Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 26 Février à 14:54

Revue de la presse quotidienne arabe du mercredi 26 février



Le Caire - La presse arabe parue mercredi s'intéresse aux développements politiques en Egypte et en Turquie, à la crise syrienne et à la situation au Soudan.



En Egypte, le quotidien "Al Ahram" souligne que le nouveau Premier ministre, Ibrahim Mehleb, a indiqué que le nouveau gouvernement aura pour tâche de préserver la sécurité, de lutter contre le terrorisme, d'attirer les investissements et de réaliser les aspirations du peuple égyptien.

De son côté, "Al Akhbar" affirme que les ministres de la Défense, des Affaires étrangères et des médias garderont leurs postes, ajoutant que le président de la Cour d'appel d'Al Mansoura, Adil Abdelhamid, pourrait bien devenir ministre de la Justice.

Quant à "Al Masry Al Yaoum", il rapporte que le ministère des Affaires étrangères déploie de grands efforts pour élucider les circonstances du décès de 7 Egyptiens lundi en Libye.

Pour sa part, "Al Joumhouriya" cite le chargé d'affaires à l'ambassade américaine au Caire, qui a affirmé qu'il n'y a pas de complot américain visant l'Egypte, ajoutant que l'Administration et le Congrès américains reconnaissent le rôle que joue l'Egypte aux niveaux régional et international.

En Grande-Bretagne, la presse arabophone s'intéresse à la situation en Turquie et aux enregistrements mettant en cause directement le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, dans le scandale de corruption qui secoue son gouvernement depuis décembre dernier.

Le quotidien "Al Hayat" revient sur la révélation d'une conversation téléphonique attribuée au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et diffusée sur internet.

Dans cet enregistrement diffusé sur internet, un homme, présenté comme M. Erdogan, conseille à un autre, qui serait son fils Bilal, de se débarrasser rapidement de 30 millions d'euros, rappelle le journal.

Pour sa part, le quotidien se fait l'écho de la réaction du chef du gouvernement turc et dirigeant Parti de la justice et du développement (AKP) qui dénonce un complot fomenté par ses détracteurs politiques, notamment ceux de la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen.

Et d'ajouter que la révélation de cette affaire porte un coup dur au Premier ministre turc qui ne cesse de clamer son innocence et d'affirmer que cette nouvelle attaque haineuse fait partie d'une campagne de dénigrement visant son gouvernement et entourage.

D'après "Al Chareq Al Alwsat", Erdogan subit les coups de la même stratégie qu'il avait, lui-même, utilisée lors des dernières élections législatives pour vaincre ses rivaux, alors qu'"Al Aqods Al Arabi" met en avant les menaces proférées par le Premier ministre turc contre les auteurs de cette campagne visant son gouvernement et membres de sa famille.

Au Qatar, les quotidiens "Achark" et "Arraya" soulignent que le Conseil de sécurité de l'ONU endosse la responsabilité de la crise humanitaire en Syrie, mettant l'accent sur la nécessité de réformer cet organe.

"Achark" relève que cette situation tragique pose un défi de taille à la communauté internationale, qui est appelée à prendre une décision courageuse et responsable à ce sujet, ajoutant que l'accentuation de la crise syrienne, les souffrances du peuple syrien et les violations des droits de ce dernier reflète l'échec de la communauté internationale à assurer et préserver la sécurité internationale, conformément à l'article 43 de la charte des Nations Unies.

"Arraya" souligne l'importance de réformer le Conseil de sécurité pour le libérer de l'emprise de certains pays qui l'utilisent pour servir leurs propres objectifs, ajoutant qu'il s'avère nécessaire d'élargir le nombre des membres de cet organe pour assurer un certain équilibre, de procéder à une révision du système de vote et de mettre en place de nouveaux mécanismes afin que le Conseil de sécurité puisse assurer la paix et la sécurité internationales.

Au Soudan, la presse suit avec grand intérêt les négociations relatives au conflit au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, qui doivent reprendre jeudi à Addis-Abeba.

"Al Intibaha" souligne que la visite du médiateur africain à Khartoum et ses entretiens avec le président El-Béchir augurent d'une volonté de mettre fin rapidement au conflit.

De son côté, "Akhir Lahda" indique que le gouvernement et le SPLM-N (branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan) s'apprêtent à reprendre les négociations, tandis que "Attaghyir" affirme que le SPLM doit savoir que le gouvernement ne discutera que des questions relatives aux régions du Kordofan-Sud et du Nil Bleu.

Le même journal indique que les banques soudanaises ont été informées par leurs homologues du Golfe et certaines banques occidentales de l'arrêt des opérations bancaires, ajoutant que les derniers développements dans la région, le conflit entre sunnites et chiites et les alliances régionales et internationales qui se sont formées à la suite du Printemps arabe et de la crise syrienne ont affecté les relations du Soudan avec le reste du monde.

A Bahreïn, les journaux "Al Watan", "Al Wassat", "Al Bilad", "Akhbar Al Khaleej" et "Al Ayam" reprennent un communiqué du ministère de l'Intérieur qui met en garde contre la participation des citoyens bahreïnis à des combats hors du territoire bahreïni en prenant part à des conflits régionaux ou internationaux.

Le communiqué prévient les citoyens de ne pas adhérer à des groupes religieux extrémistes ou terroristes, indiquent ces journaux, soulignant que le ministère suit de près la participation de certains Bahreïnis aux combats en cours en Syrie.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara