Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


MAP - publié le Mercredi 16 Juillet à 10:26

Revue de la presse quotidienne internationale africaine



En Côte d'Ivoire, la presse planche sur la rencontre la veille entre le Chef de l'Etat Alassane Ouattara et son allié à la coalition gouvernementale, Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), et la crise ouverte au sein du Front populaire ivoirien (FPI) après le rejet de la nouvelle nomenclature du secrétariat général par des ténors du parti.



"Le Président Ouattara chez Bédié, hier", titre, à ce propos, le quotidien Fraternité Matin qui fait état de "convergence totale de vues sur les questions intérieures" entre les deux dirigeants au terme d'une heure d'entretien à huis clos.
 
De son côté, Le Patriote affiche: "Ouattara et Bédié plus que jamais complices'' après la rencontre, la veille du Chef de l'Etat et son aîné et principal allié au Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir).
 
Sur le même sujet, Le Nouveau Réveil constate que 'Bédié et Ouattara ont commencé, hier, les réglages'' au sommet du RHDP, autour 'de grands dossiers'' pendant 'plus d'une heure de tête-à-tête'', au terme de laquelle le Chef de l'Etat a affirmé que 'nous avons décidé de renforcer notre alliance''.
 
Evoquant la rencontre Ouattara-Bédié, L'Intelligent d'Abidjan écrit que les deux responsables sont 'd'accord'' sur le dialogue avec l'opposition et sur la Commission électorale indépendante (CEI), alors que L'inter fait état d'une heure d'échange entre les deux hommes sur le RHDP, la CEI entre autres, mentionnant au passage l'appel du Chef de l'Etat à l'opposition 'à rejoindre le train de l'émergence''.
 
Au sujet de la crise qui secoue le Front populaire ivoirien, Le Nouveau Réveil écrit que la formation de Laurent Gbagbo est dans la tourmente, soulignant que 'des rebelles du FPI déposent Affi N'guessan'' avant de s'interroger 'quel interlocuteur pour le gouvernement'' au sein de l'ancien parti au pouvoir après ce bras de fer au niveau de la direction. 
 
Pour L'Inter, 'les pro-Gbagbo s'entre-déchirent'', soulignant que trois des principaux dirigeants du parti (Laurent Akoun, Alphonse Douati et Tapé Kipré) sont montés au créneau pour contester le nouveau secrétariat général, formé par le président et 'dire la vérité au peuple''. 
 
Après la violente offensive contre lui, 'les jours d'Affi N'guessan sont comptés à la tête du FPI'', affiche Soir Info, car son document est de nul effet'', selon Laurent Akoun dans les colonnes du journal, qui est d'ailleurs rejoint par Alphonse Douaty qui précise que 'nous n'allons pas laisser prospérer la forfaiture''.
 
Au Sénégal, les quotidiens de la place se focalisent sur moult sujets d'actualité, dont la garantie des investissements prioritaires, la lutte contre les risques liés à la sécheresse, et sur les résultats peu satisfaisants des examens du baccalauréat.
 
Le journal Le Soleil qui ouvre sur "Fonds de garantie des investissements prioritaires : 862 projets en cours de traitement pour un financement de 8 milliards de francs CFA'', rapporte que "l'administrateur général du Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP), Doudou Kâ, a révélé que 862 projets sont aujourd'hui en cours de traitement pour un besoin de financement de 8 milliards de FCFA destinés à l'octroi de garantie de prêts pour les PME-PMI sénégalaises''.
 
Selon ce responsable qui animait hier une conférence de presse, 'l'objectif à terme est d'arriver à mobiliser 50 milliards de francs CFA d'ici à 2015''.
 
Sous le titre 'Financement des PME, le FONGIP dégage sa feuille de route'', le journal EnQuête note que 'le Fonds de garantie prioritaire chargé de faciliter l'accès au financement des PME, est entré dans sa phase opérationnelle. Ayant démarré avec 5 milliards, il se fixe comme objectif de lever 50 milliards sur le marché d'ici 2017''.
 
"Pour mieux accompagner les porteurs de projets sans garantie : le FONGIP s'apprête à lever 20 milliards sur le marché international'' titre pour sa part, le journal Le Populaire.
 
Concernant les risques liés à la sécheresse, le quotidien Le Soleil écrit que 'le Sénégal vient de bénéficier d'une enveloppe de 1,8 milliard de francs CFA du gouvernement Japonais pour couvrir les risques liés à la sécheresse pour la campagne agricole de cette année'', faisant savoir que 'ces fonds sont destinés au financement de la prime annuelle d'assurance sécheresse auprès de la mutuelle panafricaine de gestion des risques et catastrophes (ARC)".
 
'Pour aider le Sénégal à participer à la mutuelle panafricaine de gestion des risques, l'Agence Japonaise pour la Coopération Internationale (JICA) a procédé, hier, à la remise de la première prime d'un montant de 1,8 milliard de francs au ministère de l'intérieur. Un financement qui permettra au Sénégal de se couvrir des risques de catastrophes liés à la sécheresse'', rapporte le journal EnQuête. 
 
Sur un autre registre, Sud Quotidien revient sur les résultats du baccalauréat notamment à Dakar, Tamba, Kaolack, Kolda et Kaffrine, en titrant 'Catastrophiques au premier tour''.
 
'Les résultats du premier tour du baccalauréat session Juillet 2014 sont jugés catastrophiques sur toute l'étendue du territoire national. Ils risquent même d'entrer dans le registre restreint des éditions où le taux est en deçà des 20 pc'', commente cette publication.
 
Toujours en rapport avec ce sujet, son confrère le Populaire place sa Une sous le titre 'les causes de l'hécatombe au Bac 2014''. 'Conditions de travail des examinateurs et celles d'apprentissage des élèves, niveau des épreuves élevé, grève des professeurs de philosophie, ces facteurs parmi d'autres qui ont impacté négativement sur les résultats du Bac'', écrit cette publication. 
 
Les quotidiens kenyans reviennent, quant à eux, sur les enseignements tirés de la Coupe du monde de football qui vient de s'achever au Brésil, notant que ce rendez-vous sportif planétaire offre indéniablement des leçons importantes aux directeurs sportifs non pas seulement au Kenya, mais dans toute l'Afrique.
 
Sous le titre "Les leçons à tirer de la Coupe du monde de football", le journal Daily Nation écrit que les équipes qui ont le mieux investi dans le sport et dans les jeunes talents ont maintenant récolté les dividendes de leurs efforts. Le Kenya devrait apprendre cette leçon et l'utiliser comme une base pour entreprendre des réformes qui permettraient d'obtenir de meilleurs résultats pour nos équipes nationales, surtout maintenant que le pays se prépare aux Jeux du Commonwealth, note la publication.
 
Son confrère Standard estime que beaucoup plus doit être fait au Kenya pour transformer la gestion du sport et en faire un levier de développement socio-économique, à commencer par la motivation des joueurs et l'investissement dans le secteur. Une des leçons tirées de ce spectacle d'un mois est que le sport peut jouer un rôle important dans l'unification des peuples du monde, souligne le quotidien, faisant constater que la Coupe du monde est l'une des rares plates-formes où les nations se battent sans effusion de sang.
 
Au Brésil, nous avons vu des équipes américaines, asiatiques, européennes et africaines jouer librement et dans le respect de l'autre et de la discipline, relèvent la presse kenyane.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus