur les déclarations du porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères qui a mis l'accent sur l'importance de cette visite qui vise notamment à multiplier les partenaires étrangers de l'Egypte.

Par ailleurs, +Al Ahram+ revient sur la situation sécuritaire au Sinai, faisait état d'opérations sécuritaires dans les régions de Cheikh Zaouid, Al Arich et Rafah, qui se sont soldées par la mort de 'trois éléments djihadistes appartenant aux Frères musulmans'' et l'arrestation de six autres, ajoutant que les forces de l'ordre ont mis la main lors de cette opération sur des armes et équipements militaires, dont canon Hawn de 120 mm et détruit plusieurs tunnels.

Concernant la crise du barrage éthiopien Annahda, le quotidien +Al Akhbar+ cite le ministre égyptien des Ressources hydriques et de l'Irrigation qui a indiqué que son pays dispose de plusieurs scénarios, après l'épuisement de toutes les tentatives de dialogue avec l'Ethiopie au sujet de la construction de ce barrage sur le Nil, précisant que cet ouvrage de par son ampleur menace un patrimoine de l'humanité.

Par ailleurs, le dossier syrien et ses derniers développements, en relation avec les négociations à Genève II entre l'opposition et le régime de Damas, visant à mettre fin à la guerre civile et amorcer un processus de transition politique en Syrie, continuent de retenir toute l'attention de la presse arabe éditée à Londres.

Selon le quotidien "Al Chareq Al Awsat", les négociateurs de la Coalition nationale syrienne (CNS opposition) ont présenté un document sur la transition politique, qui préserve les institutions de l'Etat, mais les représentants du régime ont rejeté ce document.

Pour sa part, le journal "Al Qods Al arabi" s'intéresse au plan de l'opposition qui propose notamment l'instauration d'une autorité gouvernementale de transition, l'instauration d'un cessez-le-feu, la libération des prisonniers, l'acheminement des aides humanitaires, le départ de tous les combattants étrangers, d'un côté comme de l'autre, et l'insertion des combattants au sein de l'armée et du corps de la police.

Selon la feuille de route présentée par l'opposition, l'autorité de transition devra organiser l'élection d'une Assemblée constituante qui élaborera une Constitution à soumettre au référendum. L'autorité cédera ensuite la place au gouvernement constitué sur la base de cette nouvelle Constitution, ajoute le journal.

Quant au quotidien "Al Hayat", il fait état de la rencontre tenue à Genève par le médiateur de l'ONU sur le conflit syrien Lakhdar Brahimi avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Gennady Gatilov, et la sous-secrétaire d'Etat américaine, Wendy Sherman.

Cette rencontre tripartite (ONU-Russie-USA) a examiné les moyens susceptibles de faire sortir les négociations actuelles sur la crise syrienne de l'impasse. Peu de progrès ont été obtenus jusqu'à présent à cause de profondes divergences entre les deux parties.

Toujours concernant la question syrienne, le quotidien qatari +Arraya+ s'est dit déçu de voir certaines puissances internationales continuer à soutenir le régime de Bachar Al Assad et entraver les efforts du Conseil de sécurité visant à adopter une résolution au sujet de la situation humanitaire en Syrie, sous des prétextes infondés qui visent essentiellement à protéger le régime de Damas et saper les négociations en cours.

Le quotidien qatari estime inacceptable de lier les questions humanitaires en Syrie aux positions politiques, invitant toutes les parties concernées, particulièrement les puissances internationales, à soutenir Genève II, qui constitue, selon lui, une issue à la crise syrienne.

Sous le titre 'sonnette d'alarme sur la situation humanitaire en Syrie'', +Al Watan+ souligne que le degré de la détérioration de la situation humanitaire sur le terrain nécessite des actions régionales et internationales concrètes et intenses pour atteindre l'objectif escompté celui d'amener le régime à ne plus entraver l'acheminement des aides humanitaires.

Evoquant le processus de paix au Proche-Orient, le quotidien +Achourouk+ appelle, dans un éditorial, à la fin de la politique israélienne de colonisation dans les territoires palestiniens occupés, soulignant que cette stratégie montre clairement qu'Israël n'œuvre pas pour la paix et n'honore aucun de ses engagements ou accords.

Au Bahreïn, la presse locale met l'accent sur les festivités commémorant le 13-ème anniversaire de l'adoption de la 'charte de l'action nationale'', citant dans ce cadre le chef du gouvernement, le prince Khalifa Ben Salmane Al Khalifa, qui a indiqué que cette charte augure d'une nouvelle étape dans le processus participatif de construction du pays selon les bases modernes de l'ouverture, de l'égalité et de la liberté d'expression.

Les journaux +Al Bilad+, +Al Wassat+, +Al Watan+, +Akhbar Al Khalij+ et +Al Ayyam+ notent, dans ce cadre, que le chef du gouvernement a appelé les citoyens bahreïnis à s'armer de l'esprit d'abnégation et de travail et de ne pas prêter attention aux tentatives désespérées qui visent à porter atteinte à leur détermination et leur volonté.

La presse jordanienne s'intéresse, pour sa part, à la polémique suscitée par 'l'initiative de partenariat parlementaire'', présentée récemment par un député, et qui s'articule autour de la création de commissions conjointes entre le gouvernement et le parlement pour traiter les grandes questions économiques, politiques et sociales du pays.

+Addoustour+ estime que cette initiative a jeté les bases de nouvelles méthodes dans le travail du parlement, qui apportent des visions alternatives ou complémentaires aux actions en vigueur en Jordanie, soulignant que cette Initiative fait face à une attaque acharnée à cause essentiellement de sa réussite à toucher la question des droits civiques, en relation avec le droit des enfants nés du mariage de jordaniennes avec des étrangers, et à attirer l'attention de l'opinion publique en général.

+Al Ghad+ estime, pour sa part, que les différences autour de cette initiative et la manière avec laquelle elle a été imposée sont compréhensibles et logiques, mais ce qui est incompréhensible ce sont ces attaques acharnées contre tous ceux qui osent présenter des visions politiques différentes.

Le même quotidien fait état, dans ce cadre, de l'émergence en Jordanie d'un nouveau courant de conservateurs qui portent la devise de la préservation de l'identité jordanienne et qui appréhende chaque question sous l'angle de la 'naturalisation des réfugiés''.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara