Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


MAP - publié le Vendredi 3 Janvier à 14:22

Revue de la presse quotidienne européenne internationale



Paris - En France, le cyclone "Bejisa" qui a atteint jeudi l'île de la Réunion, les difficultés rencontrées par l'armée française pour faire régner la sécurité en République centrafricaine, les problèmes économiques et sociaux en Egypte et les mauvais chiffres du secteur automobile dans l'Hexagone, sont les principaux sujets abordés ce vendredi par les quotidiens français.



Le journal "Le Parisien" écrit que l'île de la Réunion a été balayée jeudi par le cyclone "Bejisa", qui a fait une quinzaine de blessés et des dégâts matériels avec quelque 172.000 foyers privés d'électricité et plus de 200 000 privés d'eau.

L'île a été placée en alerte rouge, le dernier du dispositif d'alerte cyclonique, qui signifie que la population doit rester calfeutrée chez elle, et toute sortie peut être verbalisée à hauteur de 135 euros, fait savoir le quotidien.

La Réunion, très régulièrement touchée par les cyclones, n'avait plus été frappée par un phénomène d'une telle intensité depuis 2002 et le passage du cyclone Dina, rappelle la publication, signalant que les rafales de vent ont dépassé les 200 km/h sur les hauteurs.

L'opération "Sangaris" en Centrafrique, qui devait être rapide et discrète, s'avère une mission très dure, qui a rendu caduc, pour l'instant, le désarmement des milices à Bangui, estime le journal "Le Figaro".

"Les Séléka, comme la rébellion des Anti-Balaka, circulent dans leurs zones entrelacées les unes dans les autres, faisant de la carte de Bangui une véritable peau de panthère", note le quotidien, ajoutant que le déploiement des forces françaises dans le reste du pays est remis à plus tard.

Pour la France, la première urgence est d'obtenir des Africains qu'ils demandent à l'ONU la mise en place d'une mission de maintien de la paix, relève la publication, soulignant que cette formule permettrait d'obtenir plus de troupes et surtout plus de moyens financiers.

Le journal "Libération" s'intéresse, quant à lui, aux problèmes économiques et sociaux en Egypte, faisant observer que le pays est toujours en état d'urgence sociale face à l'aggravation de la pauvreté.

" Face à l'aggravation de la pauvreté, l'Etat, soutenu par plusieurs pays du Golfe, vient de revaloriser le salaire minimum, mais n'offre aucune solution à la crise", note le quotidien, ajoutant que le régime de transition pourrait s'exposer à la contestation populaire s'il n'obtient pas rapidement des résultats dans ce domaine, sachant qu'un Egyptien sur quatre, selon l'ONU, vit sous le seuil de pauvreté.

Pour sa part, le journal "La Croix" indique que les bons chiffres réalisés par l'industrie automobile en décembre dernier, une progression de 9,4 pc par rapport à la même période de 2012, ne peuvent pas masquer le marasme dans lequel est plongé le marché automobile français.

En 2013, les ventes ont reculé de 5,7 pc, à 1,79 million d'unités, précise le journal, notant qu'il s'agit de la quatrième année consécutive de repli et que le marché français a atteint son point le plus bas depuis quinze ans, où les ventes dans l'Hexagone dépassaient la barre des deux millions de voitures vendues.

Le quotidien souligne que les constructeurs français, ont en revanche mieux résisté que leurs concurrents étrangers, donnant l'exemple de Volkswagen qui a reculé de 8,1 pc, Opel de 16,8 pc, ou Ford de 17,3 pc.

Au Portugal, les journaux ont centré leurs écrits sur l'annonce de nouvelles mesures d'austérité pour contourner la décision de la Cour Constitutionnelle qui a rejeté le mois dernier une disposition de la loi de finances 2014 prévoyant une réduction des retraites dans le secteur public.

Le journal "I" observe à ce propos que l'austérité sera maintenue même si le gouvernement a exclu une nouvelle hausse d'impôts, notant que l'exécutif compte opérer plus de coupes dans les retraites.

Le plan "B" décidé par le gouvernement qui a opté par une hausse des cotisations d'assurance maladie des fonctionnaires et un élargissement de l'assiette de la taxe de solidarité sur les retraites les plus élevées, est une alternative à la mesure d'austérité censurée le mois dernier par le Tribunal constitutionnel, écrit de son côté "Diario Economico".

"Diario de Noticias" indique, quant à lui, que la contribution extraordinaire de solidarité a déjà été appliquée en 2013 pour les retraites supérieures à 1350 euros par mois, ajoutant que les détails des mesures annoncées doivent être dévoilés dans les prochaines semaines.

"Jornal de Negocios" qui est revenu sur la décision du président portugais Anibal Cavaco Silva de ne pas saisir la Cour constitutionnelle sur des mesures inscrites dans le budget 2014, indique que le Parti socialiste, principale formation de l'opposition, a décidé de soumettre plusieurs dispositions du document à la mi-janvier à la Cour pour se prononcer sur leur conformité à la Constitution.

D'après la publication, les partis de gauche dont le Parti communiste (PCP), le Bloc de gauche (BE) et les Verts, envisagent de présenter d'ici trois semaines une demande conjointe au Tribunal constitutionnelle pour se prononcer sur ce budget, d'une grande rigueur.

En Italie, deux sujets retiennent l'attention de la presse quotidienne en l'occurrence les propositions du néo-secrétaire général du Parti Démocratiques (PD /au pouvoir) Matteo Renzi, relatives à la réforme de la loi électorale, et la prise du contrôle totale du constructeur automobile américain Chrysler par le groupe Fiat.

Sous le titre "Réformes, Renzi défie les leaders", "La Repubblica" indique que le nouveau chef du PD a adressé des lettres à ses homologues dans lesquelles il formule trois propositions pour réformer la loi électorale dite "Porcellum".

Renzi a invité les autres formations politiques, dont certaines ont déjà adhéré à cette initiative, de choisir entre le système électoral en vigueur en Espagne, le modèle électoral des maires en Italie à deux tours ou la modification de la loi électorale actuelle "Porcellum" .

"Il Messaggero" souligne, de son côté, que tout en étant conscient que son parti est la plus importante composante de la majorité gouvernementale, Renzi estime qu'une partie ne peut, à elle seule, instaurer des règles et que le concours de toutes les formations politiques est nécessaire pour mener à bien des réformes.

"Celui qui n'est pas d'accord (sur les réformes), il suffit qu'il le dise clairement devant l'opinion publique", souligne Renzi, cité par le journal qui rappelle, entre autre, que la démarche du nouveau Secrétaire du PD a été appréciée par le leader de Forza Italia, Silvio Berlusconi, alors que le chef du néo-parti Nouveau centre Droit (NcD), Angelino Alfano, se déclare favorable au modèle de l'élection des maires italiens.

Concernant la reprise à 100 pc par Fiat du constructeur automobile américain Chrysler à 4,35 milliards de dollars, les quotidiens italiens toutes tendances confondues n'ont pas tari d'éloges à l'endroit des responsables du groupe italien qui ont "réussi un véritable coup en cette fin d'année 2013".

"Detroit parle italien", "l'opération Fiat promue en bourse : +16 pc", "'l'industrie italien qui vainc seulement à l'étranger" et "la bourse porte un toast à Fiat d'Amérique", titrent à la Une les principaux quotidiens de la péninsule.

En outre-Manche, la presse focalise son attention sur le ressortissant Britannique et la Néo-zélandaise tués dans la ville libyenne de Mellitah, au sud-ouest de la capitale Tripoli, qui abrite un complexe gazier géré par Mellitah Oil and Gas.

Le quotidien "Guardian" s'intéresse à cette affaire, faisant savoir que les corps des deux victimes ont été retrouvés sur la plage de Mellitah par une patrouille de militaires et transférés à Tripoli, sans donner plus de détails sur les circonstances de leur mort.

Selon cette publication, les corps des deux victimes portent les traces de balles, ce qui soutient la thèse d'assassinat dans un pays où un ressortissant américain avait été tué le mois dernier en Libye en proie à l'insécurité depuis la chute du régime de Kadhafi.

Pour sa part, le "Daily Telegraph" se fait l'écho de la réaction du ministère britannique des Affaires étrangères dont un porte-parole déplore la mort du ressortissant britannique, affirmant que Londres a demandé aux autorités libyennes de lui fournir plus de détails et d'informations sur les circonstances de la mort de l'enseignant britannique.

De son côté, le quotidien "Independent" évoque cette affaire, précisant que les deux victimes (le britannique et la Néo-zélandaise) étaient des enseignants dont les corps avaient été retrouvés près du complexe gazier Mellitah Oil and Gas qui fournit l'Italie en gaz via le gazoduc Greenstream.

Aux Pays-Bas, un rapport critique à l'égard d'un groupe de soins "Humanitas DMH" qui a payé à un manager intérimaire un gros salaire mensuel, l'impact des coupes budgétaires sur le secteur de la culture, la montée de l'extrémisme dans la ville libyenne de Derna et l'actualité internationale retiennent l'attention des quotidiens.

Le quotidien "Volkskrant" se fait l'écho d'un rapport indépendant critique à l'égard du conseil d'administration du grand groupe de soins Humanitas DMH qui a permis à un manager intérimaire de toucher un salaire mensuel de près de 95.000 euros.

Les règles gouvernementales relatives aux salaires dans le secteur public ne s'appliquent pas aux personnes intérimaires pendant une période de moins de six mois, indique la publication, qui fait état de la démission de la personne concernée ainsi que du conseil d'administration.

Ses confrères "Trouw" et "NRC" s'intéressent à l'impact des économies sur la culture. Ils écrivent que malgré que les institutions culturelles continuent de bénéficier des subventions, plusieurs d'entre elles ont du mal à "garder la tête hors de l'eau".

Les publications estiment que les coupes budgétaires décidées par le gouvernement ont entrainé la disparition de plusieurs établissements, une situation aggravée par la réduction du nombre des conseils municipaux.

Dans un reportage publié à la Une, Trouw revient également sur la situation dans la ville libyenne de Derna décrite par la correspondante du journal comme étant "la capitale des djihadistes" en Libye, désertée par la presse internationale. Elle évoque même la création d'un tribunal pour l'application de la charia.

Sur le plan international, les quotidiens continuent de commenter la situation en Egypte, au Soudan du sud et en Centrafrique outre les manifestations au Cambodge et les arrestations en Russie après les derniers attentats-suicides.

En Espagne, le défi lancé par le président de la région autonome catalane, Artur Mas, au gouvernement central retient l'attention de la presse suite à une lettre adressée par Artur Mas aux dirigeants européens sur la consultation référendaire prévue le 9 novembre.

"Mas informe les dirigeants de l'Union européenne que la Catalogne tiendra son référendum d'autodétermination le 9 novembre", écrit le journal "El Mundo", précisant que le leader des nationalistes catalans a adressé une missive aux 27 chefs de gouvernement de l'UE dans laquelle il assure que la consultation référendaire aura lieu à la date prévue, et ce malgré le rejet de Madrid.

Mas sollicite l'aide des dirigeants européens et défend le principe d'une consultation référendaire "démocratique" voulue par "82 pc de la population catalane", indique le quotidien "El Pais", soulignant l'opposition de l'Etat espagnol à ce projet référendaire catalan.

En Turquie, la presse continue de mettre l'accent essentiellement sur le scandale politico-financier qui secoue le pays depuis plus de deux semaines et sur ses répercussions sur la vie politique et économique.

Plusieurs titres de la presse locale reviennent, dans ce cadre, sur la plainte déposée par l'armée turque réclamant de nouveaux procès pour plusieurs centaines de ses hauts gradés condamnés pour complot contre le régime, sur fond du bras de fer en cours entre le gouvernement et le système judiciaire, estimant que l'armée vient ainsi de s'inviter dans cette affaire de corruption sans précédent qui a révélé les fragilités de l'exécutif turc.

Un procureur a ouvert jeudi une enquête sur les relations présumées entre un magistrat d'une cour supérieur et le mouvement de Fethullah Gulen, ce prédicateur islamique turc à la tête d'une puissante confrérie, accusée d'être à l'origine du scandale de corruption qui secoue le monde de la politique et des affaires en Turquie, écrit le quotidien "Hurriyet Daily News".

Selon le même journal, l'armée estime dans sa plainte pénale que les preuves ayant conduit à la condamnation des officiers avaient été 'fabriquées''.

D'autre quotidiens, comme "Milliyet", "Radikal", "Cumhuriyet" et "Haber Turk", soulignent que l'armée turque a fait son propre acte d'accusation dans les procès dans lesquels plusieurs centaines de ses officiers ont été condamnés pour complot contre l'exécutif.

Par ailleurs, la presse turque met l'accent également sur une liste de 2.000 fonctionnaires de l'Etat, journalistes, hommes d'affaires et universitaires, présumés liés au déclenchement du scandale politico-financier, qui aurait été remise au chef du gouvernement.

Le gouvernement du Parti de la Justice et de Développement (AKP issu de la mouvance islamiste) viole les dispositions de la constitution, note dans ce cadre "Today's Zaman", citant des universitaires qui soulignent que l'exécutif, en agissant ainsi, se comporte comme "un gouvernement qui après avoir perdu sa légitimité se dirige vers son propre coup d'Etat".

La presse locale revient également sur les retombées négatives de ce scandale de corruption sur l'économie turque, notamment sur les marchés financiers, soulignant dans ce cadre que la monnaie nationale turque, la Livre, a touché jeudi son plus bas niveau historique face au dollar, pour s'échanger à 2,18 livres pour un dollar, au moment où l'indice principal de la Bourse d'Istanbul a perdu 1,91 pc.

En suède, le nouvel attentat perpétré à Beyrouth, les actes islamophobes en Suède et l'état de santé de Michael Schumacher sont les principaux sujets qui suscitent l'attention de la presse suédoise.

"Dagens Nyheter" rapporte qu'au moins quatre personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans l'explosion d'une voiture piégée dans la banlieue sud de la capitale libanaise Beyrouth, connue pour être un bastion du Hezbollah, ajoutant que l'explosion s'est produite dans une zone densément peuplée à Haret Hreik, à quelques centaines de mètres de l'un des bureaux du Hezbollah.

La voiture piégée a endommagé plusieurs bâtiments et des dizaines de véhicules garés à proximité, poursuit le quotidien, notant que la déflagration est la deuxième du genre survenue à Beyrouth en moins d'une semaine, après celle qui a coûté la vie à l'ancien ministre Mohammad Shatah.

Le Liban a été secoué récemment par une série d'incidents violents liés au conflit en Syrie, qui a conduit à des tensions entre sunnites et chiites voisins, relève la publication.

De son côté, "Svenska Dagbladet" revient sur les croix gammées dessinées sur les portes d'une mosquée de Stockholm, et rappelle que près de 300 actes de haine à caractère islamophobe ont eu lieu en 2013 en Suède, dont des attaques aussi bien contre des musulmans que contre des mosquées.

Le quotidien indique que le Conseil des musulmans de Suède appelle le Premier ministre suédois à consentir davantage d'efforts pour protéger la sécurité des mosquées, ajoutant que ce genre d'actes islamophobe est devenu un problème de société.

Quant à "Expressen", il souligne que la légende du Formule 1 Michael Schumacher est toujours plongé dans le coma, ajoutant que les fans de l'ancien pilote allemand vont célébrer ce vendredi son 45ème anniversaire.

Schumacher est toujours entre la vie et la mort après sa chute alors qu'il faisait du ski, ajoute le journal, qui note toutefois que sa situation est plus stable qu'auparavant.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus